Que nul n’entre ici

Partager

Morceaux de textes choisis

morceaux2
Travail …..Introduction à la Géométrie
Thème

Que nul n'entre ici s'il n'est Géomètre

Auteur …..Jérôme DUBUISSON, R:.L:. Cassiopée du Royaume d'Ecosse n° 38   

 

A la Gloire du Grand Architecte de l'Univers.

Que signifie cette formule ?  Et que peut-on y voir ?

N’exprimerait-elle pas une injonction plus qu’une citation de prime abord comme « halte là, personne ne passe ».

En l’analysant froidement, je suis tenté d’affirmer que si l’on n’est pas géomètre, quiconque ne peut pénétrer dans cet endroit, tout en considérant que l’adverbe de lieu « ici » dans la phrase soit bien une place particulière.

L'Histoire dit que c’est ainsi que Platon recevait les candidats admis à l’Académie des Sciences à Athènes, où l’on pouvait lire, gravés sur la façade de son Ecole et plus exactement sur son fronton, ces mots : « Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre ». Il faut savoir que, dans cette citation, n’est pas employé geômetrès qui signifie géomètre en grec, mais bien inscrit ageômetrètos, dont le suffixe ‘’tos’’ marque une capacité ou une compétence à agir. On devrait donc plutôt dire « Qui n’est pas apte à la géométrie n’entre ici ».

Dans cette phrase, le verbe « être » se trouve employé. En langue française « être » est un verbe qui prend un sens d’état, c’est-à-dire le fait d’être en tant que personne, ou étant le représentant d’une spécialité, dans la mise en œuvre d’un art, tout en développant un état d’esprit dans une discipline, comme par exemple « je suis musicien, je suis peintre, je suis maçon, etc. ».

La géométrie est une spécialité de la Maçonnerie, autant opérative que spéculative, mais c’est aussi une discipline qui exige sa pratique selon les règles de l’Art, et pour se faire il convient d’avoir l’état d’esprit qui lui corresponde.

Cette formule de Platon laisse entendre que celui qui n’est pas initié à une spécialité, et dans ce cas celle qui a trait à la Science de la Géométrie, mais surtout s’il n’en a pas l’état d’esprit, l’accès à l’Académie ne lui sera évidemment pas autorisé.

Il y a par là un principe de sélection à l’entrée, sans être négatif ou néfaste au candidat, mais nécessaire de façon à éviter le mélange des genres et de toutes sortes de nuisances, autant pour l’esprit que pour la discipline même.

Platon disait ‘’ la géométrie a pour objet la connaissance de ce qui est toujours et non de ce qui nait ou périt ‘’.

Nos anciens et les plus érudits d’aujourd’hui défendent toujours l’idée que pour bien comprendre l’Univers, il faut savoir lire la langue qui le décrit, qui n’est autre que celle de la Géométrie. Les mots dans cette langue sont exprirmés par des tracés, parmi lesquels les lignes et les axes qui forment des surfaces et des volumes, des triangles, des carrés dont le Carré long, des cercles et toutes les figures qui composent la Création.

Il était courant au Siècle des Lumières de qualifier de Géomètre tout savant spéculatif, qu’il soit algébriste ou analyste.

La Géométrie permet de construire le Temple collectif aussi bien que le Temple intérieur de l’homme. Un grand nombre de références Maçonniques rappellent ce parallèle.

Chaque discipline, chaque art, pour être exercé autant que pour être identifié, exige ses propres outils.  Le géomètre dispose pour faire les relevés topographiques des moyens correspondant à son métier, dont le théodolite, le niveau optique ou encore un simple mètre. Le peintre utilisera ses pinceaux, une toile et autres accessoires pour tracer des perspectives. Le musicien quant à lui se servira de son instrument de musique et de partitions pour pratiquer son Art, etc.   A chaque matière, les matériaux adaptés sont nécessaires à ceux qui se mettent à l’Ouvrage dans leur discipline et la mise en œuvre de leur Art, qu’ils possèdent parce qu’ils sont (être) Géomètre, Peintre, Musicien, etc.

Aujourd’hui nous dirions qu’ils sont formés, alors que la qualification appropriée devrait être celle d’initiés.

S’il s’agit de disciplines opératives, chacune d’entre elles garde sa dimension spirituelle quand elles sont bien exercées, grâce précisément à la formation et à l’initiation qui sont délivrées à leurs adeptes.

Tout ceci nous renvoie, nous les Francs-Maçons, à notre art qui est qualifié de royal.

Oui !  Nous avons bien été initiés en FRANC-MACONNERIE, afin de pratiquer cet Art Royal au sein d’une institution initiatique, telle une école d’enseignement qui fait usage de moyens, par l’emploi d’instruments. Les Initiés que nous sommes disposent de certains outils, de composantes symboliques et d’allégories, pour pratiquer l’Art Royal à l’aide des Symboles et Cérémonies Rituelles.

Dans un livre intitulé « LES TROIS GRANDES LUMIERES » de BRUNO TOSI, il est fait mention du symbolisme, et une citation de GOTTFRIED FINDEL rappelle que « le symbolisme est le lien extérieur des frères qui, dispersés sur la surface du globe, ont des aspirations communes et cherchent, sous des formes transmises par la tradition à s’assimiler les mêmes vérités et à les enseigner aux autres hommes ».

Plus loin il est écrit toujours dans le même ouvrage « Le symbolisme est à la fois un art, un langage et une discipline scientifique :

  • art, il est l’image de la vitalité créatrice ;
  • langage, il est universel et intemporel, tout en étant capable d’évoluer au fur à mesure que se développent les connaissances et les pratiques ;
  • science, il règle et codifie. »

La définition du mot ''art'' pourrait bien être : mise en forme d’une connaissance ou comme l’exprime l’écrivain Jean Beauchard « l’alliance d’un savoir constamment approfondi et maitrisé ».

Que serait l’art des bâtisseurs sans la Géométrie et que serait la Franc-Maçonnerie sans celle-ci, avec tous ses Outils et ses Symboles, tels ceux posés sur la Bible, qui nous rappellent qu’elle est bien présente pendant les Travaux.

Lors de mon Passage au Grade de Compagnon, le Vénérable m’a instruit comme suit :

C’est du Tracé, avec le Compas et la Règle des MM de cette Etoile à six pointes, symbole de notre Rite et de l’Ordre de Saint André qui le coiffe, qu’est issu celui du Carré long limitant l’Espace sacré au centre du Temple. Et là, vous le voyez mes chers FF:., l’art de la Géométrie prend toute sa valeur initiatique, ainsi que le sous-entend l’initiale du Mot placée au centre de l’Etoile : G.  Car le Carré long n’est que le reflet ici-bas, sur le sol du Temple, de ce que symbolise l’Etoile flamboyante culminant au-dessus de l’Orient.  De ces arcanes, les MM vous entretiendront plus tard, lorsque le temps de vous enseigner le maniement de la Règle et du Compas sur la Planche à tracer sera venu.

Il convient de relever dans l’instruction dialoguée par question/réponse au deuxième Grade de notre Rite :

- Mon F, êtes-vous Comp ?         Je le suis et puis le prouver.

- Pourquoi vous êtes-vous fait recevoir Comp ?        Pour connaître la lettre G.

- Que signifie cette lettre ?       Géométrie.

Toujours dans notre RITE, au REP, le Frère Orateur dans son discours de réception rappelle :

Le grade de Compagnon revêt une portée profonde révélée par les cinq Voyages de probation sans rapport avec les quatre épreuves de l’Apprenti comprenant l’introduction dans la Chambre de réflexion. Ils placent l’Initié sur la voie des Arts libéraux : Grammaire, Rhétorique, Logique, Arithmétique, Géométrie, Musique, Astronomie.

Cette énumération de champs de connaissance n’est-elle pas une claire invitation à rechercher la voie de l’Elévation et de ses Mystères ?

Je peux d’ores et déjà affirmer que la Géométrie a toute sa place dans mon parcours initiatique à travers l’Initiation maçonnique. La Géométrie me sert à bâtir mon Temple intérieur, et par les outils et les symboles, je peux apprécier, mesurer, comparer et ainsi parvenir à être.

J’ai dit, Vénérable.

(Travail déposé sur le site en février 2020)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 × sept =

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>