«

»

août 17 2016

Les O’Heguerty

Partager

Les O'Heguerty première de couverture 001

Jack Chollet  -  Les O'HEGUERTY  Francs-Maçons Agents secrets à la cour de Stanislas

Editions Gérard Louis, Haroué, 2015

Après une rapide analyse, suggestion est faite aux lecteurs de notre Site de prendre connaissance de cet ouvrage d'Histoire écrit par Jack Chollet, que nous présentons comme une biographie historique autant qu'un document d'archives. Il vient combler une lacune regrettable sur l'histoire de la famille O'Heguerty, vieille famille irlandaise ayant suivi le roi Jacques II Stuart en exil en France après son renversement par l'élite religieuse et aristocratique anglaise, parce que chassée par la politique de spoliation des aristocrates irlandais au profit de la noblesse anglaise.

Outre un utile rappel sur l'instabilité politique et les querelles religieuses, qui ensanglantèrent les "Trois royaumes", avec pour objet de permettre la compréhension et le sens profond de l'émergence de la Franc-maçonnerie spéculative moderne, l'auteur développe les motivations et les raisons de l'engagement des O'Heguerty, si bien que cet ouvrage nous livre une véritable saga où l'historique s’appuie sur des sources fiables et vérifiables.

Riches armateurs et, selon les circonstances, corsaires, économistes, précurseurs du libéralisme, agronomes d’avant-garde, écrivains et même académiciens, ils n’ont eu de cesse de s’approcher des sphères du pouvoir avec l’énergie des expatriés.

Les O’Heguerty, exilés en France puis en Lorraine, rêvent de retrouver leurs possessions d'Irlande et ils n’ont qu’une obsession, celle de ruiner l’Angleterre, leur ennemie détestée. Dans la Lorraine du roi Stanislas, ces francs-maçons vont continuer à comploter. Leurs châteaux de Magnières et de Villey-le-Sec sont appelés à devenir, comme leurs résidences parisiennes, des ruches d’intrigants, plaques tournantes des comploteurs jacobites pour la reconquête des îles britanniques. Pour la famille O'Heguerty, la Lorraine n'est pas une simple étape dans une région solidement ancrée dans son tissu artisanal avec la faïencerie de Badonviller. Elle y a pris ses attaches premières, avec Pierre Charles Daniel O'Heguerty franc-maçon à la Loge ''Auguste Fidélité'' à l'Orient de Nancy, pendant que son père -Pierre André-  et son oncle -Dominique- sont tous deux membres de l'Académie de Stanislas.

Les O'Heguerty sont fils de la résistance irlandaise à l'hégémonie anglaise, une résistance qui s'abreuve aux sources des frustrations, des exactions et spoliations anglaises. Nous pouvons considérer que cette résistance a traversé les siècles, puisqu'elle trouve encore à s'exprimer dans les troubles contemporains qui agitent l'Ulster depuis quarante ans. Leur histoire illustre à sa façon le funeste destin des Jacobites, privés à jamais de leur espoir de retour sur les terres de leurs ancêtres. La famille O'Heguerty va prendre en France une part notable dans l'émergence de ce que l'histoire retiendra sous le nom d'Art royal, que pratiquent les Francs-Maçons. C'est un O'Heguerty, Dominique, qui va porter sur les fonts baptismaux l'une des premières loges maçonniques à Paris où il fréquente la fine fleur de la Maçonnerie naissante et notamment le Stuartiste Charles Radcliffe lord Derwentwater, l’Ecossais James Hector MacLean, le comte de Tressan et surtout le célèbre chevalier de Ramsay.

Jack Chollet nous permet également de percevoir en filigrane les hésitations des Loges entre conservatisme et esprit révolutionnaire. On pressent ici le hiatus qui se creuse entre les prétentions dynastiques de l'aristocratie et l'aspiration libérale de la classe bourgeoise à desserrer le carcan de l'Ancien Régime, deux tendances parfaitement illustrées dans les procès entre Dominique O’Heguerty et le notaire de son comté. Et c'est bien au triomphe du bourgeois et à la défaite de l'aristocrate que la famille O’Heguerty, inconditionnellement royaliste et absolutiste, va assister, préfigurant la grande Révolution. C’est aussi l’histoire d’un clan, sujet à des passions et des tensions internes, qui parfois se déchire comme dans n’importe quelle famille.

Si au travers de ce livre transpire une haine compréhensible qui anime les O’Heguerty, originaires d’Irlande du Nord, vis-à-vis de « l’Anglais » orangiste, cette aversion pourrait être comparée à celle qui a nourri et motivé les combats du Sinn Féin et plus tard de l’I.R.A.  Il est possible de percevoir chez les deux personnages les plus charismatiques de cette famille, Dominique et Pierre André, un glissement perceptible vers l’espoir d’une république en Irlande alors qu’il n’y aura pas plus royalistes que leurs descendants.

Elisabeth Mutel

Cet ouvrage est disponible à la FNAC et sur le site internet de l'éditeur Gérard Louis pli.louis.free.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


un × 6 =

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>