fév 02 2019

la Grandeur d’un Initié

Omraam Mikhaël Aïvanhov s'exprime ainsi pour signifier la Grandeur d'un Initié qui se manifeste par son amour et sa douceur.

    "Celui qui est véritablement grand accepte de se mettre au service des autres pour les aider à y voir plus clair, à trouver les meilleures solutions à leurs problèmes, même quand ces problèmes lui paraissent insignifiants. C’est ainsi qu’un sage, un Maître spirituel ne craint pas de s’abaisser au niveau des petits, des faibles et des ignorants : il sait que cela ne le fera pas descendre du sommet intérieur qu’il est parvenu à atteindre. Il ne prend jamais prétexte de sa supériorité pour s’imposer aux autres. Il sait que plus il s’est élevé, plus il doit se manifester avec humilité. S'il dépasse les autres par ses qualités morales et spirituelles, c’est très bien, mais cela ne suffit pas : la question ensuite, c’est l’attitude, le comportement. Aucun savoir, aucun pouvoir spirituel ne donne le droit de dominer les autres, de s’imposer à eux. 

Que chacun monte aussi haut qu’il en est capable, mais seulement dans sa vie intérieure ; à l’extérieur, il n’a pas à se percher sur un piédestal. Cela n’a aucun sens de s’élever si c’est pour écraser ensuite ses semblables. L’Initié, le sage sait manifester sa grandeur à travers l’amour, la bonté, la douceur."

 

Et notre Grand Maître Constant Chevillon (le Parrain de Robert Ambelain) écrit à l'intention de nos Dignitaires ce qui suit :

    "Ô toi, qui tiens entre tes mains le gouvernement d'une partie de l'Ordre, inspire-toi des leçons de nos Maîtres. Sache d'abord qu'après ton accession à une dignité de l'Ordre, alors seulement commencent les obstacles et les difficultés, car avoir la charge est une chose, mais la conserver avec utilité est une autre chose. Tu devras d'abord te rendre compte que seul ton mérite et seule la confiance de tes chefs légitimes t'ont par une lente succession confié des tâches de plus en plus ardues et que tu devras avoir à coeur d'augmenter le patrimoine spirituel qui t'aura été confié. Il faut qu'à ton départ pour l'Orient éternel, le plus bel éloge que l'on puisse faire de toi soit : l'Ordre l'a élevé, il a élevé l'Ordre."

 

jan 01 2019

Herblay Apocalypse du Royaume d’Ecosse 39 (Loge Rite REP)

ARE GLMN

Nous avons attendu six mois un retour de Bernard Baldo sur nos questionnements quant aux conditions de la démission, en date du 3 juin 2018, de l'Atelier Apocalypse du Royaume d'Ecosse à l'Orient d'Herblay Taverny n° 36, qu'il a présentée au motif d'un abandon du Rite Ecossais Primitif, et ce à l'issue de notre Convent auquel il était naturellement invité. Outre la non restitution de la Patente de la GLFREP, et malgré un incident fort dommageable à l'encontre de l'un de nos Frères par des propos discriminatoires largement diffusés à l'initiative du fondateur Bernard Baldo, nous ne soupçonnions pas une malfaisance aussi injustifiée qu'inutile pour maintenir une activité au Early Grand Scottish Rite dans une Grande Loge étrangère au REP.  Alors que cet Atelier poursuit ses travaux à ce Rite au sein d'une Obédience multirite (RAPMM, RER mixte, REAA, ROS, RF,…) sous le même titre distinctif et dans le même Orient et sous le n° 39, il nous appartenait donc de publier la présente information, doublée d'un Balustre d'exclusion pour éviter toute analogie avec la GLFREP autant que pour la protection du REP, mais avant tout des Initiés qui pourraient naître au sein d'un Atelier qui à l'évidence ne maîtrise pas le Early Grand Scottish Rite. (Cf. article précédemment publié dans notre volet Francophonie Communiqués).

Elisabeth Mutel, Grand Maître GLFREP

déc 20 2018

Rituels complets – Early Grand Scottish Rite

Rite-Ecossais-Primitif-quadri   L'Association Les Amis de la Vieille Ecosse a confié aux Editions Dualpha (www.francephi.com) la publication des Rituels des Loges symboliques travaillant au Rite Ecossais Primitif, qui prennent donc place dans un catalogue dédié au patrimoine littéraire culturel, ésotérique et spirituel.

   A l'instar de nombreux ouvrages fournissant les Rituels aux trois premiers Grades, dont ceux des Rites de Misraïm et de Memphis, sous le titre " Franc-maçonnerie d'autrefois " aux Editions Robert Laffont (avril 1988), notre Ordre a élargi au Rite Ecossais Primitif cette disposition engagée par Robert Ambelain. Soit après quelque trente années, 2018 voit enfin la restitution des Cérémonies et Rituels rendus accessibles au plus grand nombre d'Initiés animés par le désir de connaître l'héritage français du Early Grand Scottish Rite, d'après les tapuscrits laissés par le Grand Maître pour la Transmission d'une rituélie sans altération, excluant tout aménagement inconsistant et éloigné des sources historiques.

   Les usages modernes (iconographie, descriptifs, annotations gestuelle et déambulation) ont été volontairement employés pour accompagner les actes rituels afin de maintenir une permanence des Travaux dans la rigueur, autant que pour favoriser l'Art de la mémoire.

   Cet ouvrage est proposé par les Editions Dualpha au coût de 18 €.

   https://francephi.com/livre/rite-ecossais-primitif-early-grand-scottish-rite

juin 12 2018

Réponse circonstanciée à un commentaire laissé en page d’accueil

      Au commentaire laissé en page d’accueil de notre site le 9 juin 2018 à 07:46 par une personne non pas anonyme puisque faisant usage d’un pseudo ESR , rédacteur coutumier de messages sur les sites maçonniques, nous avons pu relever l’une de ses affirmations dans un passé proche en date du 3 février 2013 à 12:52, dont le contenu est en totale contradiction avec son intervention précitée sur notre site, à laquelle nous avons répondu le même jour à 18:35.

      Ainsi, il semble pertinent de relever le propos de 2013 de Monsieur ou Madame ESR qui se présente en défenseur et protecteur du REP et de la GLSREP, Grande Loge monorite comme la GLFREP, pour mesurer ses contradictions (certes communes au plus grand nombre des têtes bien pensantes) dont ce voyageur fait usage, à moins que celui-ci ou celle-ci ait renoncé totalement à ses convictions, sauf à considérer qu’il n’y a que les idiots qui ne changent jamais d’avis.

      Voici mot pour mot ledit commentaire de M. ou Mme ESR :

« Bonjour, Pourquoi est-il toujours nécessaire que certains dédaignent ce que d’autres construisent ? Peut-être est-ce encore et toujours cette qualité débordante du plus grand nombre pour leur ego, n’intégrant aucunement les Devoirs de la Franc-Maçonnerie Universelle. Car la Franc-Maçonnerie est bien Universelle et non pas l’apanage de quelques grands hiérophantes ou grands maîtres en quête de pseudo pouvoir. Les Frères, comme les Sœurs, qui œuvrent sous les auspices du Rite Ecossais Primitif sont très fréquentables, sans quelconque envie de conversion, ni même d’ailleurs de volonté d’être le plus grand nombre… ce qui n’est pas malheureusement le cas de plusieurs obédiences ô combien historiques, légitimes que pour elles-mêmes ou encore par des reconnaissances entre elles-mêmes. Certains en ces précédents post semblent trop encore être dans cette mouvance de grands donneurs de leçon ! Mais qui sont-ils et qui ou quoi les légitime ? Ah oui, peut-être est-ce le fait d’appartenir à un GO ou une GL légitime… car tout simplement ancienne ! Mais l’ancienneté ne forge pas la légitimité, alors que le travail le fait. Laissons donc ceux qui souhaitent travailler le faire. Allez chers tous… si le REP n’était pas légitime, pourquoi le GODF (comme d’autres d’ailleurs) dispose-t-il de patente du REP et peut-il le réveiller ? Certainement parce qu’il y a un intérêt de Sœurs comme de Frères à s’inscrire dans la chaîne universelle de la Franc-Maçonnerie, mais avec une conception rituellique dans laquelle ils peuvent s’ancrer (ou s’encrer, car cela les conduira à concevoir des Planches qui enrichiront ceux avec qui le partage sera fait). Je vous souhaite bonne route, à toutes les GL, à tous les GO, ainsi qu’à la GLSREP. »

août 03 2017

Crédo d’un Jacobite précédant Avis de radiation par Balustre

Manuel FED:., Matricule 207

Mes BB CC SS et Mes BB CC FF,

J’exprime la peine d’être confronté à un événement dramatique dans la vie d'un Franc-Maçon. Je suis entré dans l'Art royal le 1er février 1991, dans une fort petite loge de la banlieue de Paris. J'y ai fait mon apprentissage durement car les Anciens étaient de fervents adeptes de la Maçonnerie héritière du métier de Kilwinning.

De là, comme chacun, j'ai poursuivi mon cheminement dans divers Ordres ou structures fédérales maçonniques. J'ai croisé ou rencontré des légendes, voire des personnalités et quelques grandes figures… Mais j'ai rencontré également, comme dans toute société humaine, la petitesse, le mensonge, la tricherie, la veulerie, la mégalomanie et d'autres qualités du même métal, qui n'ont pas leur place parmi nous, notamment chez les porteurs de bijoux exposés ostensiblement en Loge démontrant ainsi n’avoir rien compris à nos préceptes.

Chacun de nous est venu en Maçonnerie pour une ou des raisons qui lui sont propres et intimes, Humanisme, amour de l'autre, initiation antique, ésotérisme, hermétisme et cent autres raisons fort valables.

J'ai crée des Loges, cofondé des Loges, institué des députations maçonniques (terme maçonnique des loges américano-caraïbes), et quelques structures maçonniques, encore viables pour certaines et d'autres éteintes. Mais j’ai beaucoup à apprendre si je m’appuie sur l'exemple d'autres Francs-Maçons que mon cheminement m'a permis de rencontrer. Et je remercie le GADL'U de les avoirs placés sur mon chemin. Elisabeth MUTEL appartient à ces personnages de la Franc-Maçonnerie française qui ont permis à notre institution d'évoluer, de progresser, de subsister sans renier l'héritage traditionnel mais surtout, surtout de conserver l'héritage du Grand Maître Robert Ambelain. J'ai été un témoin silencieux depuis longtemps, de luttes et de combats qui ont blessé la Grande Loge Française du REP et ceux qui les ont menés contre elle n'en sortiront pas grandis. De pauvres mauvais Compagnons qui, à n'en pas douter, étaient bien plus de trois… plus un qui n’était même pas membre de la Loge : un médiocre opportuniste manipulateur. L'histoire d'Opus Templi HRDM n°30 est née dans ce contexte. A force de recevoir des coups et de les endurer, le temps de dire la réalité est venu. La Licorne s'est défendue loyalement, selon ses moyens sans exclure l’hostilité de certains, qui n'ont pas été au fait de ces sombres combats et de leurs sources. Mais, elle leur a déjà pardonné. C'est aussi cela la Fraternité maçonnique. ET pour d'autres, la Maçonnerie est une Fraternité ouverte où tous ont accès à ses rangs même les plus stupides, mais la Fraternité ce n’est pas de leur dire ce qu'ils sont… parce qu’un jour ils se reconnaîtront.

Je déclare sur mon honneur et en toute foi ceci : j'ai été et je suis témoin d’événements qui m'ont considérablement peinés et affligés. Je ne remuerais pas la fange, cela rendrait heureux quelques gorets béats qui s'y complaisent.

J'ai conservé le silence préconisé par mon Serment, lors de ma Réception à la Maîtrise, pour regarder, écouter et décider. Certains d'entre nous dans cette Respectable Loge l'ont, ou bien oublié ou n'ont jamais été reçus dans leur Dignité selon les Rites ancestraux, pas d'avantage qu'ils n'ont été reçus dans des structures initiatiques majeures. Cela ne les a jamais empêché de s'en targuer. Mais bon, je ne suis pas juge. Je leur dis de façon compagnonnique et fraternelle "prends ton baluchon, Compagnon, un balustre a été taillé à ta mesure".

Je ne reviendrai pas sur une conception maçonnique qui relève plus du maçonnisme que de l'Art du trait, de la pollution intellectuelle jusqu’à de la contre-Initiation, hélas. Une loge se crée, mais ce n'est pas pour autant qu'elle existe. C'est dans le temps qu'elle existera, lors de sa révélation à elle-même. C’est bien là que la Fraternité fait son œuvre. Une Planche n'a jamais fait un Maître, une pipe fumée la première fois n'a jamais donné la qualité du tabac fumé ! C'est bien avec le temps que l'une le devient et l'autre donne l'arôme. J'ai très mal compris et perçu cette recherche précipitée puis constante de la notoriété au détriment de l’Initiation. Je commence à m'interroger de savoir pourquoi cette Loge a été voulue à marche forcée et pour quelle stratégie occulte. Mais rappelons-nous que ni la Maçonnerie ni la GLFREP ne sont ni n'ont été les arrière-salles de quiconque…, même si dans une précipitation inquiétante, on cherchera encore à vous aveugler d'une bonne foi de comédie italienne.

J'oublie volontairement certaines proses malveillantes, autant que les actes faits à coups de maillet et donc sans Reconnaissance ultérieure possible, j'oublie l'odeur rance de la médisance et de la rancœur qui n’élèveront jamais ceux et celles qui les utilisent. Je laisse les nains à leurs combats et à leur théâtre de bataille qui ne peuvent jouir que des jardins d'enfants.

Je tiens néanmoins a rappeler à la communauté le terme de BALUSTRE et à inviter quelques-uns à ouvrir un dictionnaire pour y voir la définition. Un aller sans retour pour être bref.

Après constat que les membres de la communauté ne sont pas acteurs mais victimes d’un manipulateur qui s’est associé deux fondateurs de la Loge, ils ne sont pas conscients des ombres qui les utilisent à leur profit. Aussi, moi Manuel, j'invite celles et ceux, qui sont sincères et loyaux à des valeurs humaines et fraternelles, à la plus grande réflexion s’ils veulent poursuivre leur Initiation légitimement et véritablement. Mais cela ne veut pas dire que j'invite quelques crétins déviant à porter le feu malodorant de la dispute devant ma porte.

C'est donc pour ces raisons que je m’adresse ce jour 3 août 2017, au Frère Alain BORD:., Vénérable de la Loge Opus Templi HRDM n°30, dans les termes suivants :

Je soussigné, Manuel FED:., matricule 207 inscrit dans les Registres de la Grande Loge Française du Rite Ecossais Primitif, Maître-Maçon (Frère Terrible) au sein de la Respectable Loge OPUS TEMPLI HRDM n°30 sise à l'Orient de Montpellier, pour déclarer ce qui suit. Je démissionne de ladite Loge, mais ne renonce aucunement aux préceptes, coutumes et légitimité de la Franche Maçonnerie. Ma démission de la Loge, ainsi que de l'Association loi 1901, prendra effet le 1er octobre 2017, et j’affirme par la présente être en règle avec le règlement de mes capitations pour l'année en cours.

J'ai dit.

Manuel FED:. – Eques a lux fidelis

 

Article modifié en date des 5 août 2017 et 17 août 2017

Concomitamment à la fermeture de la Loge Opus Templi HRDM n°30 à l'Orient de Montpellier en date du 17 août 2017, ont été délivrés :

  • Balustre d'Exclusion "ad vitam" à Pierre MAJORAL, membre de la GLFREP
  • Balustre d'Exclusion ''ad vitam" au membre fondateur de ladite Loge, Serge AIGON
  • Balustre de Radiation "ad vitam" à l'encontre du Maître de Loge, Alain BORDE…

à défaut de réception de leur démission individuelle sollicitée dans les demandes interpellatives présentées par la Grande Loge en dates des 14 et 19 juillet 2017 et du 1er août 2017, avec pour seule réponse des deux premiers le Silence absolu, pour le troisième le déni et le mépris.

Eliabeth Mutel, Grand Maître GLFREP

déc 29 2016

Batteries d’Allégresse et de Deuil pour les Jacobites en 2016

Si la carrière de l'année 2016 a commencé dans l'allégresse avec la fondation en janvier de la R:.L:. OPUS TEMPLI HRDM n° 30 à l'Orient de Montpellier, les Jacobites se sont unis en mars pour une Batterie de Deuil avec la très regrettable disparition pour le REP du Très Respectable Frère FRANÇOIS-OLIVIER LE NY, R:.L:. La Vertu Ecossaise n° 25 à l'Orient de Serrières.

Ainsi, notre Ordre se trouve désormais privé d'un Honorable Membre qui a su déployer auprès de ses Frères un enseignement riche et profond. Nous nous devions de saluer autant son rayonnement, qu'il nous a livré en toute humilité et fraternité, que sa Force, sa Vigueur et sa Rigueur dans Ses Travaux marqués par Sa Connaissance. La Lumière resplendissante de Son Enseignement ne s'éteindra jamais dans l'esprit des Jacobites qui l'ont connu. François-Olivier a su servir les siens, y compris son Grand Maître en exercice, avec compréhension et patience, par une Transmission de ses acquis pour le perfectionnement de chacun de nous.  Le plus bel éloge que nous pouvons rendre à notre Frère prend toute sa signification dans ses quelques mots issus «Du Gouvernement de l'Ordre» écrits par Constant Chevillon :  L'Ordre l'a élevé, il (François-Olivier LE NY) a élevé l'Ordre.

Le deuxième semestre de l'année s'est poursuivi avec la naissance de nouveaux Ateliers Jacobites :

  • Les Gardiens écossais de l'Arche d'Alliance n° 31 (Orient de Curitiba-Panama – Brésil)
  • constitution d'une Grande Loge territoriale, Grande Loge REP du Liban et Moyen-Orient qui a ouvert deux Respectables Loges :

    • Saint Jean d'Ecosse n° 32 (Orient de Tripoli – Liban)
    • Saint André d'Ecosse n° 33 (Orient de Beyrouth – Liban)
  • fondation d'une R:.L:. mixte, Scottish of the Holy Graal n° 34 (Orient de Lisbonne – Portugal)

​Elisabeth Mutel, GM et Grand Commandeur du Rite

 

nov 14 2016

Alain Juppé chez les Frères

 

alain-juppc3a9-campagne-loges-grand-mac3aetre-grand-orient-france

      Voilà exactement ce que la GLFREP s'interdit de faire, à savoir inviter Monsieur Alain Juppé ou tout homme politique à nos Tenues, voire de les compter parmi nos membres.

       Cela étant d'ailleurs sans grande difficulté, puisque notre Grande Loge est bien trop symbolique et spirituelle pour toucher la classe politique et les Instances de l'espace publique ou les élus, d'autant que nous ne pouvons associer à nos Travaux de tels cherchants qui ne trouveraient aucun intérêt à nos Travaux.

août 17 2016

Bannockburn aux Antipodes !!!

RSCN3293      Cette photo a été prise, par le plus ancien de nos Jacobites, à Bannockburn située dans une petite région viticole près de Cromwell et Queenstown dans l'ile du sud de la Nouvelle Zélande.

       Notre Frère Simon J. Appleton, vieil ami et intime du Grand Maître Robert Ambelain, aux origines écossaises, nous a communiqué cette photo que nous avons souhaitée voir figurer dans notre Jacobit'Info, sous l'intitulé "Bannockurn aux Antipodes".

août 17 2016

Les O’Heguerty

Les O'Heguerty première de couverture 001

Jack Chollet  -  Les O'HEGUERTY  Francs-Maçons Agents secrets à la cour de Stanislas

Editions Gérard Louis, Haroué, 2015

Après une rapide analyse, suggestion est faite aux lecteurs de notre Site de prendre connaissance de cet ouvrage d'Histoire écrit par Jack Chollet, que nous présentons comme une biographie historique autant qu'un document d'archives. Il vient combler une lacune regrettable sur l'histoire de la famille O'Heguerty, vieille famille irlandaise ayant suivi le roi Jacques II Stuart en exil en France après son renversement par l'élite religieuse et aristocratique anglaise, parce que chassée par la politique de spoliation des aristocrates irlandais au profit de la noblesse anglaise.

Outre un utile rappel sur l'instabilité politique et les querelles religieuses, qui ensanglantèrent les "Trois royaumes", avec pour objet de permettre la compréhension et le sens profond de l'émergence de la Franc-maçonnerie spéculative moderne, l'auteur développe les motivations et les raisons de l'engagement des O'Heguerty, si bien que cet ouvrage nous livre une véritable saga où l'historique s’appuie sur des sources fiables et vérifiables.

Riches armateurs et, selon les circonstances, corsaires, économistes, précurseurs du libéralisme, agronomes d’avant-garde, écrivains et même académiciens, ils n’ont eu de cesse de s’approcher des sphères du pouvoir avec l’énergie des expatriés.

Les O’Heguerty, exilés en France puis en Lorraine, rêvent de retrouver leurs possessions d'Irlande et ils n’ont qu’une obsession, celle de ruiner l’Angleterre, leur ennemie détestée. Dans la Lorraine du roi Stanislas, ces francs-maçons vont continuer à comploter. Leurs châteaux de Magnières et de Villey-le-Sec sont appelés à devenir, comme leurs résidences parisiennes, des ruches d’intrigants, plaques tournantes des comploteurs jacobites pour la reconquête des îles britanniques. Pour la famille O'Heguerty, la Lorraine n'est pas une simple étape dans une région solidement ancrée dans son tissu artisanal avec la faïencerie de Badonviller. Elle y a pris ses attaches premières, avec Pierre Charles Daniel O'Heguerty franc-maçon à la Loge ''Auguste Fidélité'' à l'Orient de Nancy, pendant que son père -Pierre André-  et son oncle -Dominique- sont tous deux membres de l'Académie de Stanislas.

Les O'Heguerty sont fils de la résistance irlandaise à l'hégémonie anglaise, une résistance qui s'abreuve aux sources des frustrations, des exactions et spoliations anglaises. Nous pouvons considérer que cette résistance a traversé les siècles, puisqu'elle trouve encore à s'exprimer dans les troubles contemporains qui agitent l'Ulster depuis quarante ans. Leur histoire illustre à sa façon le funeste destin des Jacobites, privés à jamais de leur espoir de retour sur les terres de leurs ancêtres. La famille O'Heguerty va prendre en France une part notable dans l'émergence de ce que l'histoire retiendra sous le nom d'Art royal, que pratiquent les Francs-Maçons. C'est un O'Heguerty, Dominique, qui va porter sur les fonts baptismaux l'une des premières loges maçonniques à Paris où il fréquente la fine fleur de la Maçonnerie naissante et notamment le Stuartiste Charles Radcliffe lord Derwentwater, l’Ecossais James Hector MacLean, le comte de Tressan et surtout le célèbre chevalier de Ramsay.

Jack Chollet nous permet également de percevoir en filigrane les hésitations des Loges entre conservatisme et esprit révolutionnaire. On pressent ici le hiatus qui se creuse entre les prétentions dynastiques de l'aristocratie et l'aspiration libérale de la classe bourgeoise à desserrer le carcan de l'Ancien Régime, deux tendances parfaitement illustrées dans les procès entre Dominique O’Heguerty et le notaire de son comté. Et c'est bien au triomphe du bourgeois et à la défaite de l'aristocrate que la famille O’Heguerty, inconditionnellement royaliste et absolutiste, va assister, préfigurant la grande Révolution. C’est aussi l’histoire d’un clan, sujet à des passions et des tensions internes, qui parfois se déchire comme dans n’importe quelle famille.

Si au travers de ce livre transpire une haine compréhensible qui anime les O’Heguerty, originaires d’Irlande du Nord, vis-à-vis de « l’Anglais » orangiste, cette aversion pourrait être comparée à celle qui a nourri et motivé les combats du Sinn Féin et plus tard de l’I.R.A.  Il est possible de percevoir chez les deux personnages les plus charismatiques de cette famille, Dominique et Pierre André, un glissement perceptible vers l’espoir d’une république en Irlande alors qu’il n’y aura pas plus royalistes que leurs descendants.

Elisabeth Mutel

Cet ouvrage est disponible à la FNAC et sur le site internet de l'éditeur Gérard Louis pli.louis.free.fr

juin 08 2015

De l’écossisme aux Stuarts

Renaissance Traditionnelle, sous la plume de Pierre Mollier, nous fait des révélations !

       Les Stuarts et la franc-maçonnerie, quel sujet plus mythique ? Nos lecteurs découvriront des documents authentiques attestant que, in fine, Charles Edouard a bien assumé la charge de Grand Maître de l’« Ordre du Temple de Saint-Jean » et a été « reconnu comme tel » par les Maçons. Les liens entre la malheureuse dynastie écossaise des Stuarts et la franc-maçonnerie est un des grands mythes du XVIIIe siècle. Pourtant, sur le tard, « Bonnie Prince Charlie » – le héros romantique de l’épopée de 1745 devenu un vieux monsieur – finit par accepter cette Grande Maîtrise que tous les Maçons voulaient lui confier. C’est l’une des « révélations » du dernier Renaissance Traditionnelle qui vient de sortir des presses.

        Au sommaire de ce riche numéro 177-178, on pourra aussi lire une recherche pionnière sur la présentation des loges maçonniques… dans les guides de voyages des années 1780. Deux articles sont consacrés aux sources de l’écossisme : une étude sur le « Collège de Valois », qui fut un actif centre de propagation des hauts grades entre 1745 et 1764, et une analyse du « Manuscrit Saint-Domingue 1764 », un document exceptionnel sur le Rite de Perfection diffusé aux Antilles par Étienne Morin. On découvre aussi que l’Abbé Prévost – le célèbre auteur de Manon Lescaut – est l’auteur des premiers articles sur la franc-maçonnerie en 1737. Quelques pages présentent la vie de Louis-Théodore Juge, un Maçon fouriériste et néo-Templier très actif dans les années 1840. Un érudit CBCS propose une analyse stimulante sur les liens entre les psaumes et l’héraldique de l’Ordre Intérieur du RER. Enfin, le dernier livre d’Yves Hivert-Messeca, L’Europe sous l’Acacia, fait l’objet d’une consistante note de lecture.

       Pour nos Voyageurs, interéssés par ces sujets, ce dernier numéro 177-178 reprend le dernier épisode des Stuarts, et pour acquérir la revue et les numéros précédents concernant la dynastie Stuart, ils pourront les acquérir par le lien : www.renaissance-traditionnelle.com

Articles plus anciens «