↑ Retour à Textes et documents

Devise de l’Ordre

Partager

       Les feuillets du Conseil de l'Ordre      

textes1
 Thème La devise de l'Ordre ou histoire de l’adoption d’une devise
 Auteur par le comité de rédaction du Conseil de l'Ordre

Ce feuillet est complémentaire de celui qui traite des ‘‘insignes distinctifs et de la charte graphique’’ du Rite Ecossais Primitif.

Robert Ambelain explique, dans son abrégé historique du Rite Ecossais Primitif, les sources provençales de la devise ‘‘Primigenius more majorem’’, née des Rituels apportés en 1751 dans le Royaume de France par le stuartiste George de Walnon, dûment muni des pouvoirs délivrés par les représentants de l’Ordre siégeant à Edimbourg. Le Grand Maître Ambelain soutient que ces rituels étaient en usage dès 1688 dans les loges des régiments militaires ayant suivi le roi Jacques II dans son exil à Saint-Germain-en-Laye.

Ainsi, le Rite Ecossais Primitif avait pour devise ces trois mots d’ordre précités, qui avaient pris forme par allusion à l’ancienneté de son Rituel. Pour bien marquer cette référence, son écriture figurait en langue latine. Tout comme aujourd'hui un slogan publicitaire a pour objet la présentation d'une entreprise, il est fort probable qu'à cette époque la devise faisait office d'écusson d'une Corporation, dont la maxime est la forme textuelle et symbolique de l’identification d’un mouvement, qui réunissait ses adeptes par une citation commune à tous.

N’oublions pas qu’au XVIIe siècle, point de rituel manuscrit en plusieurs mains, seuls l’expression orale et l’Art de la mémoire animaient les Maçons réunis en Tenue, méthode pratiquée par les membres des premières loges et a fortiori celles des Régiments irlandais et écossais.

Dès lors, le principe de l’adoption d’une devise propre à un Rite a ensuite largement été observé par les Obédiences. Or, Robert Ambelain confirme bien que ‘‘Primigenius more majorem’’ est précisément la devise du Early Grand Scottish Rite, et non pas la devise de l'Ordre qui le porte. Le Grand Maître Ambelain, parti à l’Orient éternel, n’avait vraisemblablement pas arrêté toutes les dispositions nécessaires à l’identification complète des loges et ateliers rattachés à la Grande Loge qu’il avait créée à cet effet, n'ayant rien trouvé sur ce thème dans les Archives qu'il nous a laissées.

Par référence aux bornes incontournables ci-après déclinées, dont certaines sont rappelées dans les devoirs demandés aux candidats à leur entrée dans l'Ordre initiatique, nous prenons donc l'obligation de faire abstraction, dans notre devise, de tout en engagement qui s'inscrit dans le sillon des Instances gouvernementales ou politiques ainsi que de pratiquer l'ignorance de toutes questions confessionnelles, dès lors que l'Ordre initiatique n'est pas une antenne de la citoyenneté pas plus qu'un substitut de religion :

  • considérant qu’il y a donc lieu de retenir un corps de vocables particulier à notre Ordre initiatique et non la devise historique du Rite, même si celui-ci se trouve placé dans une obédience monorite strictement dédiée au Rite Ecossais Primitif, le Suprême Conseil d’Orient et d’Occident se devait d'octroyer une distinction à sa Grande Loge, à l’instar d’un grand nombre d’Obédiences ;
  • considérant l'article 6 des Basic Principles qui proscrit toutes discussions profanes (interdiction rappelée à maintes occasions et à laquelle souscrivent les Impétrants avant d’entrer dans cette honorable Maison), la réciprocité s'applique à l'Ordre qui se doit donc de faire abstraction, dans sa devise, de toute connotation inscrite dans le sillon de la vie publique pour rester seulement attachée au fondement initiatique de la Franc-Maçonnerie. Même si dans les temps anciens, les Maçons étaient impliqués dans des actions publiques au même titre que les Jacobites étaient les ardents défenseurs d'une Monarchie britannique déchue qui n'a plus lieu d'être défendue, les Maçons de divers horizons ont convenu dpuis plusieurs décennies du rejet de toutes questions politiques et religieuses dans leurs loges. En d'autres termes, notre Grande Loge fait donc exclusion de tout ce qui aborde de près ou de loin les sujets politiques, économiques ou financiers et religieux ;
  • considérant donc les interdictions et les engagements réciproques ci-avant rappelés et constitutifs de nos statuts, de nos règlements, de nos fondamentaux résumés succinctement comme suit :

« … l’Ordre (coiffé par notre Suprême Conseil d’Orient et d’Occident) n’a pas vocation à se mêler des questions profanes de la ‘‘cité’’, celles-ci relevant de l’objet social de milieux associatifs et de collectivités territoriales qui emportent pleine implication de leurs actions…  Notre formation maçonnique propose à ses membres le parcours initiatique d’un rite constitué d’un tronc commun unique fondé sur la sagesse, la symbolique, les mythes et des références vetero et néo testamentaires, où chacun peut s’attarder selon sa sensibilité personnelle…’’

  • enfin, considérant que toute devise est la distinction textuelle en peu de mots d'un courant, en l'occurence celui d'un Ordre initiatique, nous avons donc privilégié les pensées de nos Grands Maîtres fondateurs et détenteurs des patentes du Rite Ecossais Primitif, qui se sont succédé dont Constant Chevillon, parrain de Robert Ambelain ;

décision a été prise de l’adoption pour la Grande Loge Française du Rite Ecossais Primitif de la devise suivante :

‘‘Vie  Lumière  Amour’’ accompagnée d’une image symbolique jointe à ce feuillet.

C’est donc en hommage à Constant Chevillon que notre Ordre a repris ces trois mots d'ordre qui suivent l’invocation au Grand Architecte de l’Univers dans la rédaction des Patentes délivrées aux Ateliers et Loges désireuses de nous rejoindre. Pour justifier notre choix, nous reprenons cette merveilleuse citation de Constant Chevillon :

réverbère‘‘Que nous enseigne la Tradition quand s’ouvre son delta lumineux ? … de la tradition jaillit, pour l’adaptation des principes dans l’existence : constitutions, beaux-arts, sciences. C’est le contenu que nous retrouvons dans les sanctuaires religieux, berceaux des conducteurs de l’humanité qui produisaient les Prêtres à la fois savants, artistes et rois, en un mot pasteurs des civilisations. C’est dans cette matrice que nous devons retrouver l’origine des cultes et des rituels qui révèlent en tout premier lieu, sous l’auréole du symbole, une thèse explicative de l’univers visible qui est une Cosmogonie…’’

Et pour aller plus loin dans la forme symbolique, nos Maçons se retrouveront dans cet appel général :

Jacobites du IIIe Millénaire,
Sentinelles de Lumière.

Ce feuillet a reçu l’aval des Sentinelles du REP qui ont donné leur approbation, pour sa diffusion sur le site, au comité de rédaction du Conseil d’Orient, lequel après lecture persiste et signe.

 

(Document déposé sur le site du REP en décembre 2013)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ un = 3

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>