Sagesse Beauté Force

Partager
 

Morceaux de textes choisis

morceaux2
Travail

        Les Piliers de la Loge ou les Vertus de l'Initié

Thème

Sagesse, Beauté, Force

Auteur

….      par un Jacobite de la Grande Loge Française REP                 

A la Gloire du Grand Architecte de l'Univers

Tout comme l’Ordre du REP a son ternaire au titre de sa devise ‘’Vie Lumière Amour’’, laquelle n’est pas à associer à l’Acclamation écossaise sous forme, elle aussi, de ternaire ‘’Huzza, Huzza, Huzza’’, la Loge a son ternaire propre à l’appui des trois Piliers qui la soutiennent ‘’Sagesse Beauté Force’’.

En effet, à la question des Instructions au Grade d’Apprenti ‘’Qu’est-ce qui soutient votre Loge ? ’’, la réponse donne ‘’Trois grands Piliers que l’on nomme Sagesse, Beauté, Force, symboliquement représentés par le Vénérable et les deux Surveillants.’’ A la question suivante ‘’Comment ces Piliers allégoriques soutiennent-ils la Loge ? ’’, une précision est apportée ‘’ La Sagesse préside à nos Travaux (elle conçoit), la Beauté les orne, la Force les achève (elle exécute) ‘’.

La Loge repose bien sur trois piliers, pris en tant qu’organes structurels de l’architecture du Temple afin de soutenir son ossature, également appelés Colonnettes qualifiées d’Ordre.  Piliers ou Colonnettes sont à distinguer des deux colonnes du Temple Jakin et Booz et des deux Colonnes du Septentrion (ou du Nord) et du Midi (ou du Sud) qui représentent les bancs où prennent respectivement place les Apprentis et les Compagnons, les Maîtres se dispersant sur ces deux Colonnes.

Dits grands piliers parce qu’ils soutiennent la couverture du Temple, ils sont de forme triangulaire de façon à permettre la disposition sur leur sommet des Flambeaux appelés Lumières d’Ordre ou Etoiles, augmentés au nombre de trois par pilier pour les Travaux au Grade de Maître-Maçon.  A noter qu’en d’autres Rites (exceptée la SOT), l’ordre de ces trois Vertus diffèrent de celui appliqué au REP pour se caler sur celui des trois Maillets : Sagesse (Vénérable), Force (premier Surveillant) et Beauté (second Surveillant). Seul le RER ne retient pas ce Ternaire, hormis le troisième Grade où il est seulement fait usage des trois grands chandeliers du Tapis sans attribut à chacun d’eux d’une vertu, à moins qu’il existe d’autres versions que celle de 1778 revue pour la Triple Union de Marseille en 1802 (IIème Province Templière).

Le ternaire ‘’Sagesse, Beauté, Force’’ donne les qualités vertueuses au Franc-Maçon qui ambitionne aptitude et habilité à œuvrer dans la voie initiatique.

Sagesse pour concevoir

  • placé à l’angle Orient-Sud du Carré long, soit au plus près de l’Autel d’Orient, le premier Pilier incarne la Sagesse qui préside aux Travaux. A ce titre, il est rattaché au Premier Maillet qui dirige la Loge. Selon le propos du Vénérable lors de l’allumage des Lumières d’Ordre précitées, il annonce à l’Assemblée ‘’Que la Sagesse préside à nos Travaux’’, de même que lors de l’extinction des Lumières d’Ordre, le Vénérable implore la Sagesse de Dieu Tout-Puissant afin qu’elle reste toujours présente à l’esprit des Maçons.

La Sagesse, qui a pour vocation de concevoir, est guidée dans toutes nos actions par son flambeau mystérieux qui illumine de sa vivante clarté les Initiés qui ont accès au Temple pour leur permettre d’apprécier la grandeur et la profondeur de nos Travaux au sein de la Maçonnerie en la Vieille Ecosse, nous annonce le Rituel du REP.

La sagesse désigne le savoir et la vertu d’un être, libéré de tous préjugés. Elle caractérise celui qui est en accord avec lui-même et avec les autres, selon les vertus de tempérance, de modération et de justice, parce qu’il cultive ses facultés mentales en accordant ses actes à ses paroles.

Sagesse (sophia) et philosophie (philos : ‘’qui aime’’) sont synonymes, et nous retrouvons ces deux mots qui définissent les figures illustres de la Grèce antique dénommées Sages (sophos) ou Philosophes qui prêchent par la pensée l’amour de la sagesse. Sophia pris au sens primitif, signifie celui qui s’est rendu habile dans un art ou une technique pour y trouver un idéal de réalisation qui se réfère à l’étude de lui-même et du monde d’où naîtra la connaissance (du grec ancien gnôsis). Tandis que pour les sophistes, Maîtres de rhétorique et de philosophie, il s’agit plutôt de l’art de l’enseignement du discours.

La sagesse exige la maîtrise de soi et la modération, dont la pratique fait appel à la tempérance qui passe nécessairement par la prévoyance et la prudence garantes de réussite d’un projet mesuré.  Il semble donc ardu de donner une définition de la Sagesse, si ce n’est celle desdites qualités vertueuses pour celui en voie de devenir un Initié et un Sage, qui goûtera les délices et le bonheur de la réalisation dans laquelle il s’est engagé. En peu de mots, nous pourrions dire que la ‘’Sagesse est un acte de construction’’ de construction de soi-même comme un acte participatif à l’achèvement d’un projet. Parce qu’elle précède la double action d’établir et d’accomplir en force par référence aux significations respectives de Jakin et de Booz, elle donne à l’Initié la paix de l’esprit en harmonie avec ceux qui l’entourent, dont ses Pairs déjà sages qui l’accompagnent sur le chemin, comme ceux dans un état d’esprit comparable au sien. La Sagesse est initiatique ; elle s’acquiert dans un apprentissage progressif, de marche en marche, de place en place, de Grades en Degrés, au fil des Tenues et du vécu en Loge.

La Sagesse en Franc-Maçonnerie est brandie par le Vénérable. Tel un chef d’orchestre, il est le conducteur des Travaux en Loge. Il cherche à harmoniser les dualités, à concilier les oppositions avec justesse et à maintenir la cohésion du groupe dans la concorde et dans le respect d’autrui. A l’appui du Rituel, il conduit les Travaux en partenariat avec les Surveillants. Les trois Maillets de la Loge guident la Fraternité que composent les Membres de la Loge, Apprentis, Compagnons et Maîtres pour construire le lien qui les unit dans un éveil initiatique. Tous trois sont un modèle d’enseignement, dont la Sagesse est incarnée par le premier Maillet qui la diffuse pour que tous gravissent les échelons de la Franc-Maçonnerie. La sagesse est source de réflexion et d’observation pour une progression individuelle, continue et collective, parce qu’elle met en symbiose et en exergue savoir-faire et connaissances de chacun. Sans le précieux équilibre de la Fraternité, l’ouvrage ne trouvera pas sa stabilité, pas plus que la consolidation des acquis attendus fragilisés par des Travaux rendus friables et des Pierres taillées sans résistance. Cette base, prise en tant qu’assise de la structure de la Loge, permet aux Maçons, qui se placent dans l’apprentissage et in extenso dans l’humilité, de vaincre passions et excès en toutes circonstances et gagner confiance et assurance en eux-mêmes afin de mettre en pratique leurs nouveaux acquis.

La sagesse serait-elle l’expression d’une volonté par une disposition à faire le bien avec courage sans affrontement affligeant contre les malentendus et la médisance, mais plutôt dans une lutte intuitive pour éteindre les méfaits nuisibles au bien et néfastes au bon ordre du groupe ?  La Sagesse c’est avant tout un ensemble de règles morales, une ligne de conduite, une discipline quotidienne, une éthique de vie, auxquelles le Franc-Maçon s’oblige.  La Sagesse conduirait-elle à la sagacité, tant le discernement permet de se positionner avant d’entrer en action ? La Sagesse promet au(x) sage(s) la satisfaction et le bonheur de grandir dans l’union des cœurs pour le profit de tous, mais les paroles et les écrits resteront illusoires, donc vides de sens, s’ils ne sont pas suivis d’effet.

La Bible comprend le Livre de la Sagesse, lequel reste l’un des cinq livres sapientiaux ; sagesse de celui qui possède le savoir, la science à un degré élevé ainsi que les qualités de jugement, d’habileté, de raison, de prudence : telle est la définition de la sapience, et dans les manuscrits grecs, ce Livre porte le titre de Sagesse de Salomon. L’Ancien Testament situe le premier chapitre du Livre de la Sagesse dans la destinée humaine, où (6) ‘’La Sagesse est un esprit ami des hommes.’’ (6, 12-21) ‘’Elle se laisse aisément trouver par ceux qui la cherchent’’. ‘’La Sagesse est brillante, elle ne se flétrit pas. Elle se laisse facilement contempler par ceux qui l’aiment, … Car son commencement, c’est le désir très vrai de l’instruction, le souci de l’instruction c’est l’amour,…’’ (8, 2-8) ‘’Elle s’étend avec force d’un bout du monde à l’autre et elle gouverne l’univers pour son bien. La Sagesse possède tous les biens.’’

Egalement, dans le Premier Livres des Rois (Ch. V, versets 9 à 14), Salomon (972-933 av. J.C.) demande à Dieu la Sagesse, ‘’Dieu donna à Salomon une sagesse et une intelligence extrêmement grandes, et un cœur aussi vaste que le sable qui est sur le rivage de la mer. La sagesse de Salomon surpassait la sagesse de tous les fils de l’Orient et toute la sagesse des Egyptiens. Il fut plus sage que tout homme, plus qu’Etân, l’Ezrachite, plus qu’Hémân, Kalkol et Darda, les fils de Mahôl ; son renom s’étendait dans toutes les nations à l’entour […] On vint de tous les peuples pour entendre la sagesse de Salomon, et il reçut des présents de tous les rois de la terre qui avaient entendu parler de sa sagesse.’’

Un autre livre, la Vulgaten version latine de la Bible, composée de traductions fites à la fin du IVe siècle par Saint Jérôme (347-420), qualifié Docteur de l'Eglise en 1298, dénomme simplement le Livre de Sagesse liber sapientiae.  La Vulgate connaîtra plusieurs versions et évolutions, et ddra l'objet de la publication vers 1455 du premier livre imprimé en Europe sous le titre de la Bible de Gutemberg.

La Sagesse est ainsi l'apanage des Initiés particulièrement privilégiés à devenir des Sages.

Beauté pour orner

  • placé à l’angle Occident-Sud du Carré long, faisant face au deuxième Maillet, le deuxième Pilier représente la Beauté, dont la Lumière du Flambeau éclaire les Maçons dans la conduite de l’œuvre commune et enflamme le cœur des Maçons de l’amour du Travail. Rattaché au Second Surveillant en charge de la Colonne du Nord où prennent place les Apprentis, le Pilier de la Beauté a pour mission d’orner l’Édifice et d’inspirer toutes les actions du Maçon.

Au préalable, il convient de préciser que la Beauté qui incarne ce Pilier n'a pas valeur d'ornements (lesquels sont un attribut du Carré long, de l'Etoile flamboyante et de la Houppe dentelée), pas plus que le terme de décors, qui est réservé aux Bijou d'un Grade ou d'un Office y compris Tablier et Sautoir, ou encore celui de décorations qui comprennent la qualité d'une distinction honorifique doublée d'une médaille. La Beauté est à considérer dans l'appellation des trois Piliers, telle une VERTU au même titre que Sagesse et Force.

La Beauté est communément la représentation caractéristique de la perception révélée au travers d’une introspection sensorielle qui procure une sensation de découverte par les sens, la vue, l’ouïe, l’odorat, la saveur, le toucher. Plus généralement, elle est une notion abstraite liée à de nombreux aspects de toute mise en œuvre où se trouvent mêlées esthétique et/ou création, appliquées à bon nombre de sciences, dont l’Histoire, archéologie et culture, architecture, sculpture, musique, peinture, écriture, …  jusqu’à la technologie. La Beauté c’est la jouissance de l’harmonieux qui donne éclat et embellissement. Elle est la sanction et la fierté du travail bien conçu, elle est aussi l’expression d’un art qui combat la morosité. La Beauté est la signature ou la griffe de l’œuvre ; elle est le témoignage de la Sagesse, voire de la Sagesse divine ci-avant exprimée. Depuis l’Antiquité jusqu’au Moyen-âge, se sont multipliés les Edifices sacrés dressés dans leur grandiose majesté à la Gloire de Dieu, parés d’or dans l’adoration de Dieu par les Bâtisseurs des Cathédrales.

Selon Saint Augustin ‘’Seule la Beauté de Dieu, immuable et éternelle, doit être aimée pour elle-même ; les beautés muables ne sont aimables que comme signes de la beauté première’’. La beauté a été source de plusieurs ouvrages, dont celui de L’Idiot de Fiodor Dostoïevski, dans lequel il argumente que la Beauté sauvera le monde. Plus récemment, Pierre Rabhi rajoute ‘’La beauté qui sauvera le monde, c’est la générosité, le partage, la compassion, toutes ces valeurs qui amènent à une énergie fabuleuse qui est celle de l’amour’’.  Pour le philosophe français Roland Barthes (1915-1980), ‘’Seuls les hommes forts connaissent l’Amour, seul l’amour comprend la Beauté, seule la Beauté forme l’Art.  Dans toutes les races, les hommes pourront parvenir par la liberté réelle à une égale force, par la force au véritable amour, par le véritable amour à la Beauté : mais la Beauté en action c’est l’Art ’’.  La Beauté provient d’une intervention motivée qui trouve sa raison dans le vœu de saluer la Sagesse qui la précède, aussi nous pouvons affirmer que la Beauté n’est pas seulement matière dans son résultat d’ornement, elle est une composante non négligeable de notre nourriture spirituelle. En revanche et sans contradiction à sa mission d’orner, conformément à notre Instruction du premier Grade, la Beauté constitue une qualité vertueuse au sens moral si bien qu’elle n’a point besoin d’ornement.

En effet, la Beauté tient une place prépondérante dans notre pensée impulsive vers un idéal de perfection. La Beauté transpire dans toutes nos actions, nos propos, nos projets, jusqu’à rejaillir dans toutes les expressions du visage et les vibrations qui s’en exhalent. La Beauté anime émotions et sentiments qui se traduisent par nos propres faits et gestes, parce qu’elle ignore la haine, l’animosité, la violence intérieure et donc celle non contrôlée. Il sera toujours dit d’une telle personne qu’elle est très belle dans son cœur et son esprit, tandis qu’il sera amèrement constaté pour une autre, qui délivre des pensées malfaisantes, qu’elle est très laide. La Beauté est bien la signature de l’œuvre qui resplendit avant son achèvement par la force, pour l’épanouissement et la plénitude de l’artisan artiste, initié dans un art ou une science dont la Franc-Maçonnerie, parce qu’elle fortifie ses efforts. L’Initié atteint son but de rayonnement. Il est conforté et réconforté par la Fraternité qui reconnait son Travail. A l’extinction des Lumières avant de quitter le Temple, le Vénérable invoque la Beauté, source d’inspiration en toutes les actions des Maçons.

Force pour exécuter

  • le Pilier Force, faisant face au deuxième Maillet, est placé à l’Occident-Nord. Il est le troisième et dernier composant du Ternaire, parce que la Force achève les Travaux et appuie les efforts du Maçon vers le Bien.

Ainsi la Force est attachée à ce Pilier placé sous la responsabilité du premier Surveillant, chargé de conduire les Compagnons dits finis ou confirmés dans la lignée des Maîtres-Maçons. Le Pilier Force se trouve dans le prolongement direct de la colonne du Temple Booz (Colonne des Compagnons), dont la traduction de l’hébreu trouve son origine dans le nom de l’époux de Ruth et trisaïeul de Salomon, pour signifier ‘‘dans la Force’’ et aussi ‘’persévérance dans le Bien’’, laquelle appuie, exécute et achève. Ainsi à l’allumage des Lumières d’Ordre, dont la première est la Sagesse qui préside les Trav\, le Vénérable proclame pour cette troisième Lumière d’Ordre ‘’Que la Force les achève’’ et à l’extinction de celle-ci ‘’Que la Force appuie nos efforts vers le Bien… ‘’. C'esst pourquoi on peut considérer que le dernier des trois Piliers, celui de la Force, couronne et constate la bonne finitude des Travaux.

Retour sur la Sagesse, qui reprend dans son Livre de l’Ancien Testament les vertus cardinales (Ch. 8, 7) comme suit : ‘’Aime-t-on la justice, ses labeurs, ce sont les vertus : elle enseigne, en effet, tempérance et prudence, justice et force : ce qu’il y a de plus utile pour les hommes dans la vie.’’

La Force est une vertu prise au sens moral et non celui de capacité physique. Elle figure parmi les quatre vertus cardinales (du latin cardo signifiant charnière, pivot) avec

  • la première, la prudence fait appel à la vigilance et à la raison pour cerner le Bien afin de choisir avec précaution les justes moyens avant d’entreprendre ;
  • la deuxième, la tempérance assure la maîtrise de la volonté, qui domine et contrôle instincts et passions déraisonnés dans les limites de l’honnêteté pour l’équilibre et le bon ordre des actes ;
  • la dernière, la justice a valeur morale en accord parfait avec toutes les vertus cardinales, auxquelles elle ne déroge pas, et s’impose par une constante et ferme volonté de reconnaître à autrui ce qui lui est dû.

Enfin la troisième vertu cardinale dite force d’âme, qui a donné le nom de Force au troisième Pilier de la Loge, a valeur morale comme la justice, avec toutefois une nuance en ce qu’elle introduit le courage et la vaillance. Le courage s’affirme dans la fermeté des résolutions prises et la constance des efforts vers le Bien. La force est dotée d’une forte capacité de résistance aux difficultés, aux obstacles et aux vaines tentations de se détourner de l’ouvrage ; elle est persévérance. La Force permet de dépasser la faiblesse humaine et la peur, la crainte de ne pas réussir devant les épreuves et les errements, elle est la lutte intérieure des héros qui ne s’inclinent pas devant le sacrifice et l’obstination à forcer le destin pour braver l’échec. La Force de l’Initié se concrétise dans l’énergie qu’il déploiera pour acquérir connaissance et savoir et enfin trouver la voie de l’élévation.

N’oublions pas notre instruction du deuxième grade quant aux Devoirs du Maçon, dont la réponse est la suivante ‘’Fuir le vice et pratiquer la Vertu, en préférant à toutes choses la Justice et la Vérité’’,   et parce que dans une Loge de Saint Jean ‘’On y élève des Temples à la Vertu, et l’on y creuse des cachots pour le vice.’’  Ces quatre vertus cardinales tiennent une place particulière telle une chaine de liaison entre elles jusqu’aux vertus théologales, parce que sans Sagesse, Beauté et Force, aucune construction sérieuse et solide, aucun édifice, aucun résultat qui s’inscrit dans la longévité.

Pour conclure, je me réfère encore à nos Instructions, dont celles du troisième Grade, qui rappellent qu’un bon Maçon ne saurait s’écarter du chemin de la Vertu et de la probité. A la question ‘’ Quelles doivent être les qualités d’un Maître-Maçon ? ‘’, la réponse à donner est ‘’Sagesse, Beauté, Force’’. Et pour réunir de telles qualités, il est rajouté ‘’ Par la Sagesse en ses mœurs, par la Force en l’union avec ses Frères et par l’Harmonie en son caractère’’.  Cette dernière Instruction introduit le quatrième Pilier que la Fraternité de la Loge s’approprie pour la progression de tous ses Membres dans la voie initiatique.

J’ai dit.

(Travail déposé sur le site en décembre 2019)

1 comment

  1. LABAURE

    Merci pour cet excellent travail sur le thème du Ternaire SAGESSE / BEAUTE / FORCE. Je sais que je suis un éternel ignorant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 − = trois

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>