↑ Retour à REGLEMENTS GENERAUX

GL et Loges de Saint Jean

Partager

 Titre II  –   GRANDE LOGE  et  LOGES DE SAINT JEAN 

Selchanton l’article 3 du Règlement Intérieur attaché aux Statuts déposés, le 6 décembre 1990 en Préfecture de Police de Paris, pour la création de l’Association loi 1901, Robert Ambelain précise : ‘’La Grande Loge administre Les Loges Rouges du Rite (ce sont les Loges bleues du Rite Français et du Rite Ecossais Ancien Accepté). Le Souverain Chapitre administre les grades de Maître Ecossais et de Chevalier de Saint André. L’Ordre Intérieur administre les degrés d’Écuyer-Novice et de Chevalier du Temple’'.

 

Sous-titre II-1.  GRANDE LOGE (GLFREP)


Article 10. –  Organisation et fonctionnement

 

     L’organisation de la Grande Loge Française Rite Ecossais Primitif est prescrite par diverses circulaires de Robert Ambelain, et elle s’appuie sur les fondamentaux rappelés en exergue que le Grand Maître a définis.
     La Grande Loge est présidée par le Grand Maître Général qui a plein pouvoir pour désigner les Grands Officiers et Grands Dignitaires. Membre de droit du Suprême Conseil de l’Ordre, le Grand Maître Général, obligatoirement de nationalité française, est également Souverain Grand Commandeur du Souverain Chapitre. Il est nécessairement titulaire du 7e Grade de Chevalier du Temple et de préférence Grand Profès.
      La Grande Loge est l’Instance centrale de direction chargée de l’administration et du fonctionnement des Loges (particulières et Triangles) de Saint Jean qui entrent dans la classe des Loges dites ‘’Rouges’’, à savoir celles qui travaillent, d’une part, aux trois Grades symboliques d’Apprenti, Compagnon, Maître-Maçon, et d’autre part, en Loge de Maître Installé correspondant au quatrième grade dit Maître de Saint Jean.

Obligatoirement en règle avec le Trésor, sont Membres de droit de la Grande Loge :

  • le T:.R:. Chancelier (et son Vicaire). Il dispose de deux voies
  • le T:.R:. Grand Secrétaire
  • le T:.R:. Grand Maître Général – Souverain Grand Commandeur. Il dispose de deux voies
  • le T:.R:. Député Grand Maître
  • le T:.R:. Grand Visiteur Général de l'Ordre, dit Missi Dominici
  • le T:.R:. Garde des Sceaux
  • les T:.R:. Grands Maîtres (inter)Nationaux – Substituts des Territoire hors hexaxone, qui disposent dans leur circonscription de leur propre Conseil National.

      Conformément aux dispositions des Art. 19 et 23 des Ordonnances de 1720, sont admis en Grande Loge, sans considération de leur ancienneté dans l’Ordre :

  • les Vénérables (Maîtres de Loge) des Loges particulières de l’Hexagone qui peuvent être accompagnés des deux Surveillants, et selon leur vœu de l’Orateur
  • les Maîtres-Surveillant des Ateliers constitués sous forme de Triangle.

     Attachée directement au Suprême Conseil d’Orient et d’Occident, la Grande Loge constitue, avec le Souverain Chapitre, l’une des deux Instances majeures placées sous la gouverne du Suprême Conseil de l’Ordre, lui-même placé sous l’autorité du Chancelier. Par ailleurs, la Grande Loge est l’ultime Instance de recours dans toutes les affaires litigieuses touchant les Loges de Saint Jean placées sous sa juridiction.
      Les membres de droit de la Grande Loge s’interdisent la double appartenance à quelque niveau que ce soit auprès d’une autre formation maçonnique durant leur mandature, sauf dérogation exceptionnelle accordée par le Chancelier et dans ce cas pour une durée très limitée. Dans le cas contraire, ils seraient simplement déchus de la qualité de membre de droit de la Grande Loge et de l’éviction de leur charge de Dignitaire ou d’Office. Ces deux dispositions sont élargies aux Vénérables et Grands Officiers en exercice, sans les exclure pour autant de leur appartenance à l’Ordre, au titre de la faisabilité de la double appartenance.  Ainsi, l’usage exige à leur désignation de Vénérables (Dignitaires) ou Grands Officiers une appartenance exclusive à l’Ordre du REP, sachant qu’à l’issue de leur mandat, ils retrouvent pleine liberté d’adopter la double appartenance.


Article 11. – Nomination du Grand Maître Général (GMG – SGC)

       Le Grand Maître Général est élu pour un mandat d’une durée minimale de trois ans renouvelables. Il aura à siéger aux deux Instances majeures qui forment le socle de l’Ordre, à savoir : Grande Loge et Souverain Chapitre.

      En cas de départ, démission ou décès du Grand Maître Général en exercice, son Député Grand Maître assure l’intérim jusqu’à la nomination du nouveau Grand Maître Général de la Grande Loge et Souverain Grand Commandeur du Souverain Chapitre. En l’absence du Député Grand Maître, l’intérim est assuré collégialement par le collectif du Directoire du Suprême Conseil et son Chancelier.

1.  –  Procédure de nomination du Grand Maître Général (G:.M:.G:. – S:.G:.C:.)

Dispositions générales

La procédure en vigueur pour la désignation ou l’élection du Grand Maître Général est la même que celle pour la nomination du Chancelier du Suprême Conseil de l’Ordre (cf. article 4 des présents Règlements Généraux). Cette nomination s’entend pour les deux axes ‘’Loges de Saint Jean’’ (GMG) et ‘’Loges de Saint André’’ (Souverain Grand Commandeur).

Considérant les articles 70 et 71 des Ordonnances de 1720 qui stipulent droit et autorité de faire de nouvelles Ordonnances sans léser les anciennes d'une part, et par référence aux articles 53 et 54 desdites Constitutions d'autre part, le Grand Maître Général en exercice s'oblige à désigner son Député et son successeur à la Grande Maîtrise, et ce afin de permettre et favoriser sans délai l’élection du nouveau Grand Maître Général, et pallier toute difficulté de direction en raison de certaines circonstances (incapacité ou décès en cours de mandat).

Dès lors, au cours de son mandat, le G:.M:.G:. a ainsi tous droit et pouvoir à signifier le nom du successeur qu’il souhaite et suggère pour sa relève, soit par déclaration faite en cours d’exercice auprès des Grands Officiers et Dignitaires de la Grande Loge, soit par pli scellé remis au Grand Visiteur Général de l'Ordre, que ce dernier ouvrira solennellement en Commission extraordinaire de désignation (ou d’élection) du nouveau Grand Maître Général. Cette nomination sera confirmée par le Chancelier, après que le préposé ait donné son consentement par le Signe d'approbation dans les formes accoutumées.

Agrément du Grand Maître Général (G:.M:.G:. –  S:.G:.C:.)

Eu égard à la double charge de G:.M:.G:. et de S:.G:.C:., la Commission électorale, placée sous la présidence du Missi Dominici (ou à défaut du Chancelier), est constituée des Membres statutaires de droit du Directoire du Suprême Conseil (cf. article 3), et dûment convoquée par le Chancelier, dès la fin du mandat du G:.M:.G:. sortant à la suite de l’interruption de son mandat pour toute cause de départ (incapacité, décès, démission). Le porteur du pli, concernant la succession à la Grande Maîtrise, laissé par le Grand Maître Général, a pour objet de communiquer officiellement aux Membres de la Commission le nom du candidat pressenti par le dernier G:.M:.G:. en exercice.

Considérant que les Territoires (inter)nationaux disposent de leur propre gouvernance, et eu égard à leur éloignement, ils ne sont pas sollicités pour la ratification de cette Investiture, mais seront impérativement et sans délai informés de l’agrément du nouveau Grand Maître Général, soit par le G:.M:.G:. désigné ou élu, soit par le Chancelier. 

     A défaut de désignation du Grand Maître Général pressenti par le Grand Maître Général sortant (dernier Grand Maître en exercice), est déclarée seule compétente, pour l’élection d’un nouveau Grand Maître Général, une Commission électorale dans laquelle sont électeurs les Membres de droit du Directoire du Suprême Conseil cités à l’article 3 des présents règlements généraux.     

      Sauf délibération du Président du Suprême Conseil d'Orient et d'Occident, sont éligibles à la Grande Maîtrise Générale, les seuls Membres (en règle avec le Trésor) qui justifient d'une ancienneté dans les deux Instances majeures gouvernantes de l'Ordre du Rite Ecossais Primitif, au moins égale à sept années consécutives, soit : 

prioritairement, les membres de droit qui composent le Directoire du Suprême Conseil détenteurs du Degré de Chevalier du Temple, voire de Grand Profès ;

à défaut de réponse favorable de l’un d’eux, sont pressentis dans l’ordre suivant :

  1. les détenteurs du septième degré de la hiérarchie du Rite Ecossais Primitif depuis au moins cinq ans ;
  2. les Commandeurs détenteurs du sixième degré, en voie d’être adoubés Chevalier du Temple ;
  3. faute de candidat, le Grand Maître Général sortant peut être sollicité par l’Assemblée à se présenter à sa propre succession pour une extension de durée à déterminer. En ce cas, il peut résigner la Charge de Chancelier dont il est premier ayant-droit.

Par dérogation à la troisième disposition concernant les titulaires d’un degré inférieur à celui de Chevalier du Temple et sans candidature du Grand Maître Général à un nouveau mandat, le Président de la Commission électorale peut retenir comme éligible un Membre détenteur depuis plus de cinq ans d’un Degré reconnu équivalent au Grade de Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André en d’autres Rites que le REP, savoir 18° du REAA et 4° du RER, et dûment inscrit dans l’Ordre depuis au moins sept ans. A charge à l’Impétrant et aux Grands Dignitaires d’activer son ascension accélérée aux deux derniers Degrés.


2. – ÉLECTION du Grand Maître Général

      La Commission électorale constate l’élection du G:.M:.G:., qui est validée et rendue effective, dès lors que le Candidat, postulant ou pressenti, aura recueilli les deux tiers des voix. Comme dans tous les scrutins de l’Ordre, le G:.M:.G:., y compris en fin de mandat, bénéficie de deux voix. En cas d’invalidité ou de disparition du G:.M:.G:., le Missi Dominici se substitue à lui et conserve ses deux voix.
     Les suffrages exprimés doivent faire l’objet d’une communication instantanée à tous les Organes de l’Ordre par le Président de la Commission électorale dûment visée par le Chancelier du Suprême Conseil de l’Ordre. Toutefois la désignation du Grand Maître Général – Souverain Grand Commandeur est soumise et subordonnée à sa ratification par le Chancelier.

       Dans le cas où le futur Grand Maître Général – Souverain Grand Commandeur serait choisi en la personne d’un membre d’une formation maçonnique étrangère à l’Ordre, nécessairement Chevalier du Temple voire Grand Profès, il devra produire la preuve de sa démission de ladite Obédience sans délai et préalablement à la Cérémonie de son Investiture, suspendue à cette formalité. Ainsi, le futur Grand Maître Général s'interdit toute double appartenance qu'il ne peut retrouver qu'après démission de sa Charge de Grand Maître Général de l'Ordre, sauf dans le cas où il siégerait, à l’issue de son mandat à la Présidence de l’Ordre, au sein du Directoire du Suprême Conseil en qualité de Grand Dignitaire. Pour mémoire, cette disposition, impérativement élargie à tous les Dignitaires placés en quelles qu’Instances que ce soient et à tous les Grands Dignitaires de l’Ordre, est applicable sans restriction au G:.M:.G:. –  S:.G:.C:.

3. – Installation du Grand Maître Général

      Le Chancelier préside la cérémonie d’investiture du G:.M:.G:. – Souverain Grand Commandeur élu selon les Us et Coutumes de l’Ordre.

Les dispositions officielles de cette désignation figurent dans le Rituel d’Investiture que nous a légué Robert Ambelain. Ce Rituel comprend les Serments Magistraux propres aux G:.M:.G:., Substitut G:.M:. et Député Maître. Cette Obligation d’Ordre peut être élargie aux Grands Officiers et Grands Dignitaires de l’Ordre, sur décision du Chancelier.
        Conformément à l'article 53 des Ordonnances de 1720, le G:.M:.G:. – S:.G:.C:. en exercice aura à désigner son Député (ou Substitut) dans les meilleurs délais qui suivent son Investiture et déclarer les nominations des Grands Officiers et Grands Dignitaires de tous les organes de l’Ordre ou confirmer les Grands Dignitaires inchangés.

4. –  Charges du Grand Maître Général

  • veiller à la bonne exécution des dispositions par le Suprême Conseil de l'Ordre, dont il est le garant auprès des Loges de Saint Jean dites ''Loges rouges" en sa qualité de Souverain Grand Commandeur auprès des Loges de Saint André (Souverain Chapitre, Chapitres et Ordre Intérieur), et plus largement de s'assurer de la stricte observance des Rituels par l'interface des Assistants Grand Maître ;
  • désigner le(ou les) Grand(s) Officier(s) et/ou Dignitaires chargés de l'assister dans ladite mission de veille ;
  • suppléer le Suprême Conseil Général dans la fondation de tout Atelier symbolique et procéder aux Cérémonies inhérentes, de même que répondre à toute demande des Conseils de Maître Installé pour la constitution de tout Chapitre (5° Grade) et Atelier rattaché à l'Ordre Intérieur ;
  • désigner les Membres du Grand Collège d'Officiers qui suppléaient la Grande Loge dans les Célébrations de fondation, de constitution de toutes Loges et Ateliers, et toutes les cérémonies particulières qui nécessitent l'intervention d'un ou plusieurs Dignitaires de l'Ordre ;
  • désigner le premier Maître de Loge ou le Maître-Surveillant initial de tout Atelier ;
  • délivrer tous titres revêtus du double sceau (Suprême Conseil et Grande Loge ou Souverain Chapitre), notamment Patente, Charte, Lettre d'accréditation, et autres documents passeports, certificats, …. ;
  • s'associer au Comité de rédaction qui intervient sur le Site internet destiné à porter les Travaux de l'Ordre, aux fins de constituer un référentiel du Early Grand Scottish Rite qui est appelé à nourrir une plate-forme d'informations à servir aux Membres de l'Ordre en général, comme aux Initiés et Voyageurs de la toile ;
  • fournir tous repères et informations utiles et nécessaires aux Travaux de recherche sur la Franc-Maçonnerie stuartiste du XVII° siècle, ses accointances chevaleresques et rosicruciennes ;
  • convoquer les Loges et Ateliers en Tenue annuelle de Grande Loge en tout Orient de son choix ;
  • actualiser les Règlements Généraux de l'Ordre ;
  • enfin, représentant permanent de l'Ordre et du Suprême Conseil d'Orient et d'Occident, il est l'interlocuteur privilégié auprès de ses Homologues des Obédiences, comme il intervient directement auprès du Chancelier, en tant que de besoin.

5. –  Pouvoirs du Grand Maître Général

     Conformément aux dispositions de l’Art. 53 des Ordonnances de 1720, le Grand Maître en exercice a tout pouvoir pour nommer son Substitut ou Député. Conformément à l’Art. 36 des mêmes Ordonnances, l’ancien et très louable usage rend un Substitut ou Député indispensablement nécessaire au Grand Maître, celui-ci peut céder sa place à son Substitut ou Député pour déléguer son autorité lorsqu’on érige une nouvelle Loge.

     Par ailleurs, les dispositions de l’Art. 8 du Complément ou Rectification à la Constitution (Ordonnances) de 1720 offrent la possibilité au Grand Maître Général de désigner un ou deux Grands Maîtres adjoints qu’il veut, en qualité de Souverain Grand Commandeur, détacher dans la Charge polyvalente aux deux Instances majeures de l’Ordre.

Ainsi, et pour tenir compte des dispositions de l’Art. 53 précité prévoyant la désignation par le Grand Maître, par ailleurs Souverain Grand Commandeur, des Grands Officiers qui sont habilités à prendre place également au sein du Souverain Chapitre, leur nomination doit être approuvée par le Chancelier. Après information officielle des Membres du Directoire et du Souverain Chapitre, le Grand Maître nomme les Grands Dignitaires du Grand Collège.

     Ces nominations font l’objet d’une communication à toutes les Instances de l’Ordre, à charge à ceux qui président aux Travaux des Loges et Ateliers, y compris Conseils de Maître Installé, Chapitres et Commanderies, de procéder aux annonces correspondantes, et le cas échéant célébrer une Batterie d’Allégresse en l’honneur du (ou des) Membre(s) désigné(s) qui serai(en)t présent(s) aux Travaux et/ou qui appartiendrai(en)t à l’Atelier.

     Le Grand Maître Général a la faculté de créer l’Office de Grand Inspecteur qu’il jugera nécessaire et propice à l’intérêt de l’Ordre en général. Au titre de l’exécution des décisions prises par le Directoire du Suprême Conseil, cet Office n’est pas exclusif au cadre du Directoire du Suprême Conseil et peut joindre ses actions auprès du Souverain Chapitre, permettant ainsi de ne pas dépasser le nombre de membres maximal fixé par les Statuts dans l’une des deux Instances. Indépendamment de son affectation (Suprême Conseil ou Souverain Chapitre), le Grand Inspecteur a vocation à mettre en œuvre les décisions prises concomitamment par le Directoire du Suprême Conseil et le Souverain Chapitre en faveur de l’indépendance du Rite, sa sauvegarde, et de veiller au respect de la Rituélie jacobite. Les charges dévolues à cet Officier sont fixées par Ordonnance à la signature conjointe du Chancelier et du Grand Maître Général.

     Sans précision de la durée des Offices des Grands Dignitaires dans les articles des Ordonnances de 1720 et Complément ou Rectification, leur nomination peut prendre fin avec le terme du mandat du Grand Maître Général – Souverain Grand Commandeur descendant de Charge, sauf décision contraire du Chancelier. La désignation de nouveaux Grands Officiers est suspendue à l’élection du nouveau Grand Maître Général, sauf si celui-ci siège à la Présidence du Suprême Conseil de l’Ordre et en décide autrement.

    Le Grand Maître Général – Souverain Grand Commandeur a toute latitude dans le cours de son mandat à pourvoir au remplacement des Membres de l’Ordre dans les deux corps constitués, de préférence Chevaliers du Temple, choisis nécessairement parmi ceux dûment inscrits sur le Tableau de Loge d’un Organe chapitral, quelle que soit la juridiction territoriale d’affectation.

La Charge de Grand Officier peut être cumulée avec un autre Office (Maître de Loge, Président d’un Conseil de Maître Installé, Commandeur d’un Chapitre, …), dès lors que celui-ci est détenteur du septième Grade ou en bonne voie de le devenir.

 

Article 12. – Missions des Grands Dignitaires de l’Ordre

 

      Selon les actions à conduire en concertation suivie ou étroite avec le Chancelier, le Grand Maître Général et les Grands Dignitaires sont en charge des responsabilités ci-après :

  • conforter l’indépendance du Rite et suivre les mesures protectrices prescrites par la Grande Loge ;
  • transmettre au G:.M:.G:. Requêtes, deman des de fondation ou d’intégration de Loges et/ou d’Ateliers, présentées par des Maçons désireux de rejoindre l’Ordre ;
  • assister, en tant que de besoin, ceux qui président les Travaux des Loges de Saint Jean ;
  • animer toutes conférences ou réunions d’instruction spécifique, comme intervenir en tant que de besoin dans les cérémonies et célébrations internes comme celles extérieures à l’Ordre ;
  • s’informer régulièrement des difficultés rencontrées par les Vénérables et Maîtres-Surveillant ;
  • avec le concours du Grand Secrétaire de l’Ordre, tenue des Registres des numéros matricule des Loges (Chartes et Patentes) et des membres pour l’attribution des numéros matricules à faire figurer dans le corps des divers titres (Diplômes, certificats et/ou attestation d'appartenance, Passeport,…) ;
  • étudier toutes demandes et suggestions des Loges de Saint Jean, dont les Conseils de Maître Installé ;
  • constituer l’ultime instance de recours (après le Conseil de Maître Installé) dans toutes affaires litigieuses pouvant concerner les Loges de Saint Jean ;
  • et plus généralement faire le nécessaire pour l’harmonie et l’Union des Membres dans les Loges particulières, en étroite concertation avec les Maîtres de Loge.

 

Article 13. – Rôle du Grand Collège – Grands Officiers

     Les Grands Dignitaires qui composent le Grand Collège des Officiers sont les Représentants de la Grande Loge et les Gardiens du Rite pour la permanence des Travaux dans la stricte observance des Rituels du Rite Ecossais Primitif et des Règlements Généraux.  Ils constituent l'interface de la Grande Loge auprès des Loges de Saint Jean qu'elle abrite. En leur rôle de représentants permanents du Grand Maître Général, les Grands Officiers sont les interlocuteurs des membres de l'Ordre du REP ainsi qu’auprès de leurs homologues Grands Dignitaires extérieurs à l'Ordre.

      Les Grands Officiers sont le relai entre membres de l'Ordre, toutes Instances confondues, dont ils sont ipso facto membres de droit, au même titre que les Trois Maillets des Loges sont admis en Tenue annuelle de Grande Loge, élargis à l'Orateur (selon avis du Maître de Loge) en son rôle particulier de veilleur respectueux des Règles lors des Travaux.

Rapprochement avec les Sociétés humaines en charge d'une direction ou d'une gestion

  • dans un esprit de collégialité, les Grands Officiers forment un partenariat solide et constituent une Instance intermédiaire qui REGULE, CONSTATE, OBSERVE, RECUEILLE contributions et annonces des Initiés en interne, et selon le cas en externe, pour une pertinence des mesures correctives à apporter dans le fonctionnement des Loges ;
  • sans être arbitres pas plus que de vulgaires inquisiteurs, ils sont CONSTRUCTEURS et INVESTIGATEURS des problématiques à présenter pour entreprendre toute amélioration dans l'échange, et pour conduire la construction dans la perfection des Travaux, PARCE QUE L'ARBITRAGE relève d'un travail COLLECTIF qui permet d'appréhender et de moduler afin de conduire à l’Art royal.

Le GRAND COLLEGE des Officiers rassemble des membres polyvalents, quel que soit leur Office de Dignitaire, parce qu'ils maîtrisent le RITE.

     Pour résumer, les Grands Officiers sont force de proposition, mais aussi les référents du Rite Ecossais Primitif et les bienfaiteurs de l'Ordre dans une gouvernance harmonieuse.

     Les Grands Officiers sont les garants conjoints et solidaires des Instances supérieures de l'Ordre, les protecteurs de tous les membres dans l'égalité, la probité et l'honneur.

Sont en fonction au sein de toutes les Instances et les Organes de l'Ordre,

au titre de Très Respectable, selon protocole de réception (Salut par 7, à défaut de Maillets battant et Voûte d'Acier) :

  • le Député Grand Maître
  • le Grand Visiteur Général de l'Ordre, ce dernier étant appelé, selon l'article 18 des Ordonnances de 1720, à faire usage de son expertise afin d'apprécier les Travaux en tous les Ateliers de l'Ordre sur les MEMES MODELES.
  • le Garde des Sceaux est chargé de faire régner la justice de l'Ordre dans l'ensemble des Ateliers placés sous la Juridiction de la Grande Loge Française REP. Dans l'exercice de ses fonctions et en Tenue de Grande Loge, il sera reçu en premier avant tout autre Dignitaire conformément à la tradition monarchique jacobite.
  • le Grand Secrétaire de l’Ordre, Vicaire du Chancelier a en charge la collecte de tous les documents issus des Loges (convocations et Plans parfaits, Planches tracées et Travaux des Loges), dont il tiendra à disposition des Grands Officiers la somme de ces collectes, qu’il peut présenter sous forme abrégée avec le Tableau de bord annuel des activités de chaque Loge.

au titre de Respectable, selon protocole de réception (Salut par 5), le Collège des Grands Officiers est composé des membres suivants dans chaque Cardinal :

  • le Grand Orateur a la charge, en tout lieu et à toute heure, d'invoquer la stricte application des Règlements Généraux de l'Ordre et le Droit maçonnique, afin que les réunions à tous les Grades et Degrés soient sereines et exemptes de conflits. Il est Orateur de plein droit au sein des Loges et Ateliers de l'Ordre ;
  • le Grand Porte-Glaive a la charge de la justice maçonnique de son Card
  • l’Inspecteur du Rite, dans son Cardinal, est en charge de toute la communication interne du Rite, et il s’assure de la pratique orthodoxe du Rite ;
  • l’Assistant Grand Maître du Cardinal est en charge de la représentation du Grand Maître Général en tant que de besoin. Il a la charge de le tenir informé, ainsi que d’aviser le Missi Dominici, des activités des Loges placées dans le territoire qu'il supervise. Il est aussi le Prieur de son Cardinal.

au titre de Très Vénérableselon protocole de réception (Salut par 3), les Assistants Grands Officiers assistent les Grands Officiers dont ils assurent la représentation afin d’alléger leurs Charges et de suppléer aux difficultés géographiques du Cardinal.

 


Sous-titre II-2. LOGES DE SAINT JEAN, dites Loges rouges

       Les Loges de Saint Jean au Rite Ecossais Primitif sont classées Loges rouges parce qu’elles entrent dans la Franc-Maçonnerie initiatique à caractère liturgique, dont la rituélie pourrait être entendue tel un écho de nombreuses philosophies et cultures nées de l’étude du Monde et de la nature, pour conduire à la Connaissance.

La couleur rouge PONCEAU de l’ornementation de ses Temples et des décors de ses Membres, dans le prolongement du cordon rouge du Rose+, confère à cette rituélie une identité éminemment initiatique et spirituelle, voire christique et rosicrucienne.

 

 2.1. – LOGES SYMBOLIQUES (Apprenti, Compagnon, Maître-Maçon)

Article 14. – Constitution d’une Loge symbolique ou d’un Triangle

Il convient de dissocier les Loges (Loge juste et Loge juste et parfaite) des Triangles, dont la distinction se résume brièvement comme suit :

  • Le Triangle est une structure maçonnique à vocation temporaire, composée de trois Membres au moins, dont un nécessairement Maître-Maçon est désigné, à la création du Triangle, responsable sous le titre de Maître-Surveillant. La vocation du Triangle ambitionne sa forme en Loge symbolique dans des délais non imposés. Sans terme fixé, la transformation s’opère le plus souvent dans un délai de deux années. Le Maître-Surveillant reçoit une Patente nominale par laquelle il se trouve investi d’une mission constitutive et il doit agir en tant que tel.
  • La Loge est une structure à vocation permanente composée a minima de cinq (loge juste) à sept (juste et parfaite) Maçons fondateurs et actifs, dont l’un est désigné par le Conseil de l'Ordre pour être Vénérable à la constitution de la Loge et ce pour une durée de trois années. A l'expiration (ou à l’interruption) de ce premier Vénéralat, la mandature suivante est soumise au vote des Membres de la Loge selon procédure électorale d’un nouveau Vénérable qui sera installé pour une nouvelle période (cf. mémento du Vénérable). Le Vénérable sortant peut être candidat à sa propre succession.

    Conformément aux dispositions de l’Art. 9 du Complément ou Rectification aux Ordonnances de 1720, le nom des Loges et Ateliers doit évoquer la Vieille Ecosse, afin de conserver la pureté de la filiation maçonnique typiquement ‘’écossaise’’, remontant aux Loges des Régiments militaires du XVIIe siècle à Saint-Germain-en-Laye.

     Triangle comme Loge, classés Loges symboliques dans la hiérarchie du REP, sont bénéficiaires d’une Patente régulière portant titre distinctif suivi du numéro matricule de l’Atelier et de son Orient.

Quant à leur constitution, Loge et Triangle, elle diffère comme suit :

  • Le Maître-Surveillant d’un Triangle reçoit une Patente nominative.
  • Les Loges justes et parfaites se voient remettre une Charte qui fait mention des distinctions suivantes : habilitation supplémentaire à travailler et recevoir au 4° Grade – Maître de Saint Jean (Conseil de Maître Installé), après avis favorable du Conseil de l'Ordre saisi par le Chapitre de même juridiction territoriale. En outre, le Vénérable est muni d’une Lettre-Charte et le Collège d’Officiers, sous couvert de l’Orateur de la Loge, d’une Lettre d’accréditation.

    S’agissant du Triangle, son habilitation est limitée aux trois Grades symboliques –Apprenti, Compagnon, Maître-Maçon–. Toutefois, le Triangle est en mesure de travailler et recevoir à ces grades. Pour ce faire, le Maître-Surveillant fera appel en tant que de besoin à des Membres de Loges-sœurs ou des Initiés amis, afin de ne pas spolier les Impétrants par une Réception dans une version réductrice, s'appuyant sur des cérémonies incomplètes ou imparfaitement conduites.  A cet égard, et dans la perspective d’un nombre réduit de Maîtres, les Maîtres-Surveillant disposent de Rituels où les actes sont redistribués et cumulés sur peu d’Officiers.

      Loges et Ateliers qui travaillent au Rite Ecossais Primitif sont par définition à vocation initiatique et leurs Travaux ne portent que sur des sujets dont la contribution au but même de la Franc-Maçonnerie est affirmée. Outre les formes – rituélie, symbolisme et voie initiatique – peuvent être traités de nombreux thèmes (cf. article 2), parmi lesquels figurent la philosophie, la spiritualité, les Sciences de l’Art, l’Histoire des civilisations,… autant que tous travaux d’études et de recherche laissés au gré des Membres. Les Loges sont libres d’inscrire dans leur Règlement Intérieur toutes conditions particulières qu’elles jugeraient utiles de spécifier en vue de préserver l’harmonie entre les membres de la Loge (notamment dans leur vêture), pour autant que ces conditions particulières ne soient pas contraires aux clauses des présents Règlements Généraux de l’Ordre.

      S’agissant d’une Loge candidate à l’intégration, par voie d’affiliation ou de fondation, au sein de la Grande Loge Française Rite Ecossais Primitif, elle peut faire l’objet des aménagements suivants : conservation de l’ancienneté de la Loge dans la Franc-Maçonnerie ; de même que ses membres sont affiliés à leur Titre, Grades et Qualité sur présentation d’un dossier complet ; enfin reprise possible du Titre distinctif à personnaliser d’une empreinte écossaise.

 

Article 15. – Les Membres de la Loge

     Les Membres de nos Ateliers se retirent pour travailler dans des lieux paisibles et neutres, dans lesquels les passions humaines ne sauraient avoir accès. Ils ne sauraient s’immiscer dans aucune controverse ou polémique touchant à des questions sociétales et d’intérêt personnel, comme à tous sujets et thèmes économiques, politiques ou confessionnels. 

     Les Ateliers du REP sont destinés à accueillir les trois voies : masculine, féminine ou mixte.

Dans leur autonomie de gestion, les Loges ont la faculté de changer de voie à tout moment, prenant soin d’informer la Grande Loge. L’admission des Profanes comme des candidats à l’Affiliation, en la Loge symbolique comme en Triangle, est subordonnée à des procédures de mise en relation (enquêtes, rapport, contact,…) et à un formalisme requis préalable à toutes Réceptions (dossier de candidature d’un profane ou d’un Initié qui souhaite rejoindre l’Ordre, engagement personnel de confidentialité, puis dossier de membre, …), afin d’authentifier l’appartenance à l’Ordre de façon inopposable et régulière, par l’attribution d’un numéro matricule et d’une attestation d’appartenance à l’Ordre. Les candidats à l’admission souscrivent, autant que l’Ordre à leur égard, à une réciprocité de confidentialité et de discrétion.

     Il est à remarquer que Robert Ambelain figure parmi les premiers Grands Maîtres favorables à l’entrée des Femmes en la Franc-Maçonnerie, sans se placer dans le prolongement de la Maçonnerie d’Adoption créée au XVIIIe siècle limitée à la voie féminine et aux seuls grades symboliques. Aussi, par convention et partant du principe qu’un Franc-Maçon comme une Franc-Maçonne en recherche sont êtres humains avant tout, Robert Ambelain contourne la considération du genre pour rendre admissible l’entrée des Sœurs en Loges mixtes dans un Rite Ecossais de Tradition. C’est pourquoi l’Ordre privilégie l’appellation de ‘’Frère’’, eu égard aux origines du Rite Ecossais Primitif qui a pris ses racines dans la Maçonnerie dite Jacobite, laquelle s’est appuyée sur des Loges Régimentaires et la Chevalerie du XVIIe siècle. Cependant, il est admis que nos Sœurs peuvent s’en offusquer, si bien que la Loge retient la distinction du genre, qui ne peut toutefois s’appliquer au titre de certains Offices, dont celui historique de Frère Terrible et Orateur toujours de circonstance comme Maître et Expert, sans distinction de genre à l’exemple de ‘’Maître de conférence’’. L’attention doit être d’autant plus renforcée que nous assistons à une mouvance identitaire naissante, elle-même en recherche, notamment sur la ‘’théorie du genre’’ et/ou l’importance croissante donnée à la distinction du genre. Il serait dommageable pour l’Institution maçonnique, l’une des plus vieilles sociétés humaines qui a traversé les siècles et les continents, qu’elle soit touchée par les dérives ou une ‘’crise’’ doctrinaire d’influence identitaire.  En fait, les Loges étant autonomes, leurs Membres agissent en leur âme et conscience.

1. – Composition de la Loge

  • Membres actifs, y compris fondateurs restés ac tifs, qui participent régulièrement aux Travaux de la Loge, et qui se font excuser en cas d’absence. Ils s’acquittent de leur capitation annuelle envers la Loge et donnent leur contribution à l’Aumônière dans le cours des Tenues, ou obole si absence ;
  • Membres inactifs qui ont formulé par écrit une demande de congé provisoire pour convenance personnelle. S’ils ne sont pas dispensés du paiement de leur cotisation annuelle, celle-ci est laissée à la libre appréciation de la Loge. Sauf cas de force majeure ou clause prévue au Règlement Intérieur de la Loge, la mise en retrait ne saurait excéder une durée de deux années ;
  • Membres honoraires qui ont été reçus comme tels par les Membres actifs de la Loge ;
  • Membres d’Honneur (Vénérable d’Honneur) admis par la Loge pour leurs actions bénéfiques au Rite Ecossais Primitif.

      Ne sont pas compris dans les effectifs courants de la Loge, les membres pétitionnaires s’ils n’ont aucune charge dans la Loge ou qui ont pris place momentanément sur les rangs de la Loge, pour l’aider à se constituer. Ces Membres rejoignent les Membres honoraires et les Membres d’Honneur qui ont favorisé la création de la Loge et qui ont toutefois une activité dans l’Ordre au sein d’une Loge-sœur. Cependant, ils restent membres fondateurs et sont à l’évidence rattachés à leur première Loge afin de bénéficier d’un numéro matricule, qui les suivra tout au long de leur parcours dans l’Ordre.

    Traditionnellement la création d’une Loge est sollicitée par des membres fondateurs ou pétitionnaires selon une requête présentée à un Ordre ou une Obédience, ou par un corps d’Initiés pour se constituer en un Collège d’Officiers prêt à œuvrer dès l’ouverture de la Loge. 

     Ainsi, dès la cérémonie de fondation de la Loge (comme du Triangle), le Vénérable (Maître-Surveillant) qui présidera les Travaux aura pour obligation de confirmer et d’installer son Collège d’Officiers qui l’appuiera dans la vie de la Loge (Cf. Mémento du Vénérable).

En Triangle, après le Maître-Surveillant le Secrétaire remplit le deuxième Office, et le Trésorier le troisième. En loge juste et parfaite, hormis le Vénérable, ils sont au nombre de sept : le Premier Surveillant, le Second Surveillant, l’Orateur, le Secrétaire, le Trésorier, le Maître de Cérémonie, le Frère Terrible. Selon le Règlement intérieur de la Loge, deux d’entre eux peuvent cumuler un second Office concernant, soit l’animation de la Colonne d’Harmonie, soit la gestion des Banquets.

     La Loge se voit remettre lors de sa consécration les outils nécessaires aux Travaux en Loges symboliques, dont le Livre de la Loi et les Rituels, dans lesquels est précisée la vêture des participants aux Travaux en Loge symbolique à chaque grade, et largement détaillée dans un ‘’feuillet jacobite intitulé Les Décors au REP’’. Il en est de même pour la décoration du Temple, vivement conseillée, pour les Travaux en Loge, sachant que dans les débuts plus ou moins modestes de la Loge, le temps nécessaire lui est laissé pour son acquisition complète des Outils et matériaux.

 

2. – L’entrée de nouveaux Membres dans la Loge

     A l’issue de l’intégration au sein de la Loge d’un candidat à l’Initiation comme à l’Affiliation, il convient de préciser ce qui suit. Le nouveau Membre admis, au sein de la Loge, aura à supporter une cotisation exceptionnelle appelée par la Grande Loge pour couvrir le coût de son passeport. Il lui sera aussi proposé de recevoir une simple carte d’appartenance (style carte bancaire) remise gracieusement par la Grande Loge.

Quant à la cotisation annuelle des membres appelée par la Loge particulière, elle est soumise à une décision du Collège d'Officiers, hors les frais inhérents à son ‘’équipement’’ personnel (gants, tablier, …), y compris pour les Initiés affiliés qui auront également à s’équiper des décors propres au REP. Les membres initiés et les candidats à l’intégration sont par ailleurs vivement invités à acquérir le Livre comprenant les Rituels pour les Travaux en Loges symboliques, au coût de 18 €, disponible aux Éditions Dualpha, prenant naturellement soin d’éviter de s’attarder sur les rituels supérieurs au grade dont ils sont détenteurs. Les Réceptions successives ne font l’objet d’aucune cotisation supplémentaire, seuls les décors restent à la charge des Impétrants.
      Nos Membres ont la faculté de requérir l’Initiation d’enfants, dont ils sont nécessairement les Parrains. Sont concernés ceux ayant atteint un âge leur permettant d’être frappés par le cérémonial maçonnique, puisque nos Rituels comprennent le rite de Réception du Louveton. Toutefois cette admission est suspendue à la décision unanime de tous les Membres de la Loge.

Ils peuvent également solliciter auprès d’un des Officiers une Tenue particulière destinée à rassembler les proches du Défunt en hommage au Maçon(ne) disparu(e), comme une Tenue du Souvenir pour les Membres de la Loge qui souhaiteraient se recueillir en sa mémoire. (Cf. mémento du Vénérable).

Ainsi que le préconisent les Ordonnances de 1720, les scrutins se tiennent sous le sceau du secret individuel par boules (balles) blanches et noires à bulletin secret (boule ou balle), sauf avis contraire ou clause prévue dans le Règlement Intérieur de la Loge.
Tout membre entrant s’engage à prendre part à tous les Travaux auxquels il est convoqué à raison de ses grade, titre et qualité (y compris dans la charge d’un Office), sauf à lui de justifier un empêchement relevant d’un cas de force majeure.

L’assiduité est le premier Devoir d’un Franc-Maçon, à distinguer du premier Devoir d’un Franc-Maçon en Loge.

3. – Perte de la qualité de membre

     Le cas le plus courant est la démission présentée pour convenance personnelle sous forme de déclaration écrite adressée au Maître de Loge. Quitus est alors délivré par le Trésorier de l'Atelier au membre démissionnaire après vérification de sa situation au regard du Trésor de la Loge. Muni de son passeport (ou de sa carte d’appartenance) qu’il aura conservé, sa réintégration peut être déclarée selon décision prise à l’unanimité des Membres actifs de la Loge. Même si la démission est un acte libre sans justification à y donner, elle reste un sujet d’interrogation pour les Membres qui se trouvent déconcertés par le départ de l’un des leurs. Le Maître de Loge peut alors solliciter la faveur du démissionnaire afin de connaître les motifs de sa décision.

     Hors démission, la perte de la qualité de Membre de la Loge est prononcée par le Maître de Loge, après constat de certains faits avérés, événements ou circonstances dommageables à l’Atelier et/ou à l’Ordre. Il peut s’agir de :

  • la radiation, prononcée pour motif sérieux et récurrent (défaut du règlement de la cotisation annuelle appelée par la Loge, absences répétitives sans excuse ou raison légitime, …) est signifiée dans un délai raisonnable pour permettre au membre défaillant de se ressaisir. Comme pour la démission, la réintégration est possible sur avis concerté du Collège d’Officiers et décision prise à l’unanimité des Membres actifs ;
  • l’exclusion, soumise à la consultation du Collège d’Officiers et vote de tous les Membres actifs, est déclarée après constat d’un manquement grave aux engagements maçonniques d’un Membre coupable d’attitude inqualifiable vis-à-vis d’un seul Membre ou plusieurs, d’actions frauduleuses, de comportements contraires aux principes de tolérance, d’addictions incontrôlées susceptibles de nuire à l’harmonie et à la paix de la Loge, etc.).

L’exclusion est une décision grave parce qu’irrémédiable et sans réintégration possible.

Ces sanctions relèvent des seules décisions de la Loge, sans que la Grande Loge ait à y interférer. En effet, radiation et exclusion sont placées sous la direction de la Loge particulière – Maître de Loge et son Collège d’Officiers –  qui ont plein pouvoir d’exécution.Toutefois le Membre de la Loge, frappé de radiation ou d’exclusion, peut faire appel de cette décision auprès du Conseil de Maître Installé de la Juridiction (dont relève l’Atelier), lequel se constitue en seconde instance pour statuer en dernier ressort.

En extrême recourt, le Conseil de Maître Installé est seul habilité à saisir la Grande Loge, Instance ultime pour toutes les questions litigieuses et plus particulièrement celles difficiles.

    Dans tous les cas, la sanction prise par le Maître de Loge sera suspendue jusqu’au prononcé de la sentence rendue (ou restituée des conclusions de la Grande Loge si elle en a été saisie) par le Conseil de Maître Installé de la Juridiction, sachant que le Membre concerné ayant fait appel s’abstient de participer aux Travaux de l’Atelier jusqu’à l’annonce de la sentence ultime. Enfin, le Maître de Loge a l'obligation d'informer, sans délai, le Grand Secrétaire de l’Ordre des dispositions qui ont été prises à l'encontre d'un Membre.

     Dans les cas les plus ardus et litigieux (cf. article 9 des présents Règlements Généraux), le Maître de Loge peut consulter le Garde des Sceaux qui jugera de l’opportunité à saisir le Directoire du Suprême Conseil.

Les dispositions et clauses antérieures qui seraient contraires au présent Règlement sont annulées.

 

Article 16. – Maître de Loge – Administration de la Loge

     Le premier Vénérable d'une Loge juste et parfaite (à la fondation ou à l’affiliation) est désigné par le Grand Maître Général de la Grande Loge et installé par lui-même ou tout Grand Dignitaire qu’il missionnera à cet effet. Ce premier Maître de Loge est habilité à prendre ses fonctions à l’issue d’une cérémonie d’Installation. Par la suite, la Loge sera donc présidée par ledit Maître de Saint Jean désigné par l’Ordre.

Conditions attachées à l’Office de Vénérable, étant préalablement rappelés les usages adoptés par les Règlements généraux, selon lesquels la Maîtrise ad vitam n’est pas un droit ou un état permanent au sein de l’Ordre du REP.

A l’issue de ce premier mandat de trois années, soit celui-ci peut être reconduit pour une nouvelle période (qui ne peut excéder trois années) sur décision unanime des Membres de la Loge, soit il y a lieu de procéder à l’élection d’un nouveau Maître de Loge.

Le Vénérable descendant de Charge doit organiser l’élection de son successeur par les Membres de la Loge. Selon un calendrier des opérations électorales (avril à juin) préalables à la Cérémonie d’investiture du Maître de Loge ELU, celle-ci doit être célébrée à la rentrée maçonnique de septembre. A l’expiration du mandat du Vénérable descendant de charge, celui-ci peut être candidat à sa propre succession, comme ci-avant précisé.

Après la fondation de la Loge par voie de constitution ou d’affiliation, et à l’issue du premier mandat du Maître de Saint Jean désigné par l’Ordre, l’Installation d’un nouveau Maître de Loge et celle de tous ceux qui se succèderont au Vénéralat, est suspendue à certaines conditions de détention de grades conférés au Maître de Saint Jean.

Pour être éligible au Premier Maillet d’une Loge symbolique, il faut :

  • être détenteur des grades de Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André (5°) et de Maître Installé (4° Grade). En ce cas, le Commandeur du Chapitre confirmera ladite élection par la voix d’une lettre adressée au futur Maître de Loge (cf. Sous-Titre II-3., ci-après), et par la communication à la Grande Loge de la Planche tracée qui certifie cette nomination. Il sera alors procédé à la Cérémonie d’Installation du nouveau Vénérable inscrite au Plan parfait de la plus prochaine Tenue (cf. calendrier des opérations, Mémento du Vénérable, page 17) ;
  • si détenteur du 5e Grade de Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André et non détenteur du 4° Grade de Maître Installé ;
  • le Commandeur aura à saisir le Conseil de Maître Installé afin qu’il soit procédé à la réception dudit Chevalier de Saint André concerné au 4° Grade de Maître de Saint Jean, grade requis pour diriger une Loge symbolique et préalablement à son Installation sur le Trône ;
  • si non détenteur du (5e) Grade de Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André, il y aura lieu de procéder à la Cérémonie chapitrale d’Adoubement pour armer le futur Maître de Loge Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André, et ce préalablement à son Installation sur le Trône.

En Loge symbolique, le Maître installé élu est dénommé Vénérable. En sa qualité de Premier Maillet, il porte les décors de sa Charge. Selon les dispositions particulières du Décret Magistral du 21 janvier 2002, les décors du Vénérable (ou Maître de Loge) sont constitués du Tablier de Maître-Maçon avec les trois Taux retournés et d’un sautoir rouge doublé de même (de préférence) où est brodé en pointe l’Hexagramme entouré de rayons or. Au sautoir, est suspendue l’Équerre (couleur or) du Vénérable. Sont plus largement détaillés, dans un feuillet jacobite du 21 juillet 2019 valant Ordonnance intégrée dans le Livre de la Loi, les Décors recensés à tous les grades et degrés de la hiérarchie du Rite Ecossais Primitif.

     Le Maître de Loge descendant de charge est sollicité à occuper systématiquement le siège du Frère Terrible et il porte à la pointe de son Sautoir le Bijou du Grade et le Tablier aux trois Rosettes rouges qui est celui du Maître-Maçon accompli, puisque détenteur du 4° Grade.

En effet, Il ne peut y avoir en Loge qu’un seul Officier porteur du Tablier (aux trois Tau renversés) de Maître de Loge, en l’occurrence le Vénérable.

Dans le cas contraire et sans Office, le Vénérable sortant garde le Tablier de Maître-Maçon accompli et à la pointe de son Sautoir est suspendu le Bijou de Vénérable d’Honneur (Équerre avec Rectangle articulé, démonstration du Théorème de Pythagore). Et s’il occupe un Office, y compris celui de Frère Terrible, le Bijou d’Office se substitue toujours au Bijou du Grade, qu’il peut néanmoins porter en d’autres cérémonies, et précisément en visite à l’extérieur.

     La Loge est administrée par le Maître de Loge, assisté de son Collège d’Officiers. Le Vénérable peut convoquer un Comité de Loge ou un Collège d’Officiers (à ne pas confondre avec le 4° Grade – Conseil de Maître Installé), afin de délibérer de tout sujet qui n’entre pas dans la rituélie des trois grades symboliques (Apprenti, Compagnon, Maître-Maçon).

Les deux expressions précitées ne sont pas à confondre avec les Travaux et Cérémonies rituelles au Signe de Maître-Maçon qui se tiennent en ‘’Chambre de Milieu’’, appellation dédiée au 3° Grade du Rite Ecossais Primitif.

Les dispositions et clauses antérieures qui seraient contraires au présent Règlement sont annulées.


Article 17.Engagement du Vénérable

       Lors de son Investiture, le Vénérable prête l’Obligation solennelle de Maître de Saint Jean.

     Sans porter préjudice au droit de la double appartenance (et non multiple), mais en raison de la lourde tâche qui incombe à un Maître de Loge en exercice, celui-ci ne peut contracter, et ce uniquement pendant la durée de son mandat, un Office au sein d’une Loge étrangère à l’Ordre du REP.

Dans le cas où lors de son élection à la charge de Maître de Loge, celui-ci serait déjà affilié à une Loge extérieure à l’Ordre, suggestion lui sera faite de suspendre sa double appartenance durant son Vénéralat.

Néanmoins, après contact auprès du Grand Maître Général – Souverain Grand Commandeur, ce dernier est en mesure d’accorder une dispense exceptionnelle de courte durée pour ne pas priver le Maître de Loge élu du temps nécessaire aux dispositions qu’il aura à prendre pour annuler cette double appartenance, afin de conserver son Premier Maillet au sein de l’Ordre du REP.  Dans ce contexte, le Maître de Loge élu s’engage à confirmer à toutes les Instances supérieures –Grande Loge, Souverain Chapitre et Ordre Intérieur– sa détermination à ne point se laisser détourner de sa tâche au sein d’une Loge de Saint Jean dont il prend la responsabilité.

Les clauses et stipulations antérieures qui seraient contraires au présent Règlement sont annulées.

 

2.2.  –   ADMISSIONS à L’INITIATION d’un PROFANE et à

             L’AFFILIATION d’un INITIE en LOGE SYMBOLIQUE


Article 18. – Dispositions générales

   Les Loges et Ateliers de la Grande Loge Française Rite Écossais Primitif sont ouverts aux Profanes majeurs et aux Initiés désireux d’entreprendre ou de poursuivre une démarche initiatique personnelle, dans la reconnaissance d’un principe créateur de toutes choses et dans le respect d’autrui.

Les candidats doivent être majeurs et disposer de moyens d’existence propres.

    Sauf approche indirecte par la voie internet, toute candidature à l’initiation ou à l’affiliation est généralement parrainée ou cooptée par un Membre de la Loge, par un Initié en relation sérieuse avec un Membre de la Loge, ou encore candidature présentée par un Membre d’une Instance de l’Ordre. Sauf stipulation contraire prévue dans le Règlement Intérieur de la Loge, en matière d’admission d’un nouveau Membre, le défaut de parrainage ou de cooptation peut être valablement corrigé par le Maître de Loge dans la désignation d’un Parrain choisi parmi les Membres de la Loge qui acceptera de cautionner le candidat, tant à l’Initiation qu’à l’Affiliation. A cet égard, il est particulièrement soulignée l’importance capitale du Parrainage.

      Conformément aux dispositions prévues par les Ordonnances de 1720, et notamment en son Article 7, l’admission soumise à un vote est subordonnée à un consentement unanime des membres de la Loge sans aucune distinction de Grade, étant soulignée la non exclusion des membres ouvriers. De plus, il convient de s’attarder sur l’Article 19 de ces mêmes Ordonnances qui stipule que chaque Membre de la Loge, sans précision ajoutée de la qualité de Maître, a sa voix dans tous les scrutins.

En conséquence et sauf clause contraire comprise dans le Règlement Intérieur propre à la Loge, ce qui serait fort regrettable pour l’union et l’harmonie entre tous, mais non imposée eu égard à l’autonomie des Loges et Ateliers de l’Ordre, que :

  • outre les membres de droit de la loge symbolique, tous les Membres actifs, y compris Apprentis et Compagnons, doivent pouvoir participer au vote d’admission ou d’affiliation après six mois consécutifs de présence aux Travaux et Tenues de la Loge (délai d’ancienneté de précaution) ;
  • si les Apprentis et les Compagnons ont droit à l’abstention, qui ne sera pas retenue dans les suffrages exprimés, les Maîtres ont l’obligation de se prononcer favorablement ou défavorablement étant en pleine capacité d’appréciation ;
  • seuls les Membres en règle avec le Trésor sont électeurs (règle imposée) ;
  • sans nuisance véritable aux articles des Ordonnances de 1720, qui préconisent le vote par balle ou boule, il peut se tenir à main levée selon le Règlement intérieur de la Loge ;
  • sauf stipulation contraire précisée dans le Règlement intérieur de la Loge, aucune candidature ne pourra être acceptée contre l’avis d’un seul Membre de la Loge ; à défaut d’un vote unanime, le Vénérable peut proposer qu’il soit procédé à un second tour ;
  • en cas de vote défavorable à la candidature présentée, il peut être fait application des dispositions prévues aux Art. 82 et suivants des Ordonnances de 1720.

Comme en certains actes spécifiques qui sortent des actes rituels, le formalisme du vote (par boule ou main levée) est repris dans le Mémento du Vénérable.

Plus généralement, Loges et Ateliers de la Grande Loge Française du Rite Écossais Primitif sont libres d’inscrire à leur Règlement Intérieur toutes conditions particulières en matière de procédure de vote, que leur Collège d’Officiers jugerait utiles de spécifier en vue de préserver l’harmonie devant présider à leurs Travaux, pour autant que ces conditions particulières ne soient pas en contradiction ou en opposition aux dispositions des présents Règlements Généraux.

 

Article 19. – Orientations préalables à l’entrée d’un nouveau Membre

L’Art. 6 des Ordonnances de 1720 prévoit que ‘’nul ne saurait être adopté en qualité de Membre d’une Loge s’il n’a été annoncé un mois d’avance, de façon qu’on ait eu tout le temps nécessaire de prendre des informations sur son caractère moral’’

Par ailleurs, démonstration étant faite de l’importance des précautions à prendre, avant de donner suite à une demande d’admission, y compris dans le cas d’une Affiliation, rappel est fait quant à certaines dispositions préconisées, voire impératives, dans l’instruction des candidatures (cf. alinéa n° 2 ci-après).

1. – Enquêtes préliminaires communes aux admissions (Profanes et Initiés) – Audition d’un profane

     Le principe de l’enquête entre dans le champ d’une mesure conservatoire laissée à la libre appréciation de la Loge et relève de son Règlement intérieur, aussi bien pour les profanes que pour les candidatures à l’affiliation par des Initiés. 

Si cet usage est adopté par la Loge, elle doit s’astreindre aux conditions suivantes inscrites en détail dans le Mémento du Vénérable dans le respect des règles de l’Art, comme suit :

  • nombre d’enquêtes à définir (au maximum de 3) ;
  • ne peuvent être désignés comme enquêteurs le Maître de Loge et le(ou les) Parrain(s) du(de la) candidat(e) ;
  • le Vénérable est seul à connaître le nom des enquêteurs ;
  • les convocations des profanes pour une audition sous le Bandeau sont à envoyer sur du papier qui identifie non pas la Loge et l’Ordre mais l’Association qui porte et représente l’Atelier ;
  • inscription de l’audition dans les points du Plan parfait, en tenant compte qu’il y a lieu de ne pas énoncer l’identité des profanes (même avec abréviations maçonniques impossibles, le candidat n’étant pas maçon, mais uniquement les initiales) ;
  • en cas de vote(s) défavorable(s) à la candidature présentée, une procédure peut être mise en place pour relancer le débat sur cette candidature et proposer deux à trois nouvelles enquêtes qui seront soumises à un nouveau scrutin subordonné à une décision unanime des Membres votants ;
  • enfin le résultat, qu’il soit favorable ou défavorable, est nécessairement indiqué dans la Planche tracée, et ce sans dénoncer clairement l’identité du candidat (y compris en évitant la forme maçonnique abrégée qui traduit bien trop souvent son nom), par référence aux engagements de confidentialité réciproques de l’Ordre quant à la non divulgation de l’identité d’un Profane ou d’un Initié.

2. – Affiliation (Triangle et Loge)

      L’attention doit être particulièrement portée sur la motivation première d’un Maçon à rejoindre une nouvelle Formation et un autre Rite. En effet, il est important de cerner chez l’Initié candidat à l’affiliation une décision qui prendrait sa source dans une déception ou dans une amertume qui le conduirait alors à quitter un Atelier à la suite de conditions malheureuses.

     Il en est tout autrement pour un choix qui s’ouvrirait sur une voie initiatique différente, ou s’il s’agit d’une démarche en double appartenance pour un enrichissement personnel.

Dans le premier cas (déception et amertume), des mesures conservatoires et prudentes s’imposent et sont suggérées à la Loge indépendamment de son autonomie de décision.

En effet, outre le principe d’une enquête, il est ardemment préconisé :

  • contact préalable entre le Vénérable et le candidat ;
  • trois visites de l’Atelier par le(la) candidat(e) à l’affiliation. Ces visites doivent permettre tant à l’Initié qu’aux membres de la Loge de se forger une opinion sur la capacité d’intégration de l’impétrant ;
  • lettre de demande d’affiliation mentionnant les grades, titre et qualité ;
  • si double appartenance, confirmation de la demande auprès de la Loge étrangère à l’Ordre ;
  • signature du document ‘’dossier candidature’’, valant déclaration officielle de demande d’admission au sein de l’Ordre, dument accompagné des documents cités et compris à l’alinéa suivant ;
  • fourniture par le candidat de pièces complémentaires au document ‘’dossier de candidature’’ requises pour une admission dans l’Ordre : lettre de motivation, extrait casier judiciaire, acte d’engagement personnel, résumé parcours maçonnique et copies certificats (brefs ou passeport attestant des grades maçonniques, avec mention du Grade le plus élevé dont se prévaut le candidat) ;
  • en cas de démission d’une Loge comme de double appartenance, fourniture du quitus de la Loge étrangère au REP.

     Le Maçon admis dans l’Ordre, quel que soit son Grade ou Degré, reste soumis à la prestation de Serment des Francs-Maçons comprise dans le rite d’Affiliation (cf. Cérémonies particulières pages 147 à 152), cérémoniaire qui fera l’objet d’un point du Plan parfait d’une Tenue en Loge au Signe d’Apprenti.

S’agissant de l’intégration d’un Initié candidat aux Degrés supérieurs, son admission dans l’Ordre implique nécessairement une intégration et un rattachement à une Loge symbolique.

    Tant pour les Profanes que pour les Initiés, la communication par mail et sans délai d’une copie de l’imprimé ‘’dossier de candidature’’ au Grand Secrétaire de l’Ordre est obligatoire et impérative pour la délivrance du numéro matricule à faire figurer sur le Passeport (ou carte d’Appartenance) du Récipiendaire, et ce AVANT la cérémonie de Réception ou la cérémonie d’Affiliation.

Faute de transmission de ce document, la Grande Loge serait parfaitement en mesure de rejeter l’admission à l’Initiation ou à l’Affiliation. Cette pièce, authentifiée par la triple signature du Maître de Loge, du Parrain et du Secrétaire, est donc indispensable et préalable à toute Réception ou admission d’un Initié dans l’Ordre, puisqu’elle valide l’entrée d’un Membre.  Elle est d’autant plus essentielle que pour une demande d’Affiliation, la Grande Loge accepte la reconnaissance du grade le plus élevé du candidat à l’affiliation, sous couvert de la production des Titre, Grade et Qualité de l’Impétrant (Cf. article 14 ci-avant : candidature de membres par voie d’intégration).

     S’agissant des diverses pièces composant le dossier du Membre, Loges et Triangles s’obligent à utiliser les documents unifiés établis par le Suprême Conseil d’Orient et d’Occident. Ces imprimés et documents, qui accompagnent le Mémento du Vénérable, sont à transmettre urgemment en copie au Grand Secrétaire de l’Ordre (se reporter au sous-titre 4, article 26 des présents Règlements Généraux). Quant aux pièces originales, elles sont conservées par la Loge.

Les clauses et dispositions antérieures qui seraient contraires au présent Règlement sont annulées.

 

Sous-titre II-3.   CONSEIL DE MAITRE INSTALLE


Article 20. –  Le 4ème Grade des Loges de Saint Jean – Maître de Saint Jean

       Le Grade de Maître Installé, qui permet la charge de Maître de Loge, occupe la quatrième place dans l’échelle des Grades du REP. Ce Grade est délivré au Maître-Maçon (qui peut être détenteur du 5° Grade), selon le rite d’exaltation propre au REP, parce qu’il ferme les Loges symboliques par les Travaux au Signe de Maître Installé dit Maître de Saint Jean, lequel Grade précède immédiatement les Loges de Saint André.
     Comme précisé à l’article 16 des présents Règlements Généraux, il convient de distinguer ce quatrième Grade de la qualité ou distinction de Maître de Loge. Ainsi, les Loges symboliques abritent le quatrième Grade dénommé ‘‘Conseil de Maître Installé’’. La Loge de Maître Installé est à dissocier du ‘’Comité de Loge ou Collège d’Officiers’’ ou encore de ‘’Chambre de Milieu’’, cette dernière relève des Travaux rituels au 3° Grade de Maître-Maçon, dit Compagnon confirmé.

    Afin de lever toute ambigüité sur le Grade de Maître Installé, pouvant résulter de directives antérieures et de pratiques étrangères au Rite Ecossais Primitif, il est rappelé les considérations suivantes et précisé la chronologie des actes :

  1. le quatrième Grade de Maître Installé est un grade facultatif, initiatique et de perfectionnement ;
  2. en outre ce Grade fonctionnel, est à conférer nécessairement au Maître de Loge élu (ou Vénérable), ayant vocation à diriger une Respectable Loge qui travaillera aux trois Grades Symboliques. Préalablement à son Installation sur le Trône (propre au REP), l’élu doit avoir été reçu selon le rite d’Exaltation et prononciation de l’Obligation solennelle d’Ordre du Maître de Loge, 4° Grade dans l’échelle du REP ;
  3. considérant qu’un Frère détenteur du 3° Grade de Maître-Maçon ou Compagnon confirmé est normalement admissible à être reçu au 5° Grade de Maître Parfait Écossais Chevalier de Saint André, sans être donc titulaire du 4° Grade de Maître Installé, ce dernier ne pourra être Maître de Loge installé qu’après cérémonie d’Exaltation au 4° Grade des Loges de Saint-Jean ;
  4. normalement, le Maître de Loge doit être choisi de préférence parmi les Membres détenteurs du 5° Grade de Maître Parfait Écossais Chevalier de Saint André, mais non obligatoirement adoubé selon son parcours.

   Comme évoqué aux alinéas 3 et 4, il s’ensuit que faute d’être titulaire du 5° Grade et/ou du 4° Grade, le Maître de Loge élu est donc susceptible de faire l’objet, et dans les meilleurs délais ultérieurement à son élection, d’une Réception à ces deux Grades concourant à la validité de son élection pour rendre parfaites les conditions de sa qualité de Maître de Saint Jean. Pour ce faire, et après avis du Grand Maître Général – Souverain Grand Commandeur, un Membre détenteur du Grade de Maître-Maçon, dit Compagnon confirmé, troisième dans la hiérarchie du REP, élu au Vénéralat est alors en mesure d’être installé au quatrième Grade de Maître de Saint Jean, sans avoir été préalablement adoubé Maître Parfait Écossais Chevalier de Saint André, 5° Grade dans l’échelle du REP.

    Dans ce contexte la validité de son Installation, et afin de la rendre parfaite, est subordonnée à sa Réception rapprochée en Tenue chapitrale pour lui délivrer l’adoubement du 5° Grade. Toutefois, sa Réception au 4° Grade (Exaltation) est obligatoire et autant que faire se peut préalable à son investiture de Maître de Loge.

Réception et Décors du 4e Grade

A l’issue de sa Réception au quatrième Grade de Maître de Saint Jean, dite cérémonie d’Exaltation, il sera obligatoirement remis, contre signature de confidentialité, à tout nouveau Maître Installé :

  • le Rituel, l’Instruction dialoguée et la Probatio du Grade ;
  • l’Instruction secrète (Etoile flamboyante et Lettre G) ;
  • les recommandations au Maître de Loge ;
  • le rappel de l’Instruction sur les formes requises pour procéder à une Initiation régulière, que le Maître de Saint Jean doit connaître parfaitement.

    A l’occasion de son Investiture, le Vénérable élu reçoit le Mémento de sa Charge pour lui fournir directement et sans délai les particularités des différentes situations et cas de figure auxquels il est susceptible d’être confronté au long de son mandat.

    Conformément aux dispositions prévues dans les Rituels, les Décors de Maître Installé en Loge de Maître de Saint Jean ou Conseil de Maître Installé (à ne pas assimiler aux Décors du Vénérable, notamment du Tablier aux trois taux retournés) sont constitués d’un tablier blanc bordé et doublé de rouge (avec les trois rosettes) et par un sautoir rouge doublé de même, auquel est suspendu en pointe le Bijou de Maître Installé (Compas avec soleil, appuyé sur un quart de cercle).
    Toutefois, le Maître Installé étant généralement Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André (5e Grade), membre du Chapitre, faculté lui est laissée de porter soit les Décors de ce quatrième Grade, ou encore le Sautoir du cinquième Grade portant en pointe le Bijou de Saint André.

    Parallèlement et conformément aux dispositions comprises dans le Rituel du quatrième Grade du REP, les Travaux en Loge de Maître Installé ne sont pas accessibles aux Initiés étrangers à l’Ordre du REP.

Aucune dérogation à cette règle n’est recevable par l’Ordre. L’irrespect de cette obligation dès la prise de connaissance de cette infraction provoque ipso facto la déchéance du Maître de Loge par le Chancelier ou le Grand Maître Général.

Les dispositions et clause antérieures qui seraient contraires au présent Règlement sont annulées.

 

Article 21. – Composition et Administration du Conseil de Maître Installé

   Le Conseil de Maître Installé rassemble les Maîtres de Saint Jean, répartis sur plusieurs Loges d’une même juridiction territoriale, détenteurs du quatrième grade de Maître de Saint Jean et donc en principe adoubés Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André.
    La Loge de Maître Installé est placée sous l’autorité de la Grande Loge, à ce titre elle est administrée telle une Loge rouge.

    Tout Conseil de Maître installé est dirigé par un Président. Selon le Rituel de ce quatrième Grade, le Président n'est pas élu, la Loge de Maître Installé étant dirigée par le plus ancien Maître de Saint Jean.

Tout Conseil de Maître Installé doit comprendre un nombre minimum de trois Maîtres de Saint Jean plus le Président, tous inévitablement détenteurs du 5° Grade de Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André. En effet, le Rituel du 4° Grade du REP précise que la présence d’au moins quatre Maîtres de Saint Jean est en tout état de cause requise pour procéder à la Réception régulière (cérémonie d’Exaltation) d’un nouveau Membre d’un Conseil de Maître Installé. 

    En l’absence du nombre de Membre requis pour la validité d’un Conseil de Maître Installé, tel qu’envisagé par Décret Magistral du 25 novembre 6001, le Grand Maître Général – Souverain Grand Commandeur et/ou son Député peuvent conférer seuls le grade de Maître Installé en se faisant assister d’un Membre déjà détenteur dudit 4° Grade, ceci afin de faciliter et permettre la constitution régulière la plus prochaine d’un Conseil de Maître Installé, notamment dans une juridiction qui compte peu de Loges et/ou Chapitres.

Les dispositions et clauses antérieures qui seraient contraires au présent Règlement sont annulées.


Article 22. – Rôle du Conseil de Maître Installé

Le Conseil de Maître Installé a pour vocation de :

  • mener les Travaux de réflexion et de recherche correspondant au 4e Grade de Maître de Saint Jean, dit Maître de Loge ou encore Maître installé ;
  • recevoir, au 4e Grade en Cérémonie d’Exaltation, le Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André désireux de réaliser des Travaux de recherche à ce quatrième Grade ;
  • recevoir, au 4e Grade, le Maître-Maçon élu ou pressenti au Vénéralat au sein d’une Loge symbolique et ce préalablement à son Investiture.

Le Conseil de Maître Installé se réunit au moins une fois l’an. Copie des Planches tracées de ses Tenues sont adressées au Grand Secrétaire de l’Ordre.

   En conséquence, les Maîtres installés, régulièrement titulaires du 5e Grade de Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André, sont habilités à travailler au Chapitre.

   Au même titre que les Loges et Ateliers, tout Conseil de Maître Installé élabore et adopte son propre Règlement Intérieur qui ne doit comporter aucune clause contraire aux dispositions des présents Règlements Généraux.

 

Sous-titre II-4.    FONCTIONNEMENT des LOGES de SAINT JEAN –

ORDONNANCEMENT DES TRAVAUX

 

Article 23. –   Règles de base élémentaires

    Loges justes (dont 5 MM:. au moins), justes et parfaites (dont 7 MM:. au moins), Triangle (3 Initiés dont un M:.) et plus généralement tous les Ateliers travaillent A la Gloire du Grand Architecte de l’Univers, sous les auspices de l'Ordre du Rite Ecossais Primitif (et non sous les auspices de la Grande Loge).

    Les Trois Grandes Lumières de la Franc-Maçonnerie disposées de préférence sur l’Autel des Serments sont présentes durant tous les Travaux, dont la première est la Bible, ouverte au Prologue de Jean, Psaume ou Chapitre indiqués par le Rituel.

    De plus, pour être valable et déclarée régulièrement convoquée, l’ouverture de la Loge ou du Triangle est suspendue d’une part à la présentation de sa Patente de façon très visible pour l’Assemblée, et d’autre part à la disposition du Livre de la Loi sur le Plateau de l’Orateur ou du Président selon le Signe des Travaux. Selon les grades, la décoration et les outils préconisés sont précisés en introduction des travaux Rituels. Outre le Tapis propre à chaque Grade, la décoration du Temple varie selon les cérémonies et les Travaux rituels, notamment au 3° Grade. Toutes instructions sont fournies dans les Rituels à chaque Grade (cf. article suivant).

     Les Rituels du REP ne font pas usage du mot ‘’Degré’’ qui est à rapprocher des degrés du Temple ou des degrés de l’Orient. De plus, considération étant faite par ailleurs que le Rite Ecossais Primitif s’entend sur une hiérarchie en sept Grades toutefois répartis en 5 grades et 2 degrés, nous employons plus fréquemment le vocable de ‘’Grade’’ et non celui de Degré davantage usité dans les Rites d’une échelle bien supérieure à sept (à l'exception de deux Degrés ajoutés qui se greffent sur l'Ordre Intérieur).


Article 24. – Les Travaux et les Membres des Loges de Saint Jean

     Dans les alinéas qui suivent, les règles particulières et spécifiques sont abordées très sommairement et sans détail, dès lors que toutes les caractéristiques spécifiques à chaque Grade sont comprises en introduction de tous les Rituels ou explicitées en cours de Rituels. Ces règles particulières, constitutives du Rite Ecossais Primitif, sont pour certaines également rappelées dans le Livre de la Loi (notamment Décors, Titres et Qualités) et divers textes (dont Lexique propre au REP). Remis à l’ouverture de la Loge, ces Textes et Documents constituent un fonds documentaire qui règlemente la Rituélie jacobite, que les Membres de l’Ordre sont censés ne pas ignorer.

    Toutefois, les précisions suivantes sont déclinées pour rappeler le référencement des spécificités du Rite Ecossais Primitif et pour constituer un mémorandum des usages du Rite et des règles incontournables à la stricte observance des Rituels auxquels tous les Membres de l’Ordre s’obligent.

1. – Les Rituels

     A chaque Grade, un Rituel et ses annexes (décoration et ornements de la Loge, Instructions, Mémento, Décors réglementaires, …) sont remis au Membre reçu ou affilié par tout moyen, support électronique et/ou support papier, précision étant faîte des informations fournies sur le site internet www.glfriteecossaisprimitif.org

Sont disponibles les :

  • Rituels pour les Travaux aux Signes d’Apprenti, de Compagnon et de Maître-Maçon, notamment à l’appui du livre précité : ‘’Rituels pour les Travaux en Loges symboliques’’
  • Rituel pour les Travaux en Loge de Maître Installé (cf. particularités rappelées aux articles 20 à 22)

Rituels pour les Cérémonies particulières (citées dans les Titres et Articles des présents Règlements Généraux), soit les Rituels et/ou rites suivants :

  • Tenue blanche ouverte (TBO) ;
  • Cérémoniaire d'affiliation ;
  • Tenue funèbre et/ou Tenue du Souvenir ;
  • Cérémonials qui suivent la constitution d'une Loge ;
  • Consécration d'un Temple ;
  • Réception d’un Louveton ;
  • Cérémoniaires d'Intégration d'une Loge (par voie de fondation ou d'affiliation) ;
  • Tenues solennelles solsticiales (d'Été et d'Hiver).

Sont d’ores et déjà cités, ci-après, les Rituels compris dans les Grades qui font l’objet du Titre III (Travaux de Saint André) des présents Règlements Généraux :

  • 5e Grade de Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André
  • 6° Degré d’Écuyer-Novice
  • 7° Degré de Chevalier du Temple
  • Investiture et Serments Magistraux (G:.M:., Substitut G:.M:. et Député Maître)

    Néanmoins pour les Grades et Degrés supérieurs aux trois grades symboliques, les divers éléments du Grade (dont la Probatio) et certaines Instructions seront remis à l’Impétrant, à l’issue de la Cérémonie de Réception à ces Grades et séparément des Rituels, contrairement à ceux des trois premiers Grades dont les Rituels comprennent un Mémento spécifique à chacun d’eux.

2. – appellations des Tenues et réunions maçonniques

  • dites régulières, ce sont celles qui ont lieu aux dates statutaires définies et consignées dans la Charte des Loges ;
  • dites exceptionnelles, elles concernent les Tenues hors les dates mensuelles régulières pour lesquelles les Travaux, au titre de l’autonomie des Loges, n’ont pas à faire l’objet d’une information particulière à la Grande Loge ni à solliciter d’elle une autorisation ;
  • dites solennelles, ce sont les Tenues solsticiales (Saint Jean d’été et d’hiver) ;
  • dites d’Obligation, elles relèvent du Convent annuel de la Grande Loge ou de réunions spécifiques à la vie de la Loge ;
  • dites Cérémonies particulières (selon Rituels cités ci-avant) ;
  • dites d’Instruction, ce sont des réunions à rapprocher de séance de travail et de formation, séminaires ou réunions sur un thème spécifique.

      Enfin, d’autres Tenues prennent une appellation selon l’objet de la convocation des Maîtres d’une Loge rouge appelés à se réunir en séance extraordinaire, dont Comité de Maîtres ou Collège d’Officiers, et Conseil de Maître Installé.

       Dans tous les cas de figure, un Registre de présence fait l’objet d’un émargement par les participants aux Travaux, sachant qu’à chacune des Tenues précitées doit correspond un Plan parfait faisant office d’Ordre du jour et de convocation pour les Membres de la Loge. Ce même plan parfait joint en annexe à un courrier ou courriel fait office d’invitation pour un Maçon visiteur (en Loges symboliques).

La numérotation des Tenues reprise dans tous les documents permet une corrélation entre Plan parfait, émargement du Registre de Présence et Planche tracée, permettant en tant que de besoin, le repérage d’une circonstance ou événement en cas de recherche ultérieure rendue aisée par une référence chronologique commune à toutes ces pièces. Cette numérotation présente aussi l’avantage de conférer à la Loge son ancienneté.

3.  –  Les missions confiées aux Élus (Vénérable, Président, …)

     A tous les Grades en Loges de Saint Jean, le Maître de Loge, l’Officier ou le Dignitaire qui préside la Loge est dûment habilité à user de l’autorité dont il est investi pour :

  • assurer et contrôler la bonne administration et gestion de la Loge :
  • veiller à la stricte observance des Rituels ;
  • diriger l’ordonnancement des tâches confiées aux Officiers qui ont en charge des actes rituels subordonnés à leur Office (Maître de Cérémonie, Surveillants, Orateur, …) et des actions parallèles aux Travaux en Loge (Secrétaire, Trésorier, formation des Apprentis et Compagnons, …) ;
  • députer tout Officier ou solliciter l’appui d’un Dignitaire auprès de la Grande Loge, pour la conduite des Travaux et Cérémonies concernant les actes rituels de la Loge dont ils portent la responsabilité ;
  • suspendre ou lever toute séance sans autre formalité en cas de troubles ou de nuisances constatés ;
  • avant les Travaux rituels, prononcer tout communiqué ou réunir tout Comité et Collège en séance extraordinaire, selon des points qui n’entrent pas dans le cadre d’un Plan parfait parce que hors sujet symbolique et Travaux rituels et ne concernant pas tout simplement les Travaux réguliers ;
  • plus généralement faire le nécessaire pour le bien de l’Ordre en général et celui de la Loge en particulier.

      En cas d’absence pour cas de force majeure ou d’empêchement de dernière minute, l’Officier qui préside régulièrement les Travaux est remplacé par le Membre qui lui est directement subordonné, et plus généralement le Premier Surveillant ou l’Orateur, voire le Frère Terrible.

      Si une Tenue venait à ne pas être célébrée pour quelle que raison que ce soit, un Procès-verbal de carence doit être établi pour figurer dans le Livre d’Architecture.

4. – Les missions confiées aux Officiers

      Les tâches respectives dévolues aux Officiers sont définies et développées dans un paragraphe d’introduction dans chaque Rituel ou dans le cours de celui-ci. Certaines tâches sont également décrites dans le Mémento du Vénérable, notamment l’expédition systématique (par mail) des Plans parfaits et de la Planche tracée des Travaux réalisés pour chaque Tenue, par le Secrétaire de la Loge au Grand Secrétaire de l’Ordre, et ce selon les usages interobédientiels.

      Ainsi, les attributions des Officiers ne sont pas plus largement détaillées dans les présents Règlements Généraux, sachant que leur rôle dominant est décrit dans les Rituels et le lexique propre aux usages du REP. Plus généralement les interventions des Officiers (ou Dignitaires délégués par la Grande Loge) ne pourront en aucun cas faire l’objet de clauses additives ou restrictives à celles consignées dans les documents précités.

A tous les Grades, le langage courant et profane cède la place au langage rituel comme suit :

  • Officiers de la Loge et Grands Dignitaires de l’Ordre prennent leur titre d’Office et de leur Charge dont ils ont été investis selon les Instances, de même qu’ils se présentent ainsi auprès des Maçons étrangers à l’Ordre auxquels ils s’adressent dans leurs Voyages ;
  • les Membres de l’Ordre se présentent sous le Titre et/ou la Qualité que leur confère leur Grade le plus élevé.

Détail de ces Titres et Qualités est fourni dans les Rituels et dans le Livre de la Loi dont dispose chaque Loge.

5. – Aménagement du Temple

      Plan et décoration, ainsi qu’ornementation (couleur des tentures, des bougies, Tapis de Loge, Colonne d’Harmonie active ou non, etc.) sont détaillés en préambule des Rituels. A ce titre ces éléments ne sont pas plus largement repris dans les Règlements Généraux. Ils constituent toutefois des composantes impératives à la permanence et la bonne conduite des Travaux en Loge. Cependant, à la création d’une nouvelle Loge, il est compréhensible que les membres de la Loge aient besoin d’un délai nécessaire à l’acquisition et à la fabrication des éléments qui prendront place dans le Temple.

En aucune façon, ces éléments ne peuvent faire l’objet de clauses additives ou restrictives.

6. – Les Décors symboliques

      Propres à chaque Grade, ils sont largement exposés (avec iconographie) en introduction de chaque Rituel d'une part, et sont rappelés dans un document interne à l'Ordre d'autre part, si bien qu’ils ne sont pas décrits davantage dans les présents Règlements Généraux.   Par référence à l’autonomie des Loges, diverses options leur sont proposées, sachant qu’il est absolument impératif de retenir un choix qui s’applique à tous les Membres de la Loge afin de conserver une parfaite unité dans leur vêture.

     De plus, un récapitulatif succinct des Décors (Tablier, Sautoir, Bijou, Chapeau) figure en page 25 du Livre de la Loi qui doit systématiquement figurer sur le Plateau de l’Orateur lors des Travaux en Loge. Une ordonnance complémentaire (juillet 2019) détaille plus amplement tous les Décors à tous les Grades et Degrés.  A noter que pour les Maîtres de l’Ordre, chapeau de ville et kippa ne sont pas de mise.

En aucune façon, ces éléments ne peuvent faire l’objet de clauses additives ou restrictives.

7. – Tenue vestimentaire

      Les Membres de l’Ordre participant aux Travaux s’obligent à une vêture adaptée aux usages modernes, à savoir tenue sombre pour les Hommes, et aube noire pour les Femmes qu’il est vivement préconisé d’adopter. Les chaussures sont sobres et de couleur noire ou très foncée.

Non imposée aux Sœurs, l’aube ou la coule efface totalement la distinction ‘’Homme – Femme’’ et tout signe apparent et distinctif de féminité. A défaut, l’usage du pantalon noir et d’une veste noire feront également l’affaire pour les Sœurs (cf. Règlement intérieur des Loges).

A un siècle où la tenue vestimentaire n’est plus celle des Maçons d’autrefois, les décors maçonniques prennent toute la place ; dès lors il est rappelé qu’aucun vêtement ou partie de vêtement ne peut recouvrir Tablier et Sautoir et/ou Cordon.

8. – Réceptions et Visites

      Nul ne peut pénétrer en nos Loges sans présentation de l’invitation (Plan parfait) de la Loge et/ou sans tuilage opéré par le Frère Terrible pressenti à cette disposition, et plus amplement rappelée ci-dessous.

En effet la communication du Plan parfait, valant carton d’invitation et non convocation, contient les informations nécessaires aux Décors (dont couvre-chef impératif au 3° Grade) à retenir pour une présence en Loge à partir du Signe des Travaux bien précisé sur le Plan parfait. Cette indication est requise par les usages afin de permettre une parfaite information des Visiteurs.

     Le Tuilage est opéré sur ordre du Maître de Loge, comme il peut demander le Tuilage de certains Visiteurs. Dans l’enceinte du Temple et sur le Parvis, le Tuilage, loin de desservir la Loge et ses Membres, est la démonstration même des préceptes des Rituels qui exigent de s’assurer de la couverture du Temple, ainsi placé à l’abri des intrusions et des embûches profanes. Généralement, le Tuilage est perçu dans un esprit de qualité des Travaux, par les Initiés en Voyage.

     Au REP (comme en certaines Obédiences), le Tuilage est fait auprès d’un Initié à partir du Signe des Travaux qui vont se dérouler en Loge et non sur un Grade différent, ou sur estimation du Grade corres-pondant aux décors du visiteur (Sautoir, Bijou et Tablier en correspondance avec son Rite pratiqué et ses Titre et Qualité).

      Placées sous la conduite du Maître de Cérémonie, l’entrée dans le Temple et la sortie des Dignitaires et Grands Dignitaires de l’Ordre comme ceux étrangers à l’Ordre sont subordonnées à un protocole selon titre, grade et qualité (cf. Mémento du Vénérable), que le Maître de Loge préconisera préalablement à l’entrée et/ou à l’ouverture des Travaux.

Enfin, à l’exception d’une Tenue funèbre (et non une Tenue du Souvenir qui ne reçoit pas de Profanes) ou d’une Tenue blanche ouverte, l’entrée dans nos Temples est donnée aux Initiés invités de toutes Loges et Obédiences sans qu’un accord interobédientiel soit nécessaire. Toutefois, l’accès à nos Temples demeure réservé aux Maçons qui travaillent dans le respect des principes fondamentaux de la Franc-Maçonnerie traditionnelle.

    Au titre de l’autonomie de nos Loges, nos Membres ont toute faculté de visite en des Loges étrangères à l’Ordre. Seuls les Apprentis ne peuvent voyager librement et doivent être accompagnés d’un Maître de la Loge, ou de leur Parrain.

9. – Actes rituels réglementés selon les usages du REP

          Tous les actes ayant trait à tous déplacements en Loge : cortèges, entrée et sortie du Temple, circulation, couverture du Temple, … , sont consignés de façon précise en préambule des Rituels ou dans le cours des Rituels, y compris la gestuelle qui accompagne les actes rituels par les Signes et Attouchements accoutumés connus des seuls Initiés. Les Signes, énumérés dans le Lexique propre aux usages du REP, sont par ailleurs détaillés dans le Mémento de chaque Grade.

10. – La prise de parole

       Elle fait l’objet d’une règle de conduite qui figure dans le Lexique propre aux usages du REP.

    La prise de parole est règlementée, qu’il s’agisse d’une demande, d’une annonce ou d’une contribution, elle est sollicitée par une manifestation silencieuse (bras droit levé) de celui qui souhaite s’exprimer oralement.

     Elle suit une triangulaire ou circuit en trois étapes : information faite au Vénérable par le Surveillant de la Colonne, accord de celui qui préside les Travaux, enfin autorisation donnée au demandeur par ledit Surveillant. La parole exprimée s’adresse directement au Vénérable. Nul ne peut engager un dialogue avec un autre Participant aux Travaux et doit s’adresser dans tous les cas exclusivement au Maître de Loge. Nul ne peut obtenir la parole une troisième fois sur le même sujet pendant la durée des Travaux d’une Tenue.

     Les Membres de la Loge doivent s’exprimer avec discernement et d’une manière constructive, sans porter de jugement ou troubler l’harmonie des cœurs. Les Membres se lèvent, se mettent à l’Ordre et s’ils sont Maîtres, ils se découvrent avant de prendre la parole. Cette règle s’applique également aux Officiers dès lors qu’ils s’expriment à titre personnel. De même que les Dignitaires et Grands Dignitaires présents à l’Orient sont invités par le Maître qui préside les Travaux à prendre la parole sans passer par les Surveillants.

     Les Surveillants peuvent solliciter la parole pour eux-mêmes auprès du Maître de Loge qui la leur donne. Toutefois, participant à l’autorité du Maître de Loge, ils sont dispensés de se lever mais non de se découvrir. Enfin, seuls l’Orateur et le Frère Terrible sont en mesure de s’adresser directement au Maître de Loge.

    L‘Apprenti, soumis au silence, ne peut demander la parole que si un Maître sur la Colonne du Nord la sollicite pour lui et que le Maître de Loge accepte de l’entendre.  De même qu’à l’appel des Membres de la Loge à l’ouverture des Travaux par le Secrétaire, il est fréquent en de nombreuses Loges d’entendre le Second Surveillant répondre ‘’présent en Loge’’ à la place de l’Apprenti, pendant que ce dernier se mettra debout et à l’Ordre.  A moins toutefois que le Règlement intérieur de la Loge procède autrement, ce qui est parfaitement admissible puisque les Rituels du REP n’imposent rien à ce sujet.

     Le Compagnon, sorti du silence, répond sans l’intervention du Premier Surveillant.

    Rappel est fait que les discussions ou controverses touchant des sujets religieux ou politiques sont strictement prohibées, tant dans le Temple que sur les Parvis ou encore durant les Travaux de Table. Cependant, si certains thèmes sont inévitablement proches de l’histoire des religions à travers les continents ou de l’illustration des civilisations, les Membres de la Loge participant aux Travaux feront preuve de la plus grande modération et s’attacheront à ne heurter aucune sensibilité ou conviction particulière et personnelle. En cas de débordement en salle humide, les Maîtres de la Loge useront de leur pouvoir pour provoquer un autre thème d’échange.

    Enfin, le vouvoiement est de rigueur dans le cours des Travaux, tant dans le Temple que dans son enceinte, exception faite en Salle humide.

11. – Travaux et documents produits en Loge – Registres

      Outre les Travaux de recherche cités au Titre I – Article 7 des présents Règlements Généraux, les Travaux sont susceptibles d’être appelés différemment selon leur objet et les Grades :

  • les enquêtes sont appelées questionnaires et les rapports donnent la ‘’Planche d’enquête’’ ;
  • à l’expression Testament philosophique en d’autres Rites que le REP, il y a lieu de retenir ‘’Questions d’Ordre’’ ;
  • le répertoire des Membres (entrée, augmentations de salaire, offices occupés, …) et leur numéro matricule donnent le ‘’Tableau de Loge’’ (à ne pas confondre avec Tapis de Loge), INCONTOURNABLE au sein de l’Ordre, notamment en cas d’appartenance à plusieurs Ateliers de l’Ordre (Loges de St Jean et Chapitre), qu’il n’y a pas lieu de traduire par multiple ou double appartenance ;
  • le Registre de Présence aux Travaux en Loge peut être aussi appelé ‘’Registre d’Assiduité’’ ;
  • les convocations (et Invitations) pour les Travaux en Loge et Ordre du jour sont appelées ‘’Plan parfait’’ ;
  • les comptes rendus ou procès-verbaux sont appelés ‘’Planche tracée’’. A tous les Grades, ces Planches sont classées dans le Registre de la Loge qui donne le Livre d’Architecture ;
  • les certificats d’augmentation de Salaire sont appelés selon les grades : ‘’Diplôme ou Bref’’ ;

S’agissant des Travaux fournis par les Membres des Loges, ils sont appelés comme suit :

  • au premier Grade, Travail d’Apprenti et Travail d’augmentation de Salaire
  • au deuxième Grade, Travail de Compagnon et Travail d’augmentation de Salaire
  • au troisième Grade et aux Grades suivants : Morceau d’Architecture
  • la présentation d’un exposé qui suit une Réception est nommée au premier Grade ‘’Impression d’Initiation’’ et aux deux Grades suivants ‘’Impression de Passage au Grade de Compagnon’’ et ‘’Impression d’élévation à la Maîtrise’’.

      Seules les Impressions d’Initiation et de Réception aux deux Grades symboliques suivants ne sont pas sujettes à appréciation. En revanche, les Travaux exposés au titre d’un Travail personnel comme d’un Travail d’augmentation de Salaire sont suivis d’une circulation de la Parole, qui appelle ‘’contribution’’ des Membres participant aux Travaux.

Durant l’exposé d’un Travail, l’Impétrant se met à l’Ordre du Grade qu’il peut abandonner sur proposition du Maître de Loge qui préside aux Travaux. L’invocation ‘’A la Gloire du Grand Architecte de l’Univers’’ est impérative et se poursuit traditionnellement de l’énoncé suivant : ‘’…  Maître de Loge, ou Vénérable, ou  … suivie de la Qualité de celui qui préside les Travaux, … et vous tous mes Frères en vos Grade (ou Degré) et Qualité’’, sans invoquer la Grande Loge et la Loge. L’exposé se termine par l’expression ‘’J’ai dit, Vénérable ou Très Respectable …’’ suivie de la qualité de celui qui préside les Travaux.

 

Article 25. – Collation des Grades

Les augmentations de Salaire

     En règle générale, les augmentations de Salaire ne sont demandées qu’après constatation des connaissances symboliques et/ou rituelles acquises, et analyse des aptitudes développées par l’Impétrant à travailler à un Grade supérieur à celui qu’il détient.

     En Loges symboliques, toute augmentation de Salaire est proposée en Comité de Loge par l’un des Trois Maillets et en Triangle par le Maître-Surveillant. Décidée au sein de la Loge auquel est rattaché l’Impétrant sujet à monter un nouveau Degré du Temple, le Travail d’augmentation de Salaire doit figurer parmi les points du Plan parfait des Travaux, afin qu’il soit entendu sur ses connaissances.

    Aux Travaux de Saint André (Chapitre et Commanderie), notamment pour une Réception au 5° Grade, comme pour une Exaltation au 4°Grade, ou encore pour une admission et un adoubement aux deux derniers Degrés de la rituélie du REP, les décisions d’augmentation de Salaire sont prises par les Officiers, Commandeur et Dignitaires des Loges concernées.

     Pour toutes les Loges –symboliques et chapitrales–, le Plan parfait doit prévoir la circulation de la parole durant laquelle tous les Participants aux Travaux (y compris les Invités) peuvent exprimer appréciation et ressenti, suivie d’un vote, sachant que seuls les membres de la Loge en règle avec le Trésor sont appelés à se prononcer sur une Réception (passage, élévation, exaltation, adoubement) à un Grade supérieur.

En toutes Les Loges, préalablement au point du Plan parfait qui appelle le vote sanctionnant l’augmentation de Salaire, l’Impétrant ainsi que les Membres de la Loge (et ou de l’Ordre) et les Maçons visiteurs du même Grade, non appelés à se prononcer, doivent couvrir le Temple. Il en est différemment pour les seuls Initiés du même Grade qui, s’ils peuvent entendre le Travail et les contributions qui suivent l’exposé au titre d’un enrichissement personnel, ne sont pas habilités à entendre le débat qui conduit au vote, et pour se faire ils doivent couvrir le Temple. Sont naturellement admis à participer au débat du vote les Membres d’un Grade supérieur étrangers à la Loge, mais en revanche ils ne sont pas appelés à se prononcer par scrutin.

     Le scrutin se déroule à bulletins secrets ou à mainlevée après accord de l’Orateur ou sur décision de l’Officier qui préside aux Travaux. En outre, les Membres de droit de la Loge ou de l’Atelier (Grand Maître et Grands Dignitaires) présents aux Travaux sont de fait appelés à se prononcer sur l’augmentation de Salaire.

     Le résultat est prononcé à la majorité des voix exprimées.

La collation des Grades

Dans la collation des Grades du Rite Ecossais Primitif, les délais ou distances minimales entre chacun des cinq premiers Grades sont fixés ainsi qu’il suit :

de la proposition à la Réception au Grade d’App:.  3 mois
de la Réception au Gr:. d’App:. au Passage au 2e  Gr:. de Comp:. 10 à 15 Tenues consécutives
du Passage au Gr:. de Comp:. à l’Elévation au 3e Gr:. de M:.-Maç:. 10 à 15 Tenues consécutives
de l’Elévation au Gr:.de M:.-Maç:.à l’Adoubement au 5e Gr:. de M:. Ec:. Chev:. de St André 22 Tenues
de l’Adoubement au 5e Gr:. à l’Exaltation au 4e  Gr:. de M:. de L:. 6 Tenues consécutives

    Toutefois, en cas d’urgence, et plus particulièrement en période de constitution d’une Loge de Saint Jean, des dispenses abrégeant les délais pourront être exceptionnellement accordées aux Grades symboliques, et précisément le seul délai d'intégration dans le futur Atelier.

Enfin et par référence aux délais ci-avant, confirmation d’un délai a minima de trois mois est requis quant à la Réception d’un Profane ou l’affiliation d’un Maçon nécessaire à de multiples interventions. Pour rappel, et comme indiqué ci-avant, cette Réception ne peut être célébrée qu’à une date fixée au-delà du délai employé aux procédures d’admission (enquêtes, contact, passage sous le bandeau, votes, …), et à compter de la date de décision dûment consignée dans les Planches tracée des Travaux qui ont délibéré à ce sujet.

La remise des documents qui font partie intégrante de la cérémonie de Réception doivent nécessairement reprendre le numéro matricule de l’Impétrant à reporter sur le certificat d’appartenance ou Attestation et diplôme ; ce numéro fait l’objet d’une demande auprès du Grand Secrétaire de l’Ordre préalablement à la Réception ou à l’Admission d’un Initié.

      Enfin, sont fournis par la Grande Loge tous les diplômes personnalisés à chaque Respectable Loge, pour certifier la Réception à un Grade symbolique – Initiation – Passage et Élévation.

Les dispositions et clauses antérieures qui seraient contraires au présent Règlement sont annulées.


Article 26. – Gestion administrative et financière des Loges et Triangles

      Sans entrer dans les dispositions propres à l’autonomie des Loges et Triangles déclarés responsables de leur gestion, les Membres élus ou désignés pourvoient à la mise en place des moyens nécessaires pour assumer régulièrement les tâches administratives, juridiques et financière.

     Afin de faciliter les tâches administratives qui touchent le Secrétaire et le Vénérable (notamment pour l’obtention du numéro matricule d’un membre, carte d’appartenance, délivrance de titres et de diplômes …) des documents dits unifiés, parce que communs à toutes les Loges, ont été mis au point pour permettre une gestion simplifiée aux effets multiples et récurrents dans le temps, présentant l’avantage de suivre le parcours initiatique de chacun des membres, qui reçoivent une copie de tous ces documents remplis.

     A la création de la Loge, sont remis au Secrétaire et au Vénérable divers imprimés personnalisés au nom de la Loge (dossier de candidature d’un profane, dossier de candidature d’un Initié, acte d’engagement personnel, fiche membre de la Loge, notification de mouvements, ….).

Enfin une matrice du tableau de bord annuel des activités, bien souvent à la charge du Secrétaire, est à transmettre au Grand Secrétaire de l’Ordre. Il vaut compte-rendu complet d’activités de la Loge. L’archivage de ce rapport d’activité permet à la Loge de suivre elle-même sa progression et ses difficultés pour sa pérennité.

     Pour ce faire, la constitution d’une structure et la nomination d’Administrateurs en son sein s’imposent, afin de porter et de supporter les divers aspects et contraintes de gestion, selon les formalités requises et attachées à la forme retenue et au cadre juridique et territorial (à l’exemple des structures associatives de droit français placées sous le Régime des Associations loi 1901).  Les Loges de l’Ordre peuvent adhérer à l’Association ‘’Les Amis de la Vieille Ecosse’’ constituée en une Fédération d’Associations.

     Loges et Ateliers sont pleinement responsables de la gestion de leurs ressources (cotisations des membres, contributions de toute nature y compris de bienfaisance, dons, … ) et de leurs coûts de fonctionnement, sans avoir à en rendre compte à la Grande Loge. De même que l’Aumônière reste à la discrétion totale des Loges qui n’ont pas à en référer à la Grande Loge.

     Par ailleurs, les Administrateurs s’imposent une discrétion absolue en cas d’aide financière apportée à un Membre ou à un Maçon étranger à l’Ordre en situation de détresse.

     Au titre de la liberté de chacun, la Grande Loge n’impose aucune adhésion à quelque organisation humanitaire que ce soit.

     Loges et Ateliers sont habilités à procéder à la mise en place d’un Règlement Intérieur qui leur soit propre et dont les dispositions ne peuvent être contraires ou en opposition avec les clauses des présents Règlements Généraux de l’Ordre.

Plus généralement, les présentes clauses et stipulations, qui relèvent du Titre II – Grande Loge et Loges de Saint Jean, annulent et remplacent les dispositions antérieures incomplètes et désormais corrigées par les textes qui précèdent.

 


 Les cotisations 

Elles sont évoquées à plusieurs reprises dans les Règlements généraux et succinctement résumées comme suit :

  • Aucun droit d’entrée ;
  • Les membres des Loges et Ateliers ne sont redevables d’aucune cotisation envers l’Ordre ;
  • Pas de cotisation à chaque changement de Grade ;
  • Pas de cotisation supplémentaire pour les Membres qui travaillent au sein de plusieurs Ateliers (Loges, Chapitre, Commanderie et Ordre Intérieur) de l’Ordre ;
  • Les cotisations propres aux Loges particulières et Ateliers sont réservées aux Organes auxquels les Membres appartiennent et elles ne regardent pas la Grande Loge ; il en est de même de l’Aumônière de la Loge.

Loges particulières, Chapitres et Prieurés reçoivent patente et charte sans coût appelé.

L’Ordre ne s’immisce pas dans la gestion financière des Loges particulières et des Ateliers.

Seules les Loges particulières ont une cotisation unique annuelle à régler à la Grande Loge, dont la périodicité est calée sur le régime civil, soit de janvier à décembre.

———–   

 

L’Ordre est porté par une Association loi 1901 intitulée ‘’Les Amis de la Vieille Ecosse’’, régulièrement déclarée, selon dossier n°A-8-PR7VBEZF6 à la Sous-Préfecture d’Aix-en-Provence, sous le numéro matricule W13 1012419.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


sept × = 28

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>