↑ Retour à REGLEMENTS GENERAUX

Chapitres et Loges de St André

Partager

  Titre III –   SOUVERAIN CHAPITRE 

 

En référence à l’Article 5 du Complément ou Rectification à la Constitution (Ordonnances) de 1720, sont repris ici les préceptes de Robert Ambelain :

’Toute Chambre écossaise constituant le Chapitre (de la juridiction) de la Loge symbolique, qu’il coiffe de son autorité administrative, n’est que Chambre écossaise, et n’a aucunement l’autorité du Souverain Chapitre solidaire de la Grande Loge’’.

 

       Selon l’Article 6 de ce même Complément, il est stipulé que : ‘’ L’Ordre Intérieur n’a aucun contrôle et autorité sur les Loges et Chapitres. Il est gouverné par un Règlement particulier mais les membres du Souverain Chapitre sont nécessairement détenteur du degré de Chevalier du Temple’’.

 

       Par circulaire du 15 juillet 1993, dressée par Robert Ambelain et signée en sa qualité de Souverain Grand Commandeur, le Grand Maître précise que : ‘’Les deux degrés ultimes de l’Ordre Intérieur ont été introduits en ce Rite au XVII° siècle par le Chevalier Michel de Ramsay’’. Enfin, dans une étude sur l’Ordre Intérieur en date de février 1985, s’appuyant sur les recherches et révélations de Jules Doinel, Robert Ambelain rajoute : ‘’Les degrés qualificatifs d’Écuyer-Novice et de Chevalier du Temple, introduits par Ramsay, demeurent constitutifs de l’Ordre Intérieur.’’

 


Article 28. –  Échelle des Grades de Saint André

 

Étant préalablement exposé ce qui suit :

Parallèlement au Blason de l’Ecosse ‘’D’or, au lion de gueules dans un trescheur du même’’, dès 1614 et à la suite de la publication du célèbre manifeste ‘’La Fama Fraternitatis’’, les Rosicruciens ont fait adoption d’un blason à l’effigie des Stuarts de Lennox et portent les Armes royales de l’Ecosse ‘’D’argent, au sautoir de gueules accompagné de quatre roses du même’’. Ces Armes se trouvaient présentes sur le Tablier maçonnique des Maîtres Ecossais de l’Early Grand Scottish Rite et ce grade est devenu par la suite celui de Chevalier Rose-Croix.

Considérant ce qui précède, sont scindées en deux Titres distincts dans les présents Règlements Généraux ‘‘Grande Loge et Loges de Saint Jean’’  et  ’Souverain Chapitre’’, dont les Dignitaires et Grands Dignitaires s’imposent dans une synergie pertinente au sein de ces deux corps constitués où prennent place :

  • les Loges de Saint Jean qui comprennent les Grades symboliques (Apprenti – Compagnon – Maître-Maçon) et les Loges de Maître Installé, toutes étant classées Loges Rouges, coiffées par la Grande Loge ;
  • les Loges de Saint André qui officient aux Travaux de Saint André dans le Chapitre de Saint André  ;
  • l’ORDRE INTERIEUR qui officie au Chapitre de Novices (6° Degré – Ecuyer-Novice) et au Chapitre de l’Intérieur (7° Degré – Chevalier du Temple) ;
  • le GRAND PRIEURE administre les Prieurés Cardinaux.  Il ne reçoit que les Profès et Grand Profès.

 

 

Sous-titre III-1.   Le SOUVERAIN CHAPITRE

 

Article 29. – Souverain Chapitre et Chambres Ecossaises de Saint André

   Dispositions générales

Seule Instance majeure et dotée par son seul titre de ‘’Souverain’’, la prépondérance du Souverain Chapitre s’impose, telle que Robert Ambelain l’a ordonnancée, est prescrite par divers Textes et circulaires maintes fois repris.

En référence aux Travaux de recherche que le Grand Maître a dédiés à cette ultime Instance qualifiée ‘’Souveraine’’ de l’Ordre du Rite Ecossais Primitif, s’ajoute la fabrication d’un sceau historique isolé qui lui est réservé. Le Souverain Chapitre disposant de son propre sceau, celui-ci peut alors en tant que de besoin accompagner celui de la Grande Loge et/ou du Suprême Conseil d’Orient et d’Occident du Rite Ecossais Primitif.

Par ailleurs et selon le Complément ou Rectification à la Constitution, mention étant rappelée qu’en ses Articles :

Art. 3 – Le nouveau Vénérable désigne ses Officiers et il est de droit membre de la Chambre Ecossaise coiffant celle-ci, après avoir toutefois été élevé au degré de Maître Ecossais Chevalier de Saint André. Cet usage voulant que le Vénérable soit détenteur de ce degré qui se retrouve au Rite Ecossais Rectifié et à la Stricte Observance Templière.

Art. 5 – Toute Chambre écossaise constituant le Chapitre de la Loge symbolique, qu’il coiffe de son autorité administrative, n’est que Chambre écossaise et n’a aucunement l’autorité du Souverain Chapitre solidaire de la Grande Loge.

Le Souverain Chapitre, pris en tant que Chambre écossaise ET Instance majeure de l’Ordre, a un rôle de consultation et de décision. Il est appelé à intervenir, voire faire des arbitrages, dans la vie de tous les Organes de l’Ordre en général, au même titre qu’auprès de la Grande Loge, toutefois quant à elle limitée aux Loges de Saint Jean.

En revanche, le Souverain Chapitre, si proche soit-il de l’Ordre Intérieur, a pleine autorité plus particulièrement sur les Chambres Ecossaises de Saint André, y compris les Commanderies, Prieurés Cardinaux et Grand Prieuré. A défaut de la disponibilité du Souverain Grand Commandeur, le Souverain Chapitre peut être présidé par un Prieur choisi au sein de l’Ordre Intérieur ou encore du Grand Prieur.

 

Article 30. –  Gouvernement du Souverain Chapitre

 

        Le Souverain Chapitre, auquel sont rattachés les Travaux de Saint André, est placé sous la présidence du Souverain Grand Commandeur. Étant par ailleurs G:.M:.G:. de la Grande Loge qui porte les Loges de Saint Jean, il est de fait Grand Maître Général – Souverain Grand Commandeur de tous les Organes de l’Ordre

       A ce titre, l’Ordre du Rite Ecossais Primitif composé des deux corps constitués précités sont placés sous l’autorité du Grand Maître Général – Souverain Grand Commandeur en partenariat avec le Chancelier de l’Ordre.

Selon l’usage et l’article 4 du Complément ou Rectification à la Constitution, le Souverain Grand Commandeur bénéficie de deux voies dans chacune des deux Instances de l’Ordre, y compris au sein du Suprême Conseil d’Orient et d’Occident qui réunit en son sein toutes les Instances et tous les Organes.

 

       Dans le prolongement de ce qui précède, la nomination du Souverain Grand Commandeur étant solidaire et conjointe à celle du Grand Maître Général (cf. article 11 – et ses alinéas des présents Règlements généraux), reprise est faite ici des dispositions de l’Art. 53 des Ordonnances de 1720, selon lesquelles le Grand Maître Général nomme son Substitut ou Député, et que conformément à l’Art. 36 des mêmes Ordonnances, l’ancien et très louable Usage rend un Substitut ou Député indispensablement nécessaire au Grand Maître – Souverain Grand Commandeur, celui-ci peut déléguer son autorité à tout Dignitaire de son choix lorsqu’on érige une nouvelle Loge pour les Travaux en Loges de Saint Jean comme pour les Travaux en Saint André.

     Cette polyvalence permet au Souverain Grand Commandeur de désigner tous Dignitaires à des Offices communs aux deux corps constitués et de leurs Organes respectifs dans l’Ordre.

 

    Conformément aux dispositions de l’Art. 4 du Complément ou Rectification à la Constitution (Ordonnances) de 1720, les Membres du Souverain Chapitre, désignés par le Souverain Grand Commandeur, sont au nombre de neuf au maximum et de trois au minimum. Ils sont nécessairement détenteurs du septième Degré du Rite Ecossais Primitif.

 

     Enfin le Souverain Chapitre étant structuré en Chambres Ecossaises cardinales, celles-ci sont placées sous la gouverne de la Grande Chambre Ecossaise de Saint André. Ainsi, le Souverain Grand Commandeur a toute faculté à réunir les Dignitaires et Grands Dignitaires de ladite Grande Chambre sous la forme d’un Convent annuel spécifique aux Loges de Saint André, d’autant que certains d’entre eux sont par ailleurs Dignitaires de la Grande Loge et de l’Ordre, cf. article 3 – titre I, Gouvernement de l’Ordre.

 

Article 31. –  Rôle du Souverain Chapitre

 

Le Souverain Chapitre a pour vocation de :

  • veiller à la régularité et à la validité initiatique des Travaux de Saint André ;
  • confirmer l’élection de tout nouveau Commandeur appelé à diriger un Chapitre et à faire les annonces correspondantes auprès du Directoire du Suprême Conseil ;
  • prendre le relai du Souverain Grand Commandeur pour pourvoir à l’installation du Commandeur d’un Chapitre comme de procéder à la fondation d’un nouveau Chapitre ;
  • étudier les propositions qui lui sont soumises par les Chapitres, Commanderies et Prieurés Cardinaux, et les transmettre au Directoire du Suprême Conseil en vue de la faisabilité de leur mise en œuvre ;
  • constituer la dernière instance d’appel pour toutes les affaires litigieuses pouvant concerner les Ateliers de Saint André.

    Plus généralement, le Souverain Chapitre, pris en tant qu’Instance majeure de l’Ordre, est appelé à intervenir dans la vie des Loges et Ateliers de tous les Organes de l’Ordre.

Les dispositions et clauses antérieures qui seraient contraires aux différents articles ci-dessus des présents Règlements Généraux sont annulées.

 

Article 32.Répartition des Travaux en Chambres Ecossaises

   de Saint André

 

        Les Travaux de Saint André, ordonnancés en Chapitre, Commanderie et Prieuré cardinal, couvrent le 5° Grade et les deux Degrés de la Rituélie du Rite Ecossais Primitif. Sont mis à la disposition de chacun les Rituels à forte inspiration chevaleresque et d’une spiritualité particulièrement marquée, voire christique et rosicrucienne.

       Le Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André (anciennement dénommé Chevalier de Saint André du Chardon, scindé initialement en deux Grades : Maître Ecossais et Chevalier de Saint André, enfin réunis en un seul Grade en 1991 par le Grand Maître Robert Ambelain) correspond au cinquième Grade, dont les Travaux sont conduits par le Commandeur du Chapitre, lequel se constitue en Loge chapitrale.

 

     Rappel étant fait, que les deux Degrés suivant, placés sous l’autorité du Souverain Grand Commandeur, sont constitutifs de l’Ordre Intérieur (cf. circulaire de février 1985) dont les Travaux en Tenue chapitrale sont ouverts par le ‘Chapitre de l’Intérieur’’.

 

     Toutefois, le sixième Degré bénéficie d’une ouverture de substitution réservée au ‘’Chapitre de Novices’’ lequel ferme également les Travaux du Degré d’Écuyer-Novice.

      Le septième Degré, dont les Travaux sont ouverts directement au Chapitre de l’Intérieur, bénéficie d’une fermeture des Travaux en deux temps, pour permettre aux Écuyers-Novices de couvrir le Temple préalablement à la fermeture complète du Chapitre de l’Intérieur par les Chevaliers du Temple.

       La Profession est une classe dite secrète et son autorité de régulation est la Classe des Supérieurs Inconnus.

 

     L’Ordre Intérieur abrite quatre juridictions nationales (Prieurés cardinaux) et territoriales dans l’Hexagone, afin de permettre aux Chevaliers un parcours initiatique au-delà du Chevalier du Temple.

     Sous l’autorité du Grand Prieur, le Prieuré Cardinal est gouverné par un Resp:. Prieur, ayant par ailleurs qualité d’Assistant Grand Maître dans son Cardinal, soutenu :

  • d’un Resp:. Grand Porte-Glaive
  • du Resp:. Grand Orateur
  • du T:.R:. Grand Expert du Rite
  • des T:.V:. Assistants Grands Officiers

Conformément à l’article 3 (Titre I – Gouvernement de l’Ordre), les Prieurés sont distribués en quatre régions, qui ont pour titre distinctif :

  • Région Sud-Est,            Prieuré des Arsines
  • Région Nord-Ouest,      Prieuré de la Roche d’Oëtre
  • Région Nord-Est,          Prieuré du Donon
  • Région Sud-Ouest,       Prieuré du Mont Perdu

      Grand Prieur, Resp:. Prieurs et T:.V:. forment un ‘’Grand Collège des Chambres Ecossaises de Saint André’’ et, sur décision du Souverain Grand Commandeur, ils tiennent Assemblée en Grande Chambre Ecossaise de Saint André, à laquelle sont associés le Chancelier de l’Ordre et les Grands Officiers polyvalents aux deux corps constitués – Grande Loge et Souverain Chapitre.

 

 

 

Sous-titre III-2.  CHAPITRE(s) – COMMANDERIE(s)

Avant-propos

           Rédigé au XIX° siècle, le Rituel de Maître Ecossais Chevalier de Saint André place la Chevalerie de Saint André à la charnière de la Chevalerie maçonnique et de la Chevalerie institutionnelle. Ce grand Rituel de l'Ordre de Saint André du Chardon se trouvait sous protection des Jacobites et des armes royales des Stuarts.

              On se gardera toutefois de confondre la filiation maçonnique attachée à l’Ordre du REP avec celle qui relève de l’Institution séculaire. Ce qui était réuni sous l’autorité de Jacques II Stuart dans les siècles passés s’incarne parfaitement aujourd’hui à travers des lignes successorales distinctes.

              A la différence du Grade de Maître Ecossais de Saint André (MESA) conféré en d’autres Rites, la Chevalerie initiatique de Saint André doit être comprise, non seulement comme un moyen d’achemine-ment, mais essentiellement comme le ciment de la survivance d’une Maçonnerie traditionnelle et universelle.

Ce cérémoniaire, rédigé en langue anglaise, entre dans le cadre des liturgies anglicanes, c’est-à-dire très proche du Miles Christi, composé au XII° siècle pour la catholicité.

 

Considérant les aspects historiques de ce cinquième grade, les Sœurs se doivent d’accepter le titre de Chevalier (à l’exemple de Chevalier de la Légion d’Honneur, décoration décernée aux Hommes comme aux Femmes) et non de Chevalière, à connotation de bijou et non initiatique.

 

Article 33. –  Juridiction

 

      Par juridiction, on entend le territoire géographique sur lequel le Chapitre a compétence et se constitue en Chambre écossaise de Saint André pour les Travaux en Loge chapitrale au cinquième Grade. Les Chevaliers d’un Chapitre sont par ailleurs informés des Travaux du Prieuré du Cardinal, auquel le Chapitre est rattaché.

 

 

Article 34. –  Attributions et compétences

 

Dûment constitué en Chambre écossaise de Saint André, le Chapitre a essentiellement pour vocation de :

  • diriger des Travaux de réflexion et de recherche correspondant au cinquième Grade de Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André ;
  • veiller à la stricte observance des Rituels et à la régularité des Travaux placés sous les auspices du Souverain Chapitre de l’Ordre du REP ;
  • veiller à l’harmonie, au bon ordre et au développement de l’Atelier ;
  • travailler de concert avec le Prieuré Cardinal de sa juridiction territoriale pour la transmission au Grand Prieur de toute proposition jugée utile pour le bien de l’Ordre et du Rite ;
  • recevoir les Maîtres-Maçons des Loges particulières susceptibles d’être pressentis au Vénéralat pour la régularité de leur Charge qui passe par une réception au 5° avant celle au 4° Grade, et en tant que de besoin les Maîtres-Maçons, jugés aptes à une telle Réception par le Commandeur qui préside aux Travaux du Chapitre ;
  • confirmer ladite Réception au 5° Grade de tout nouveau Maître de Loge appelé à diriger une Loge symbolique, sous le contrôle du Conseil de Maitre Installé ;
  • constituer la première instance d’appel des Loges de Saint André pour toutes les affaires litigieuses pouvant concerner l’Atelier placés sous la juridiction d’un Prieuré Cardinal.

Plus spécifiquement le Chapitre, constitué en Chambre écossaise pour les Travaux au 5e Grade, dans sa juridiction territoriale, a pleine autorité et compétence :

  • à procéder à toute cérémonie d’Adoubement pour satisfaire les conditions de l’élection d’un nouveau Maître de Loge appelé à prendre le vénéralat d’une loge symbolique et d’en informer le Conseil de Maître Installé, qui pourra alors célébrer la Cérémonie d’Exaltation requise pour son Installation sur le Trône ;
  • à satisfaire toute demande d’un Conseil de Maître Installé afin qu’il soit procédé à une cérémonie d’Adoubement au profit de tout Maître-Maçon d’une Loge symbolique soucieux de progresser, et ce après transmission par le Commandeur du Chapitre d’une correspondance à ce sujet ;
  • à s’engager à recevoir les Maîtres-Maçons proposés par le Conseil de Maître Installé afin qu’ils intègrent le Chapitre ;
  • à fournir aux Impétrants Instructions dialoguées et autres, et Probatio du 5° Grade ;
  • à solliciter l’Ordre Intérieur pour l’Admission au Noviciat du Chevalier détenteur du 5° grade, sans l’évincer pour autant de son appartenance au Chapitre ;
  • avec l’accord du Souverain Grand Commandeur, le Commandeur du Chapitre est en droit d’utiliser le sceau du Souverain Chapitre qui représente le Bijou de Saint André, dûment accompagné du sceau de du Souverain Chapitre et/ou celui de la Grande Loge ;
  • a tout pouvoir à réaliser son propre sceau.

Enfin, tout bref au 5° grade est soumis à la signature du Souverain Grand Commandeur et du Commandeur du Chapitre. Pour ce faire, il est nécessaire de contacter le Grand Secrétaire de l’Ordre pour la fourniture du Bref, dont l’iconographie historique est celle approuvée par Robert Ambelain.

 

Article 35. –  Organisation structurelle du Chapitre

 

1. –  Le Commandement du Chapitre

 

     Tout Chapitre est dirigé par un Commandeur. Le Chapitre rassemble, sous l’autorité du Commandeur, les Chevaliers qui doivent être membres du Prieuré Cardinal auquel est rattaché le Chapitre, et d’une ou plusieurs Loges symboliques de l’Ordre, dès lors que pour être membre d’un Chapitre et d’un Prieuré Cardinal, rappel est fait que le rattachement à une Loge particulière est obligatoire,

  1. sans distinction de Loge de Saint Jean (Loge symbolique ET Conseil de Maître Installé) et d’une Loge de Saint André rattachée à un Prieuré Cardinal,
  2. également sans distinction de titre, rang, qualité et d’ancienneté dans les Grades détenus :
  • au cinquième Grade de Maître Parfait Ecossais Chevaliers de Saint André, et aux deux Degrés des 6° et 7°,
  • au quatrième Grade des Loges de Saint Jean

tant qu’ils sont régulièrement inscrits au Tableau de Loge (d’une Loge de Saint Jean) pour être autorisés à rejoindre la Chambre écossaise de Saint André d’une juridiction couverte par le Chapitre (d’où l’importance des Tableaux de bord annuels) et de la notification des mouvements (augmentations de salaire et Offices tenus) selon Diplômes et Brefs délivrés aux Impétrants. L’appartenance à un Chapitre (comme à un Prieuré Cardinal) n’appelle pas un numéro matricule différent, pas plus qu’une Cotisation supplémentaire envers l’Ordre.

    Le Commandeur propose à l’approbation du Prieur du Cardinal ou du Grand Prieur, auquel le Chapitre est rattaché à une juridiction cardinale, l’accord de recevoir au Chapitre des Chevaliers extérieurs à l’Ordre désireux de participer aux Travaux du 5° Grade de Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André.

L’attention est attirée sur une fréquence régulière de visites par un même Chevalier, sauf à considérer que le Chevalier-visiteur se place dans une perspective d’observation et de réflexion préalables à son éventuelle demande d’admission dans l’Ordre du REP. In fine, il conviendra de mettre un terme à des visites laissées sans suite favorable par les intéressés.

    En référence aux multiples Offices et Charges possibles au sein de l’Ordre, qui sont évoqués à maintes reprises, il est à remarquer à l’évidence que la double appartenance extérieure à l’Ordre s’avère impossible, sinon à rencontrer d’énormes difficultés à remplir les engagements pris de tous côtés. A ce titre, il est donc préférable de rejeter cette faculté qui n’est pas souhaitable d’une part, et impossible eu égard à la nature des Travaux de Saint André qui relèvent d’une rituélie inconciliable avec d’autres Rites même classés Saint André. En conséquence de ce qui précède, la double appartenance extérieure à l’Ordre est totalement proscrite, y compris en Loges symboliques, sans empêcher naturellement les Visites en d’autres Obédiences.

2. – Mandat du Commandeur du Chapitre et élection

      La charge de Commandeur peut être cumulée avec tout autre Office détenu en Loge de Saint Jean (Loge symbolique et/ou en Conseil de Maître Installé), puisque nécessairement détenteur du 4° Grade.

     Le Commandeur initial d’un Chapitre est désigné pour une durée de trois années par le Souverain Chapitre ou le Prieuré Cardinal, représenté respectivement par le Souverain Grand Commandeur ou le Prieur.

     Après consultation du Souverain Grand Commandeur, le Prieur du Cardinal auquel est rattaché le Chapitre désigne le premier Commandeur. A défaut, le Souverain Grand Commandeur choisit le premier Commandeur. La durée du mandat d’un Commandeur est régulièrement de trois années. Au terme de chaque mandat, il est procédé à la désignation de son remplacement par le Prieur, qui peut prendre l’option d’une élection par les membres du Prieuré Cardinal. Si élection, elle se déroule à bulletins secrets.

Le Commandeur descendant de charge peut être candidat à sa propre succession pour une seconde période de trois années.

Le Commandeur en exercice peut, à tout moment, résigner sa charge. Il est alors procédé, soit à l’élection d’un nouveau Commandeur, soit à son remplacement sur décision du Prieur après consultation du Souverain Grand Commandeur.

Sont éligibles

  • sans distinction d’ancienneté, les Chevaliers qui souhaitent se constituer en Chapitre ;
  • les Prieurs et les membres des Cardinaux, dans la mesure où ils auront fait acte de candidature.

Sont électeurs, soit les Prieurs des quatre Prieurés Cardinaux, soit au moins deux Prieurs, également le Grand Prieur et le Souverain Grand Commandeur.

Est élu, Commandeur du Chapitre, le Chevalier ayant obtenu le plus de suffrages exprimés par les Chevaliers présents lors du vote. En cas d’égalité de suffrages, est retenu le Chevalier le plus ancien dans le Grade le plus élevé. Les suffrages exprimés font l’objet d’une communication officielle au Souverain Chapitre, au Grand Prieuré et aux Prieurés, également au Grand Secrétaire de l’Ordre. Cette nomination est formalisée par un Certificat à la signature du Souverain Grand Commandeur et du Grand Prieur.

3. –  Structure du Chapitre

Tout Chapitre doit comprendre de préférence un nombre minimum de trois Chevaliers, plus le Commandeur du Chapitre.

En Loge Chapitrale, le Commandeur est régulièrement assisté d’un 1er Surv:., d’un 2nd Surv:., d’un Maître de Cérémonie et autant d’Officiers, que jugés nécessaires pour le bon déroulement des Travaux.

 

Article 36. –  Les Offices au Chapitre

       Les Chevaliers du Chapitre, chargés d’un Office, sont désignés ou reconduits dans leur Charge chaque année par le Commandeur du Chapitre.  L’Office tenu par un Chevalier, au sein d’un Chapitre, peut être cumulé avec tout autre Office tenu en Loges de Saint Jean (Loge symbolique et Conseil de Maître Installé) et/ou au sein d’un Prieuré Cardinal de préférence de la même juridiction territoriale que celle du Chapitre.

      En Chapitre au 5° Grade, les Offices peuvent être proches de ceux des Loges de Saint Jean. Outre le Commandeur et les deux Surveillants, sont susceptibles de parfaire le déroulement des Travaux les Chevaliers en charge d’une fonction d’Orateur, de Maître de Cérémonie, et d’Expert (ou Frère Terrible) qui doit s’assurer de l’appartenance à l’Ordre du REP de tous les Chevaliers qui se présentent, puisque c’est lui qui donne le passage.

       Comme pour les Travaux en Loge symbolique, la décoration du Temple, les décors des Chevaliers et les dispositions requises pour des Travaux au Chapitre, figurent en préambule du Rituel du 5° Grade du REP, et ne sont pas plus largement détaillés dans les présents Règlements Généraux.

 

Article 37. –  Les Travaux du Chapitre

      Les Tenues chapitrales ont lieu au moins deux à trois fois par an, sur convocation du Commandeur du Chapitre et peuvent être organisées en tout Orient de la juridiction cardinale, ou en une autre parmi celles des quatre Prieurés de l’Hexagone.

Outre les Chevaliers du Chapitre convoqués en Tenue chapitrale, sont invités à assister aux Travaux :

  • les Chevaliers inscrits aux Tableaux des Loges de Saint Jean de même juridiction cardinale ;
  • les Prieurs des trois autres Prieurés Cardinaux, accompagnés s’ils le souhaitent de leur Porte-Glaive et des Chevaliers de leur Cardinal respectif ;
  • enfin, le Grand Prieur et le Souverain Grand Commandeur du Souverain Chapitre.    

Ces Tenues ne sont pas ouvertes aux Chevaliers étrangers à l’Ordre du REP, dès lors que le respect du secret des délibérations chapitrales est un Devoir absolu à observer par tous les Chevaliers, sauf dérogation limitée par le Souverain Grand Commandeur et le Prieur à un certain nombre de visites permettant au Chevalier-visiteur d’apprécier les Travaux du Chapitre, comme précédemment évoqué.

      Le Procès-verbal des Travaux signé par le Commandeur et l’Orateur, après adoption des Participants aux Travaux et de l’Orateur, est classé dans les Registres du Chapitre. Toutefois, le Commandeur du Chapitre peut décider d’étendre le secret des délibérations à des communications et correspondances destinées à l’Ordre Intérieur (Grand Prieur) et au Souverain Grand Commandeur ou encore au Chancelier. A ce titre, une copie des procès-verbaux des Tenues chapitrales est strictement réservée aux précités, et à communiquer au Grand Secrétaire de l’Ordre.

      Les Travaux se déroulent exclusivement selon le Rituel du cinquième Grade de Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André du Rite Ecossais Primitif, lequel fournit les dispositions à retenir pour les Travaux du Chapitre et les Décors des Chevaliers.

     S’agissant plus particulièrement de l’ornementation du Temple et des décors des Chevaliers, description et préconisations figurent dans le paragraphe ‘’dispositions générales’’ du Rituel du 5°grade. Les Décors sont rappelés dans le ‘’feuillet jacobite – Les décors au REP’’.

      Hors les Tenues chapitrales, le port des Décors du cinquième Grade reste facultatif en Voyage, sachant qu’en Loge de Saint Jean il y a lieu de privilégier le Décor de Maître-Maçon. 

Les Dignitaires de l’Ordre et le Grand Commandeur du Souverain Chapitre sont reçus avec les honneurs dus à leurs Titre, Rang et Qualité. Dans l’hypothèse où le Souverain Grand Commandeur du Souverain Chapitre serait présent, le Commandeur du Chapitre lui proposera l’abandon de son autorité et à présider les Travaux.

 

Sous-titre III-3.   Cinquième Grade du REP ou Premier

                          Degré des Travaux en Saint André :  le CHAPITRE

 

Article 38. –  Le Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André

Rappel historique

Sur la volonté de Robert Ambelain, se trouvent réunis en un seul Grade le Maître Ecossais (ou Maître Parfait Ecossais) et le Chevalier de Saint André que le Maître-Maçon reçoit en une même et seule Cérémonie. La réunion de ces deux grades a été volontairement voulue par Robert Ambelain pour obtenir un degré à ne pas ‘’associer en bon dernier aux Souverains Princes Rose-Croix, Chevaliers de l’Aigle, Chevaliers du Pélican, etc.)’’ parce que le Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André entre dans la fameuse Maçonnerie de Saint-Germain du XVII° siècle pendant l’exil de Jacques II.

       Le manuscrit de ce Rituel a été remis à Robert Ambelain par le Très Illustre Frère Georges Bogé de Lagrèze, lorsqu’il transmit la Chevalerie de l’Ordre de Saint André à R. Ambelain, le samedi 15 août 1942, après le Grade de Grand Ecossais de la Voûte Sacrée de Jacques VI.

 

1. – Conditions de Réception d’un Chevalier de Saint André

  • être détenteur du troisième Grade de Maître-Maçon
  • être introduit (selon avis et/ou proposition qui sont toutefois suspendus à l’approbation du Commandeur du Chapitre qui aura entendu l’Impétrant) :
  1. sur avis favorable du Vénérable d’une loge symbolique du Rite Ecossais Primitif ou du Conseil de Maître Installé
  2. ou encore sur proposition d’un Membre du Chapitre qui soumet la candidature au Commandeur, 
  • répondre au délai de probation fixé par la collation des Grades (cf. Article 25). Sur dérogation accordée par le Commandeur du Chapitre, une présence aux Travaux en Loge symbolique inférieure à vingt-deux Tenues peut être accordée.
  • dans la suite d’une élection d’un Maître de Loge non détenteur du 5e Grade : celle-ci réputée acceptée est cependant soumise à l’agrément du Commandeur du Chapitre.     
2. – Agréments et Réception

 

En complément de l’article 34 – Attributions et compétences du Chapitre, est plus largement détaillée la question de l’agrément et de la Réception d’un candidat au cinquième grade du REP.

Le Commandeur a tout pouvoir à débattre de la proposition de Réception au 5e Grade d’un candidat avec les Officiers du Chapitre en Tenue chapitrale la plus proche, qui peut donner lieu à un vote à bulletins secrets. Si le scrutin constate plus des deux tiers des suffrages exprimés favorables à la candidature, l’Impétrant est déclaré admis à entrer au Chapitre.

L’acceptation avec ou sans vote doit faire l’objet d’une consignation dans la Planche tracée des Travaux du Chapitre, et l’avis favorable est signifié à l’Impétrant qui sera convoqué par le Commandeur pour la Cérémonie chapitrale d’adoubement durant laquelle le nouveau Chevalier sera armé. Communication de la Planche tracée sera faite aux Instances suivantes : Vénérable, Prieur Cardinal, Grand Prieur et Souverain Grand Commandeur, enfin Grand Secrétaire de l’Ordre. A défaut de transmission, cette admission ne sera pas déclarée valable.

         Dans l’hypothèse d’un vote défavorable, situation qui doit s’entendre à titre exceptionnel, le Commandeur en avisera, par la voie qu’il jugera appropriée, le Maître de Loge en exercice, sans qu’aucun obstacle ne soit déclaré en opposition ou en hostilité à un report de ladite candidature.

Lorsque la proposition de Réception résulte de l’élection d’un nouveau Maître de Loge d’une Loge symbolique, placée dans la même juridiction que celle du Chapitre, et que l’élu est non détenteur du 5° Grade, la candidature réputée acceptée est toutefois soumise à l’assentiment de la majorité simple des Chevaliers présents lors du vote. Par ailleurs, l’élection du futur Vénérable appelle une Réception dans les meilleurs délais, afin de permettre l’installation imminente du nouveau Maître de Loge sur le Trône, une telle cérémonie est à organiser au mieux dans les jours qui précèdent l’installation du Vénérable.

        La cérémonie de Réception au Grade de Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André fait l’objet d’une Cérémonie d’Adoubement, durant laquelle le Chevalier est armé. Il prononce l’Obligation solennelle comprise dans le Rituel du cinquième Grade. Cette cérémonie est suivie de la remise d’un Bref à demander au Grand Secrétaire de l’Ordre, ce document étant à la signature conjointe du Commandeur du Chapitre et du Souverain Grand Commandeur.

      Comme pour tous les Rituels du Rite Ecossais Primitif, sont annexés au Rituel les divers éléments du Grade (Disposition du Chapitre, Décors, Travail, Instructions, Catéchisme, Probatio, …).


3. – Affiliation de Membres extérieurs à l’Ordre

 

       Le Chapitre ne rejette pas systématiquement les demandes d’intégration de Membres extérieurs à l’Ordre. Soumises à un examen minutieux, elles sont suspendues aux conditions suivantes :

  • détenteur du 3° Grade symbolique (Maître-Maçon), affilié à une Loge de Saint Jean au REP rattachée, de préférence, à la même juridiction cardinale que celle du Chapitre ;
  • le Maître-Maçon doit être présenté par le Maître de Loge ou le Président du Conseil de Maître Installé de même juridiction ;
  • candidature directe par cooptation d’un Membre de l’Ordre du REP en faveur du Chevalier détenteur d’un Grade équivalent en d’autres Rites que le REP (néanmoins soumise à une affiliation en loge symbolique) soit du 18°Degré du REAA ou du 4° Degré du RER, Chevalier de Stricte Observance Templière, voire un Degré supérieur.

Eu égard au secret des délibérations chapitrales (cf. article 32 - alinéa 1) qui s’impose dans les Travaux des Loges placées sous l’autorité d’un Chapitre, si l’Impétrant appartient à une Loge chapitrale étrangère au REP, le Membre candidat aura à prendre et à souscrire divers engagements de confidentialité vis-à-vis de l’Ordre du REP. Sauf renoncement à rester membre d’une autre Obédience, l’intégration de l’Impétrant est soumise à l’agrément du Grand Prieur et du Souverain Grand Commandeur, seuls arbitres en droit de prendre les précautions qu’ils jugeront nécessaires, car ils seront appelés à se porter parrains de l’Affilié et garants de ce dernier. De la sorte, une telle disposition ne pourra excéder dix mois, afin de permettre à l’Impétrant d’organiser sa sortie de l’Obédience étrangère à l’Ordre.

 

4. – Perte de la qualité de Membre

     Elle peut résulter soit du décès, soit de la démission présentée à tout moment pour convenance personnelle sous forme de déclaration écrite adressée au Commandeur du Chapitre.

    Dans le cas d’une radiation, cette sanction est placée en première instance sous la délibération du Chapitre lequel est réuni en Comité chapitral exceptionnel sous la présidence du Commandeur du Chapitre, en présence ou après consultation du Vénérable de la Loge symbolique à laquelle le Membre est rattaché.

La radiation peut être prononcée, après consultation sollicitée du Commandeur auprès des Membres de l’Ordre Intérieur (Prieur cardinal, Grand Porte-Glaive ou encore le Souverain Grand Commandeur) réunis en deuxième délibération, à la demande des Officiers du Chapitre convaincus d’un manquement grave du Chevalier à ses engagements maçonniques et chevaleresques.

     Tout Chevalier susceptible de faire l’objet d’une mesure de radiation a le devoir de s’expliquer sur les faits qui lui sont reprochés et a le droit de se faire assister dans sa défense par un Chevalier de son choix. Le Chevalier frappé d’une mesure de radiation peut faire appel de la décision auprès du Souverain Chapitre via le Grand Prieur, appelé à statuer en troisième ressort et en dernière instance. En ce cas, la mesure de radiation prise par le Commandeur du Chapitre sera suspendue jusqu’au prononcé de la sentence rendue par le Souverain Chapitre. Cette sanction relève de la seule décision de la juridiction concernée sans que le Souverain Grand Commandeur du Souverain Chapitre ait à y interférer.

     Le Chevalier radié est ipso facto radié de la Loge de Saint Jean et/ou du Conseil de Maître Installé et du Prieuré auxquels il pouvait appartenir. La sanction, gardée sous le sceau du secret du Chapitre, ne fait à ce titre l’objet d’aucune communication extérieure (Obédiences, Loges et Ateliers étrangers à l’Ordre du REP). Communication de cette sanction étant produite à toutes les Loges de Saint Jean de l’Ordre et aux Prieurés cardinaux et au Grand Secrétaire de l’Ordre. Sauf cas extrêmes, la décision d’une communication extérieure appartient au Souverain Grand Commandeur.

5. – Mise en retrait d’un Membre

       Toute demande de mise en retrait ou de mise en indisponibilité peut être présentée à tout moment pour convenance personnelle sous forme de déclaration écrite adressée au Commandeur du Chapitre. La mise en retrait du Chapitre entraîne ipso facto la mise en retrait de la Loge symbolique et/ou du Conseil de Maître Installé auquel le Chevalier pourrait appartenir.
      Tout Membre du Chapitre passé à l’Éternel Orient sera réputé présent en Tenue chapitrale par l’esprit et le cœur, tout au moins lors des Tenues du Chapitre dans le cours de l’année de la disparition. A cet égard, un fauteuil lui sera toujours réservé sur lequel seront symboliquement déposés les décors du Grade à sa mémoire.

Les dispositions et clauses antérieures qui seraient contraires aux différents Articles ci-dessus des présents Règlements Généraux sont annulées.

 

Article 39. –  Autres dispositions

 

1. – Questions litigieuses

        De plus amples précisions que celles ci-dessus (réservées à la radiation d’un Chevalier qui entre dans le cadre de questions litigieuses) sont données, dans le cas où le Chapitre serait susceptible d’être appelé à statuer en dernier ressort à la demande d’un Conseil de Maître Installé excluant de saisir la Grande Loge.
         Dans le cas où le Chapitre serait ainsi sollicité à se prononcer sur un sujet litigieux concernant un membre d’une Loge symbolique et/ou Conseil de Maître Installé, placée dans la même juridiction, la plus large unanimité sera recherchée parmi les Chevaliers présents. Ainsi, lors de l’examen du dossier en question, l’esprit de concorde et de tolérance doit présider à tout débat au sein du Chapitre. La sentence rendue devra, dans toute la mesure du possible, ouvrir la voix à une fraternelle réconciliation et préserver l’autorité du Maître de Loge, du Maître-Surveillant (d’un Triangle) ou du Président du Conseil de Maître Installé, et préserver l’autorité du Maître de Loge, du Maître-Surveillant (Triangle) ou du Président du Conseil de Maître Installé.

Tout membre radié par le Chapitre ne peut solliciter sa réintégration dans l’Ordre, y compris en une autre Juridiction.

         Dans le cas où le Chapitre est confronté à un litige interne à sa propre Instance, les Chevaliers présents lors de l’examen de la question litigieuse mettront en œuvre toutes leurs ressources d’esprit et de cœur en vue de rechercher la voix de l’apaisement et de la compréhension mutuelle. La décision éventuelle est rendue à la majorité des deux tiers des Chevaliers présents au moment du vote.

         En troisième et dernier ressort, le Souverain Chapitre (Ordre Intérieur et Prieuré cardinal) est saisi par le Commandeur du Chapitre pour faire appel des sentences et des décisions rendues par le Chapitre. La sanction confirmée doit être portée à la connaissance du Grand Secrétaire de l’Ordre qui en fera communication à tous les Prieurés cardinaux de l’Hexagone.

 

2.  – Droits et cotisations

 

Le Chapitre n’est tributaire d’aucune redevance ou cotisation vis-à-vis de l’Ordre. Les cotisations appelées par le Chapitre auprès de ses Membres doivent figurer dans son Règlement intérieur.

 

3.  –  Règlement Intérieur

Si le Chapitre adopte un Règlement Intérieur, il est tenu d’en fournir un exemplaire au Souverain Grand Commandeur – Grand Maître de la Grande Loge et à chacun de ses Membres, sans omettre de le fournir au Grand Secrétaire de l’Ordre.

Les dispositions et clauses antérieures qui seraient contraires aux différents Articles ci-dessus des présents Règlements Généraux sont annulées.

 

Sous-titre III-4.  Sixième et septième degrés du REP

                         L’ORDRE INTERIEUR

                         Écuyer-Novice et Chevalier du Temple

Avant-propos

Sont ici reprises les conclusions de Robert Ambelain comme suit :

  • Les degrés qualificatifs d’Écuyer-Novice et de Chevalier du Temple, introduits par Ramsay, demeurent constitutifs de l’Ordre Intérieur ;
  • Ils sont exempts de toute cérémonie de communication, ce qui ferait double emploi avec l’Ordre de Saint André ;
  • Ils sont conférés à l’ancienneté et au zèle, et équivalent respectivement aux 30° et 33° degrés de la Maçonnerie traditionnelle, selon l’usage général des diverses Obédiences ;
  • Observation étant faite que dans le système élaboré en 1778 au Convent de Lyon par Willermoz, les Degrés suprêmes de Profès et Grand Profès étaient donnés par simple lecture d’une Instruction, et sans aucune cérémonie, usage longtemps conservé par le Grand Prieuré d’Helvétie.

 Les Rituels des 6° et 7° Degrés du REP ont été mis au point après collationnement rigoureux et attentif des Rituels les plus anciens. Le Grand Maître Ambelain a retenu :

  1. le manuscrit de 1778 , propriété de Georges Bogé de Lagrèze communiqué à R. Ambelain en 1943 ;
  2. le Rituel utilisé par le Grand Prieuré d’Helvétie communiqué par le Révérend Frère N. C. (‘’Eques a Volontate’’) ;
  3. le Rituel publié par Jules Doinel en 1895 ;
  4. le Rituel du Très Révérend Frère Savoire remis en 1945 à R. Ambelain ;
  5. enfin et antérieur au Rituel CBCS, le Rituel suédois de Stricte Observance Templière que R. Ambelain reçut en 1953.

 

Article 40.  –  Gouvernement de l’Ordre Intérieur

 

Reprise étant faite de la position de l’Ordre Intérieur exposée à l’article 32 des présents Règlements Généraux comme suit :

‘’Sous la prépondérance du Souverain Grand Commandeur, le Souverain Chapitre coiffe de son autorité, outre le Chapitre de Novices et le Chapitre de l’Intérieur, deux Degrés – Profès et Grand Profès – intégrés à la hiérarchie du Rite Ecossais Primitif, qui officient au sein du Grand Prieuré, lequel abrite quatre juridictions nationales (Prieurés cardinaux) et territoriales dans l’Hexagone, afin de permettre aux Chevaliers un parcours initiatique au-delà de celui du Chevalier du Temple.’’

     la Grande Chambre écossaise de Saint André est constituée des Organes précités qui font l’objet des articles qui suivent.

      Placé sous la suprématie du Souverain Chapitre, si l’Ordre Intérieur a vocation initiatique par définition, il est également organe de liaison et d’observation au service de l’Ordre du Rite Ecossais Primitif, parce qu’il se trouve à la charnière des derniers Degrés d’un Ordre de Chevalerie et précisément l’Ordre de Saint André du Chardon rouvert en 1687 par Jacques VI d’Ecosse sous le Titre de ‘’Ordre des Maîtres Ecossais de Saint André’’, et des deux Degrés de la Classe secrète (Profès et Grand Profès).

 

       Au même titre que les Membres du Souverain Chapitre sont désignés par le Souverain Grand Commandeur, il désigne les Membres de l’Ordre Intérieur ; l’ensemble de ces Grands Dignitaires peut se constituer alors en Grande Chambre écossaise de Saint André pour remplir les Offices attendus d’eux et étendus à tous les Organes de l’Ordre du Rite Ecossais Primitif.
       Considérant sa qualité d’organe de liaison de l’Ordre du Rite Ecossais Primitif au sein de ladite Grande Chambre écossaise de Saint André, le Grand Prieur de l’Ordre Intérieur est en mesure d’être saisi de questions soulevées par les Prieurs qui président une Chambre écossaise ; et ipso facto mandatés au sein de leur propre Organe élargi à la juridiction cardinale de leur rattachement en tant que chargés de Mission. Les Grands Dignitaires (Prieurs et si besoin Grands Orateur – Porte-Glaive – Expert …) auront alors à rendre compte de leurs actions et interventions au Grand Prieur et au Souverain Grand Commandeur.

      A cet égard, observation est faite que tant les Dignitaires et Grands Dignitaires de l’Ordre Intérieur que ceux de la Grande Loge sont, en tant que tels, Membres de droit de tous les Organes (Unités opérationnelles) des deux Instances majeures de l’Ordre du REP ; ils agissent de concert pour le bien de l’Ordre en général.

      Le Souverain Grand Commandeur désigne le Grand Prieur pour une durée indéterminée.

Le Souverain Grand Commandeur et le Grand Prieur désignent les Prieurs, dont les nominations sous signature conjointe font l’objet d’une Ordonnance individuelle fournie aux élus. Sans limitation de durée de leur mandat, les mandataires peuvent résigner leur charge à tout moment laissant à la Grande Chambre écossaise de Saint André le délai nécessaire pour pourvoir à leur remplacement.

      Communication de ces nominations est faite à tous ceux qui président les Unités opérationnelles de l’Ordre, au Chancelier et au Grand Secrétaire de l’Ordre qui conserve une copie desdites Ordonnances.

 

 

Article 41. –  CHAPITRE DE NOVICES et CHAPITRE DE L’INTERIEUR

 

      En référence à l’échelle des Grades (du 5° Grade jusqu’aux degrés de l’Ordre Intérieur – Titre III, article 28) figurant la Grande Chambre écossaise de Saint André, sous la conduite de l’Ordre Intérieur, cet organe de direction est à la fois détaché, de par son autonomie et sa qualité d’Ordre(Intérieur), tout en restant intégré au Souverain Chapitre.

      Considérant l’Art. 6 du Complément ou Rectification à la Constitution de 1720, rappel est fait que l’Ordre Intérieur n’a aucun contrôle ni autorité sur les Loges de Saint Jean coiffées par la Grande Loge et son Grand Maître Général.

       Parallèlement, si les Membres du Souverain Chapitre et donc de l’Ordre Intérieur, sont désignés par le Grand Maître Général (cf. Art. 4 du Complément ou Rectification à la Constitution de 1720), l’Ordre Intérieur reste sous prépondérance du Souverain Grand Commandeur.

 

      Selon mention précédemment faite en introduction du Titre III – Souverain Chapitre, les deux Degrés qui ferment la hiérarchie des Travaux de Saint André de la Maçonnerie jacobite disposent d’un Rituel propre aux Chapitre de Novices et Chapitre de l'Intérieur, comme suit :

  • Au Signe d’Écuyer-Novice les travaux sont ouverts en deux temps par une première ouverture en Chapitre de l’Intérieur, en la seule présence des Chevaliers du Temple suivie de l’ouverture en Chapitre de Novices qui donne l’entrée du Temple aux Écuyers-Novices. Le Chapitre de Novice ferme les Travaux du 6° Degré après invocation et invitation des Écuyers-Novices à couvrir le Temple, afin que soient complètement clos les Travaux alors fermés en Chapitre de l’Intérieur par les Chevaliers du Temple.
  • Au Signe de Chevalier du Temple (et en l’absence de tout Ecuyer-Novice), la Tenue chapitrale est ouverte comme au 6° Degré par le Chapitre de l’Intérieur, mais en un seul temps, de même que les Travaux sont directement clos par le Chapitre de l’Intérieur.

       Pour l'entrée au Chapitre de l’Intérieur, du Souverain Grand Commandeur et des Grands Dignitaires (Substitut Grand Maître, Grand Maître adjoint, …), ils sont reçus avec les honneurs dus à leurs Titre, Rang et Qualité.

       Constitutifs de l’Ordre Intérieur, les Travaux d’Écuyer-Novice et de Chevalier du Temple sont réalisés en les Chambres écossaises de ces deux degrés, soit le Chapitre de Novices et le Chapitre de l’Intérieur.

      Conférés à l’ancienneté et au zèle, le sixième Degré d’Écuyer-Novice est un Grade intermédiaire entre le Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André et le Chevalier du Temple. L’Écuyer-Novice n’est pas en effet destiné à rester longuement à ce sixième Degré, car il est appelé à rejoindre la Classe des Chevaliers comprise dans l’Ordre Intérieur. Sans délai, le Maître Parfait Ecossais Chevalier de Saint André, admis au Noviciat, s’engage dans son apprentissage de Novice pour prendre rang de Chevalier du Temple au sein du Chapitre de l’Intérieur de sa juridiction et avoir ainsi accès aux Travaux de la Classe secrète.

      Dès lors, les Impétrants sont adoubés ; l’Écuyer-Novice prononce l’Engagement de Noviciat et le Chevalier du Temple l’Obligation d’Ordre de la Chevalerie.

      Dès communication de la Planche Tracée qui constate toute Nomination au Grand Secrétaire de l’Ordre, l’Impétrant reçoit le Bref correspondant placé à la signature conjointe du Souverain Grand Commandeur et du Commandeur qui a présidé la Cérémonie. L’Ecuyer-Novice reçoit le certificat d’admission et le Chevalier du Temple reçoit le Bref de la Chevalerie, selon l’iconographie approuvée par le Grand Maître Robert Ambelain.

 

Article 42.  –  PROFES et GRAND PROFES

   et Chambres Ecossaises de l’Ordre Intérieur

       Sous l’autorité du Souverain Grand Commandeur associée à celle du Grand Prieur, les 6e et 7e Degrés relèvent de la Grande Chambre écossaise de Saint-André qui se place dans le giron de l’Ordre Intérieur qui réunit sous sa bannière, outre les deux degrés précités, le Grand Prieuré et les Prieurés Cardinaux, selon la répartition des Chambres écossaises présentée à l’article 32.

    En référence, d’une part, aux travaux d’étude de Robert Ambelain qui rappelle le système élaboré en 1778 au Convent de Lyon par Willermoz, longtemps conservé par le Grand Prieuré d’Helvétie, régime selon lesquels les Degrés suprêmes de Profès et Grand Profès étaient donnés par simple lecture d’une Instruction et sans aucune cérémonie particulière, et, d’autre part, selon instructions laissées par le Grand Maître, les sixième et septième Degrés sont structurés comme suit :

  • les Degrés d'Écuyer-Novice et de Chevalier du Temple, introduits par Ramsay, forment les Chambres écossaises de Saint André ;
  • la Classe secrète, constituée desdits Degrés suprêmes, se greffe au sein du Grand Prieuré associé à l’Ordre Intérieur pour fermer l’échelle des Grades et Degrés du Rite Ecossais Primitif.

 

Article 43.  –  Structure de l’Ordre Intérieur

      Sous la responsabilité du Souverain Grand Commandeur et du Grand Prieur, l’Ordre Intérieur est structuré et découpé en quatre Prieurés cardinaux (cf. article 32), répartis selon un découpage territorial qui forme les juridictions cardinales. Les Prieurés sont placés sous la gouvernance du Grand Prieur en liaison directe avec le Souverain Grand Commandeur.

     Tout Prieuré cardinal est placé sous l'autorité d'un Prieur. Le Prieur initial d’un Prieuré est désigné par le Souverain Chapitre, représenté par le Souverain Grand Commandeur qui s’appuie sur le Grand Prieur.  Prieurs et Grand Prieur reçoivent le certificat correspondant sous signature conjointe du Souverain Grand Commandeur et du Chancelier.

 

Article 44.  –  Attributions de l’Ordre Intérieur

 

    Les attributions dévolues à l’Ordre Intérieur sont réalisées au sein des Prieurés cardinaux de l’hexagone et du Grand Prieuré REP, sous couvert de la Grande Chambre Ecossaise de Saint André, qui ont vocation à :

  • mener les Travaux de réflexion et de recherche correspondant aux Grades d’Écuyer-Novice et de Chevalier du Temple ;
  • transmettre au Souverain Chapitre et au Grand Prieuré toute proposition jugée utile pour le bien de l'Ordre Intérieur en particulier et du Rite Ecossais Primitif en général ;
  • maintenir vivante la liaison entre les Prieurés, Grand Prieuré et Souverain Chapitre ainsi que pratiquer les vertus chevaleresques de bienfaisance, prudence et modestie ;
  • recevoir au Grade de Chevalier du Temple les Membres déjà Écuyers-Novices depuis plus d’un an a minima après accord du Grand Prieur ou du Souverain Grand Commandeur ;
  • affilier au Grade de Chevalier du Temple les Membres détenteurs d'un Grade similaire en d'autres Rites après accord du Grand Prieur et/ou du Souverain Grand Commandeur, pour leur permettre d’intégrer l’Ordre Intérieur, sous condition suspensive d’intégrer une Loge de Saint Jean.

      Pour réaliser ces Charges, les Prieurés ont faculté à élaborer leur propre Règlement Intérieur qui ne doit comporter aucune clause contraire aux dispositions des présents Règlements.

 

A défaut, les présents Règlements Généraux de l’Ordre sont adoptés. Dans tous les cas, les Dignitaires confirmeront leur choix au Grand Commandeur du Souverain Chapitre et au Grand Secrétaire de l’Ordre.

 

Article 45.  –  Structure du Prieuré Cardinal

     Le Prieuré rassemble Profès et Grands Profès, auxquels se joignent les Chevaliers de l’Ordre Intérieur, nécessairement détenteurs in fine du Degré de Chevalier du Temple, pour œuvrer au sein du Grand Prieuré REP de France dans le cadre des Travaux de la Classe secrète et pour le plus grand profit de l’Ordre en général.

 

     Rappel est fait que tous les membres d’un Prieuré sont inscrits dans le Tableau de Prieuré, et inévitablement inscrits au Tableau de Loge d’une Loge de Saint Jean. Dès modification du Tableau du Prieuré, communication est faite au Gand Secrétaire de l’Ordre.

 

     Tout Prieuré doit comporter un nombre minimum de trois Chevaliers du Temple, dont le Prieur. Il n’y a pas de nombre maximal de Membres par Prieuré. Accompagnent le Prieur dans la direction d’un Prieuré cardinal les Dignitaires suivants : Grand Porte-Glaive, le Grand Orateur, Assistants Grand Maître, Expert du Rite, …. en tant que de besoin.

 

Plus schématiquement, composent un Prieuré Cardinal les Dignitaires suivants :

  • le Resp:. Assistant G:.M:. qui a qualité de Prieur
  • le Resp:. Grand Orateur du Cardinal
  • le Resp:. Grand Expert du Rite du Cardinal
  • les T:.V:. Assistants Grands Officiers
  • les Commandeurs des Chapitres de Saint André
  • les Commandeurs du Chapitre de Novices et du Chapitre de l’Intérieur

Sont invités aux Travaux des Prieurés Cardinaux :

  • les Vénérables des Loges de Saint Jean
  • et les Frères et Sœurs d’Armes méritant lors de la suspension des Travaux de l’Ordre Intérieur.

Toute réception ou affiliation à un Prieuré devra avoir reçu l'accord préalable du Souverain Grand Commandeur – Grand Maître Général de la Grande Loge. Nul ne peut être membre d'un Prieuré s'il n'est pas inscrit au Tableau de Loge d’une Loge de Saint Jean et à celui d'un Chapitre (5° Grade).

 

      Tout Prieuré doit se réunir au moins deux fois par an. Un procès-verbal rendra compte de l’activité annuelle déployée par le Prieuré dans sa juridiction. Le Prieur du Prieuré cardinal adresse ce rapport spontanément au Grand Prieur, au Souverain Grand Commandeur et au Grand Secrétaire de l’Ordre. Dans chaque Prieuré cardinal, lors d'une consultation ou d'une élection, le Prieur dispose de deux voix, ainsi que le Grand Prieur.

       Les Prieurs Cardinaux ont toute faculté à tenir Assemblée isolément comme en rassemblement des quatre Prieurés Cardinaux, et dans ce dernier cas sous la présidence du Grand Prieur et/ou du Souverain Grand Commandeur.

       Après réception de tous les rapports d’activité annuels, le Souverain Grand Commandeur peut réunir en Assemblée générale les membres des Prieurés Cardinaux, sous couvert de la Grande Chambre écossaise de Saint André.

 

 

Article 46.  –   Perte de la qualité de Membre

 

La perte de la qualité de Membre d’une des deux Instances – Souverain Chapitre et Ordre Intérieur est alignée sur les mêmes conditions que celles de tous les Grands Dignitaires de l’Ordre.

 

 

Les présentes clauses et stipulations, qui relèvent du Titre III – Souverain Chapitre, annulent et remplacent celles antérieurement fixées par décrets et Ordonnances contraires aux dispositions ci-avant.

2 comments

  1. Christian GUIGUE

    Mon Bien Aimé Frère

    Je vous annonce la parution de L'Ecuyer Novice. Présentation du livre visible à = http://www.guigue.org/guigue1-Ecuyer.htm

    recevez mon salut le plus fraternel,

    Christian

  2. Jean-Louis ZAGBA

    Bonjour TCF!

    Je voulais savoir si ces correspondances sont équivalentes aux grade du RER.

    Est-il possible alors à vous lire, qu'un Frère pourvu du 4è grade du RER, puisse visiter un chapitre travaillant au 18è degré du REAA? Et réciproquement?

    Un Frère du 5è degré Ecuyer Novice du RER, peut-il travailler avec un Chapitre du 30è degré du REAA Chevalier Kadosh?

     

    Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 7 = quarante deux

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>