Orden Real d’Heredom de Kilwinning

Partager

      Les chroniques écossoises du REP      

introchroni
 Titre

Orden Real d'Heredom de Kilwinning

et la Maçonnerie écossaise jacobite

 Source 

extrait site Internet : www.hrdm.com.ar

Historia de la Antigua Masoneria de Heredom

L’Ordre Royal d’Heredom de Kilwinning est l’héritier de très anciennes filiations initiatiques et a eu le privilège de bénéficier de la transmission des usages et coutumes des Rites traditionnels des Chevaliers de Mull de Kintyre (cap d’Ecosse situé à l’extrémité méridionale de la péninsule de Kintyre) et d’avoir pu échapper aux persécutions. Après la destruction de l’Ordre du Temple dans la plupart des pays d’Europe, des Chevaliers, qui ont pu se réfugier en Ecosse, ont été protégés par le roi Robert Bruce qui les constitua en Ordre de Saint André du Chardon, fondé pour eux après la Bataille de Bannockburn (24 juin 1314) et pour les récompenser de leur action décisive dans la bataille qui a scellé l’indépendance de l’Ecosse.

Par la suite, ils ont été rejoints par les loges opératives rassemblées au sein de l’Abbaye de Kilwinning appartenant aux Moines tyronenses. Le destin de l’Ordre était indissolublement lié à la Maison des Stuarts à l’initiative du Grand Maître héréditaire, William Sinclair qui se verra attribuer le titre de baron de Rosslyn et dont le fils Henry a combattu à la Bataille de Bannockburn. Il formera le Clan Sinclair de Rosslyn  -ancienne orthographe : Roslin-  pour en faire à cette époque le noyau principal de la Maçonnerie jacobite.

La Loge d’Edimbourg n°1 appelée Mary’s Chapel (Lodge of Edinburgh n°1 ou encore The Ancient Lodge of Edinburgh Mary’s Chapel dépendante de la Grande Loge d’Ecosse), près d’Edimbourg est un témoin de pierre silencieux de la splendeur antique de la Franc-Maçonnerie écossaise authentique  – nécessairement jacobite –  dans laquelle se trouvent les restes de la Massenie (1) du Saint Graal, les vestiges cachés derrière l’Ordre historique du Temple, les loges actives et le courant rosicrucien naissant.

Après la chute de la dynastie Stuart – qui entraîna avec elle le Clan Rosslyn –,   la maçonnerie jacobite fut impitoyablement poursuivie par la dynastie usurpatrice des trônes des deux royaumes d’Ecosse et d’Angleterre dans l’obscurité de l’Histoire. Cependant, son influence occultée a été ressentie sans équivoque lors du soulèvement des maçons écossais, irlandais et du nord de l’Angleterre fusionnés dans la prétendue Grande Loge des ‘’Antients’’, tenue par les ducs d’Atholl, sous la direction de l’Illustre maçon Laurence Dermott. Ces Francs-Maçons traditionnels, dits ‘’Antients’’, étaient opposés depuis plus de soixante ans aux Francs-Maçons dits ‘’Moderns’’, adeptes de la déviation promue par George Payne puis plus incisive des Pasteurs Anderson et Désaguliers. René Guénon a largement traité de la maçonnerie de Heredom et de la Maçonnerie écossaise jacobite. Ainsi, par exemple dans son ouvrage ‘’l’Esotérisme de Dante’’, il étudie l’Ordre Royal d’Ecosse et ses Hauts Grades appelés respectivement ‘’Heredom’’ et ‘’Rossy+Cross’’. Dans ses études, apparaît le célèbre article intitulé ‘’Heredom’’ où, entre autres significations ce mot est lié à la voix anglaise ‘’heirdom’’ (héritage) et il déclare qu’il constitue le legs de l’Ordre du Temple. Dans son livre ‘’Symboles fondamentaux de la science sacrée’’, au chapitre ‘’Le sanglier et l’ours’’, et selon l’une de ses allusions coutumières (comme en passant, mais pleine de sens) Guénon rappelle l’homonyme entre ‘’Caledonia’’ (ancien nom d’Ecosse) et la forêt mythique de ‘’Calidon’’ et que par conséquent, le vieux Royaume d’Ecosse aurait pu abriter, jusqu’à une époque très avancée, un centre spirituel directement issu de la Tradition primordiale et dépendant de l’Ultima Thulé (2)…  De plus, étymologiquement ‘’Shetland’’ signifie littéralement ‘’Terre de Shet’’, c’est-à-dire ‘’Terre de stabilité’’. Nous devons également nous rappeler qu’après l’expulsion d’Adam et Eve du paradis terrestre, leur fils Shet a été autorisé à retourner en Eden pour récupérer le Saint Graal.

D’autre part, n'oublions pas que l’abbaye primitive de Kilwinning a été construite par des moines de l’ancien monastère Icolm-Kill (3), situé sur l’île écossaise d’Iona, relevant de la mystérieuse Eglise de Culdea St. Andrews (4), pour abriter un courant évangélisateur préromain et celtique dérivé directement du christianisme oriental primitif.

Compte tenu de ces faits, on ne peut qu’évoquer la figure de Joseph d’Arimathie et de Nicodème, porteurs du Saint Graal de Jérusalem dans les îles britanniques. Enfin, il faut rappeler ce qui est déjà un secret de polichinelle au sein des organisations traditionnelles de l’ésotérisme occidental : la maçonnerie jacobite était une ‘’couverture’’ des courants cachés du templarisme en Ecosse, qui a été utilisée pour corriger la déviation promue par la franc-maçonnerie spéculative par rapport à celle de ses propres origines. Il s’agissait de légitimer le schisme de Londres en 1717 au moyen de la superposition à la Maçonnerie de l’Office de plusieurs Hauts Degrés spécifiques à certaines initiations chevaleresques, auxquels le nom générique de ‘’maçonnerie écossaise’’ collait et convenait parfaitement, en vertu des relations de l’Ecosse (Calédonie) avec le dernier Thulé et avec le templarisme survivant à l’intérieur de la Maison Stuart.

Inutile de dire que ce qui précède se réfère à la maçonnerie écossaise du XIVe au XVIIe siècles, mais différée par le soi-disant rite écossais ancien et accepté, malgré son titre qualificatif d’écossais, pour en faire une création tardive de l’année 1804.

——–

      C'est ainsi, que l'Orden Real d'Heredom de Kilwinning et l'Ordre du Rite Ecossais Primitif, de même source et appartenant à la même ''famille jacobite'', ont signé un Manifeste maçonnique par une déclaration de principes de la Maçonnerie écossaise jacobite pour un partenariat de soutien mutuel et réciproque des deux Rites en divers horizons de la Maçonnerie traditionnelle.  Ce manifeste est présenté dans l'onglet ''Accueil – page Intercontinental Communiqués'' du site de la Grande Loge Française Rite Ecossais Primitif et parallèlement dans le site de l'Orden Real d'Heredom de Kilwinning (Argentine).

———

     1)  La Massenie est une maison, groupe, Loge ou en hébreu Ka Haba, lieu non consacré dans lequel un culte peut être pratiqué. Une Loge est, pour les êtres qui s’engagent sur la voie, le passage qui les amènera à l’illumination intérieure. La Massenie est une synthèse de pensées que l’on retrouve chez les R+C, les Francs-Maçons, les Kabbalistes. Son emblème est le scarabée qui signifie initiatique et kabbalistique, symbole de renaissance.

      2)  Ultima Thulé ou Ultima Thule est un nom faisant référence à l'ile mythologique de Thulé.

       3) Le Monastère d’Hy ou Icolm-Kill fondé en 560 abrita la sépulture des rois d’Ecosse jusqu’au règne de Malcolm.

     4) La Culdei (gaélique : ceili Dé, ‘’Fellow Dieu’’) rassemblait des membres de la communauté chrétienne monastique et d’ermites d’Irlande, Ecosse et Angleterre au Moyen-âge. Le nom est considéré par certains comme une corruption latine de cultores, et plus probablement de l’irlandais Ceile, de l’écossais Kelidei, de l’anglais culdees et signifie ‘’serviteur de Dieu’’ latinisé alors Colidiei.

(article déposé sur le site en février 2020)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


huit × = 8

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>