↑ Retour à Ordre et R.E.P.

Photographie d’une Grande Loge

Partager

 

Les feuillets jacobites réverbère
Thème

Photographie de la

Grande Loge Française du Rite Ecossais Primitif                                   

 

ou prélude historique d’une Rituélie de tradition exposé par 

le comité de rédaction du Conseil d’Orient et d’Occident

Sources

Archives GLFREP

     Ce feuillet jacobite débute par une définition de la Franc-Maçonnerie volontairement sélectionnée parmi celles rendues les plus accessibles au grand public, savoir celle fournie par Wikipedia :

« Le mot désigne un ensemble de phénomènes historiques et sociaux très divers formant un espace de sociabilité qui recrute ses membres par cooptation et pratique des rites initiatiques faisant référence à un secret maçonnique et à l’art de bâtir. »

En outre Wikipedia donne les détails suivants qui, précisément, intéressent notre propos :

« Difficilement traçable historiquement, elle semble apparaître en 1598 en Ecosse (Statuts Schaw), puis en Angleterre au XVIIe siècle. Elle se décrit, suivant les époques, les pays et les formes, comme une « association essentiellement philosophique et philanthropique », comme un « système de morale illustré par des symboles », ou comme « un ordre initiatique ». Organisée en obédiences depuis 1717 à Londres, la Franc-Maçonnerie dite spéculative –c’est-à-dire philosophique– fait référence aux rites des Anciens Devoirs de la maçonnerie dite opérative formée par les corporations de bâtisseurs qui édifièrent, entre autres, les cathédrales. Elle pratique un enseignement ésotérique progressif à l’aide de symboles et de rituels. Elle encourage ses membres à œuvrer pour le progrès de l’humanité, tout en laissant à chacun de ses membres le soin de préciser à sa convenance le sens de ces mots… »

….

…..Bien que n'adhérant pas en totalité à ces résolutions qui donnent une définition sans exclusive, nous les avons toutefois placés en exergue pour décliner notre définition parallèle des propriétés de l'Ordre Initiatique vu par et à travers le Rite Ecossais Primitif qui prend rang au sein de la Franc-Maçonnerie.

… et qu’en est-il du REP ? 

Quel est l’Ordre initiatique qui l’abrite ?

Répondre à ces deux questions en peu de mots est aisé : le REP, issu des loges régimentaires écossaises et irlandaises exilées en France, est hébergé dans un Ordre initiatique qui reprend un grand nombre des composantes ci-dessus énoncées, toutefois assorties d’ajustements définis et arrêtés par son pionnier, Robert Ambelain.

Il convient alors d’apporter une résolution complémentaire qui n’est autre qu’une précaution, doublée d’une mesure conservatoire, propre à servir l’Ordre ayant vocation à recueillir le Rite Ecossais Primitif que son fondateur avait soustrait de l’emprise de toute Obédience. Et un témoignage est nécessaire pour retracer les moyens dont nos premiers Grands Maîtres ont usé pour soutenir une Institution initiatique dédiée au Rite Ecossais Primitif.

…..Historien et écrivain, Robert Ambelain crée une association Loi 1901, dont il dépose les statuts le 2 janvier 1991 à la Préfecture de Police de Paris, destinée à rassembler manuscrits, textes et documents spécifiques au REP, pour une permanence de ses Rituels en sept Grades, au bénéfice de Loges placées sous la protection de ladite association dénommée initialement ‘‘Grande Loge du Rite Ecossais Primitif’’.

Rebaptisée ensuite ‘‘Grande Loge Française du Rite Ecossais Primitif’’, elle est coiffée depuis fin 2010, d’un organe ''consolidateur'' et gardien du Rite, le Suprême Conseil d’Orient et d’Occident, qui assure et garantit sa gouvernance telle que Robert Ambelain l’a instaurée.

Son successeur, A.Fages qui a pris la relève du Grand Maître au sein de la susdite Grande Loge (GLFREP), autant que ceux appelés à le suivre n’ont eu et n’auront désormais d’autre choix que d’être les conservateurs et les archivistes du Rite et de ses Rituels. Ils sont des Hommes consciencieux et responsables qui agissent de concert et sous couvert dudit Suprême Conseil d’Orient et d’Occident.

Si bien que nos Jacobites, depuis leurs Ateliers en formation jusqu’à l’instance ultime, tous organes confondus, sont des Francs-Maçons fiers de leur autonomie, parce que placés hors de tout collectif ou communauté sociétale susceptible d’être porteur d’une privation de liberté de conscience, et donc sans contraintes inhérentes à une autorité supérieure qui dicte ses lois et règlements.

…..Contrairement à certaines Obédiences, qui régissent Loges et Ateliers d’après les Landmarks (anciens ou de nouveaux) au titre d’une suprématie toute puissante à leur imposer uniformité et conformité de règlements, l’organe majeur de l’Ordre du REP et sa Grande Loge n’interfèrent pas dans le fonctionnement de leurs Ateliers. En effet, si l’Ordre a retenu les 25 articles des Landmarks (Code de Mackey – 1881) dans ses règlements, il les a toutefois expurgés de tout contenu empêchant l’autonomie de ses Loges.

Outre la stricte observance des Rituels, rites et cérémonies, le Suprême Conseil d’Orient et d’Occident du REP revendique l’adoption des Landmarks structurels d'une Obédience avec le rajout, pour le Rite Ecossais Primitif, d'exigences en matière de sa sauvegarde, tels que rédigées en son temps par Robert Ambelain. En conséquence de ce qui précède, Maçons et Loges du REP sont hors d’atteinte de toute dépendance ou tutelle étrangère et à l’abri du joug de quelque institution associative communautaire ou formation maçonnique que ce soit.

C’est donc bien le vocable ‘‘abrité’’ qu’il convient d’employer pour spécifier la place du REP au sein d’un Ordre monorite de la Franc-Maçonnerie.

A la présentation Wikipedia que nous avons reprise sans nous y associer parfaitement, nous déclinons ci-après les composantes de notre Ordre, communes en bien des points à la définition précitée, toutefois nuancée et modulée comme suit. A l’indépendance totale de notre Ordre, il y a lieu d’entendre la souveraineté de nos Loges et Ateliers constituant ‘‘notre premier Landmark’’ qui touche toutes les Unités rattachées à la Grande Loge jusqu’à celles du Souverain Chapitre et de son Ordre Intérieur.

Il est patent de constater non seulement le maintien de la structure du REP par le Suprême Conseil d’Orient et d’Occident, mais l’élargissement de son fonctionnement à l’ouverture la plus grande du Compas, en ce sens que son champ d’investigation la rend très différente de l’organisation proposée par un grand nombre d’Obédiences. Ne serait-ce que les variantes fonctionnelles et opérationnelles qui distinguent notre Ordre des autres formations maçonniques plurielles ou multirites, voire l’éloignent de façon significative de ces dernières. Le lecteur curieux de précisions plus pointues peut se reporter à notre volet ‘‘Textes et documents’’, dans lequel il trouvera un exposé intitulé ‘‘Landmarks et REP’’ qui établit clairement la pleine gestion et le pouvoir de décision de nos Loges et Ateliers sans subordination aux instances hiérarchiques de l’Ordre : Grande Loge, Souverain Chapitre et Suprême Conseil d’Orient et d’Occident.

…..

…..Aussi, apportons-nous ci-après les rouages de notre structure, prenant soin de mettre en exergue ses singularités qui placent l’Ordre Initiatique des Jacobites hors des schémas classiques de ses contemporains :

…..

 1. – Autonomie et souveraineté 

…..Notre Ordre s’affirme donc comme une véritable puissance maçonnique initiatique et symbolique, indépendante et souveraine, munie d’une couverture que constitue le Suprême Conseil d’Orient et d’Occident, suprématie, il est vrai additive à la structure conçue par Robert Ambelain, qui s’avère protectrice du Rite eu égard aux diverses contingences et phénomènes observés, notamment dans l’utilisation de nos sceaux et timbres.

Placés sous la juridiction de l’ultime instance que représente le Suprême Conseil précité, Respectables Loges et Ateliers n’ont donc à se soucier d’aucun obstacle dans leurs activités et d’aucun préjudice à l’encontre de leurs membres, leur sécurité et indépendance étant sous la surveillance et la protection de l’Ordre.

A ces deux privilèges, s’ajoute pour nos Membres une impérieuse priorité par laquelle ils emportent l’entière direction de leur organisation et fonctionnement au sein de leur formation tout en s’appuyant sur un tronc commun défini par l’Ordre.

Ainsi chaque instance de l’Ordre, dans la hiérarchie précisée ci-avant, dispose d’un Collège apte à prendre toutes décisions en pleine responsabilité, toutefois bornée par l’observance du respect absolu de certaines règles et dispositions qui ne doivent faire en aucune façon ombrage ni au bien de l’Ordre en général ni au bien des Maçons en particulier. Aussi les règles de discipline, probité, courtoisie la plus élémentaire et des valeurs vertueuses attachées à la condition humaine sont imposées à nos membres.

Notre Ordre ne prétendant pas œuvrer au profit d’un projet ou d’un public, tous les Travaux des Loges sont librement et exclusivement décidés par leur Collège d’Officiers et les Maçons eux-mêmes. Si les études réalisées par les Jacobites demeurent placées sous le sceau du Secret des Loges, leurs auteurs sont également libres d’en disposer, de les publier à l’extérieur ou dans notre volet ‘‘Morceaux de Textes choisis’’.

Pour faire court mais précis, nos Membres sont totalement décideurs de la vie de leur Loge, de leurs Travaux et communication et de leur fonctionnement (organisation et calendrier des Tenues, animation des Agapes, gestion des ressources et dépenses, utilisation des fonds recueillis par l’Aumônière, etc., etc.).

 

 2. – Les Fondamentaux ou ‘‘Objet social’’ de l’Ordre du Rite Ecossais Primitif 

…..AA la définition Wikipédia, dans laquelle toutefois résonnent les mots ‘‘philosophie, philanthropie, système de morale illustré par des symboles’’, il y a lieu de retenir une énumération qui préfigure la Franc-Maçonnerie ancienne aux valeurs martelées des principes dressés par les Corporations de Métiers opératives, qui établirent clairement les investigations, études, et travaux de recherche repris aujourd'hui par des Hommes et des Femmes épris de désirs et admis en nos Loges et Ateliers.

Nos travaux ont pour socle nos Rituels, lesquels suscitent manifestement des réflexions prises en de multiples ouvrages et œuvres livresques de diverses natures et origines. Cependant, travaux, recherches et études au Rite Ecossais Primitif excluent totalement toute approche et thèmes de discussion ou échanges sur des sujets dits sensibles, directement ou indirectement, de près ou de loin, tels que confession, morale et doctrine, mais également politique et tous dérivés sur l’emprise du domaine public et de toute territorialité, y compris tous phénomènes politiques aux ramifications sociales et économiques. Si les Jacobites ont pris position en faveur de leur monarque en des temps les plus reculés, aujourd’hui ils ont exclu de leurs travaux tous aspects relevant de la politique du concert des Nations et du gouvernement des Etats.

En conséquence de quoi, les Francs-Maçons qui composent l’Ordre du Rite Ecossais Primitif font abstinence totale, dans leurs travaux en Loge et dans l’enceinte du Temple, de tous sujets placés hors des investigations qui leur sont proposées pour le parcours initiatique d’un rite d’origine militaire et chevaleresque constitué d’un tronc commun unique qui trouve ses sources et ses repères dans :

  • Philosophie,
  • Arts libéraux tels qu’énoncés par Euclide, notamment la Rhétorique et la Géométrie,
  • Spiritualité, Ecritures anciennes et références vétéro et néo testamentaires comprenant les textes dits apocryphes,
  • Histoire des Civilisations et Archéologie,
  • Mythes et Légendes,
  • Symbolisme,

et plus généralement les Sciences Humaines sans débordement sur des idéologies individuelles ou collectives.

En effet, les sujets qui ont trait aux classes sociales et les questions à caractère humanitaire ne sont pas de mise dans nos Loges, ceux-ci étant pris en charge par des milieux associatifs qui ont pleine compétence à juger et mettre en œuvre les mesures nécessaires à leur soutien et à leur défense.

Nos règlements n’exigeant aucune exclusivité d’appartenance, les membres du REP ont toute latitude pour mener des travaux d’une amplitude humanitaire, sociale ou politique ailleurs que dans nos Loges et en des structures qui ont vocation à le faire.

Soyons clairs, l’Ordre du REP n’est pas une antenne politique, un observatoire ou un laboratoire d’idées, l’annexe d’une section syndicale ou un groupe de pression (dit lobby), pas d’avantage une association en charge d’Œuvres Sociales sur un territoire défini ou illimité, pas plus qu’une structure vouée à secourir les plus démunis.

Enfin, l’Ordre du Rite Ecossais Primitif n’est pas un substitut de religion, encore moins une secte ou un embryon mystique, ni même une communauté d’hommes réunis autour de loisirs récréatifs ou artistiques ou encore un club ou un groupement d’intérêt collectif ou privé à effet promotionnel ou revendicatif d’une cause. Le REP n’est pas non plus un cercle de pensées susceptible de se prononcer dans un plaidoyer quelconque.

Le REP est compris dans un Ordre initiatique et fraternel qui rassemble des Hommes de désir enclins à approcher un fonds inépuisable de Sagesse et de richesses culturelles, historiques et symboliques, propice à un enseignement, une réflexion et une méditation qu’offre la Franc-Maçonnerie traditionnelle sans dogme ni théologie.

Les fondements du REP et la place qu’il prend au sein de la Franc-Maçonnerie se posent en introduction d’un cheminement au sein d’un Ordre initiatique. Celui-ci suggère à ses membres une réflexion pour une recherche personnelle que suscitent de multiples considérations et découvertes, qu’il appartient à chacun de déceler parmi toutes les voies qui sont offertes à l’initié. Egalement comme dans les autres Obédiences, le nouvel Entré dans nos Loges est accompagné d’un collectif attentif et bienveillant disposé à le guider sur le Chemin d’Hiram, implications, moyens et actions relèvent du Secret des Surveillants en charge de leurs Apprentis et Compagnons.

 

 3. – Stricte observance des Rituels 

…..Aux libertés ci-avant déclinées, il y a lieu de faire mention d’une Obligation qui trouve sa justification dans une déclaration solennelle d’engagement imposée aux Maçons de nos Loges, Initiés et affiliés, ainsi que pour les dignitaires qui n’en sont pas épargnés. Après la Réception et pour toutes les Qualités inscrites dans le parcours initiatique, l’Obligation prend la forme d’un renouvellement du Serment prêté.

Aussi, selon les circonstances, tous nos membres s’obligent par Serment à faire acte d’observance absolue de la rituélie écossaise jacobite, devoir et obligation qui ne constituent point une privation de liberté, mais une cause de la plus grande noblesse, puisqu’il s’agit d’une promesse de fidélité et de respect des Rituels reçus.

Dès lors, et sous aucun prétexte d’accommodement aux pratiques modernes, aucune manipulation additive ou restrictive ne peut toucher les textes composant les Rituels du Rite Ecossais Primitif pas plus qu’aucun amendement ou une quelconque modification même des plus légères. Seules deux modifications ont été adoptées, à savoir le remplacement d’une voyelle dans l’appellation d’une des Chambres écossaises et une uniformité de la vêture, qui ne faisait l’objet d’aucune prescription vestimentaire lors des Travaux en Loge jusqu’au XIXe siècle (sauf au 3e Grade).

L’échelle des Grades du Rite Ecossais Primitif comprend sept grades, et non huit comme stipulés dans la rédaction première du Règlement du REP par Robert Ambelain, le Grand Maître ayant par la suite procédé à la réunion de deux Grades en un seul.

Les Manuscrits des Rituels transmis par le Grand Maître comprennent les Travaux en :

  • Loges de Saint-Jean (aux trois premiers Grades dits symboliques),
  • Loge de Maître installé : Maître de Loge également dit Maître de Saint Jean,
  • Loge chapitrale : Maître Ecossais Chevalier de Saint André,
  • Ordre Intérieur (Ecuyer-Novice et Chevalier du Temple), 

ainsi que toutes les cérémonies particulières et les célébrations de rites spécifiques (Réception, Passage, Elévation, Exaltation et son Instruction secrète, Investiture, …).

 

 4. – Les ‘‘incontournables et permanents’’ du REP 

…..Le lecteur trouvera en compulsant les volets de notre site des thèmes libellés ‘‘Les incontournables’’, ‘‘Les feuillets du Conseil d’Orient’’, également ‘‘Les chroniques écossoises’’ quant aux fondamentaux ou aux singularités du Rite Ecossais Primitif, dont l’Ordre abrite le Rite, ses Loges et ses Membres.

Aux incontournables (parmi lesquels figurent l'Ancien et le Nouveau Testament) d’un Rite de forte inspiration christique qui prend ses références et ses sources dans les Ecritures sacrées, s’ajoutent les marques essentielles d’une spiritualité placée sous l’influence permanente de certains saints du premier au septième Grade. A l’évidence, le REP exhibe et exhorte à une croyance en un Être suprême créateur de l’Univers, les travaux étant célébrés à la Gloire de Dieu Tout-Puissant Grand Architecte de l’Univers. Parallèlement, il convient de rappeler que le REP a gardé l’empreinte de ses origines militaires et chevaleresques qui trouvent leurs racines chez les partisans Stuarts (dont William Schaw et le Chevalier Ramsay) ayant tenu un rôle important dans la Franc-Maçonnerie opérative et spéculative des XVIIe et XVIIIe siècles.

La symbolique des Outils ainsi que la Sagesse des Anciens occupent néanmoins une large place dans les Rituels à tous les Grades, sans négliger la part prise par les légendes et les mythes accompagnant les allégories qui n’échappent pas à nos Travaux en Loge baignés de Mystères et de Lumière.

Enfin, nous pouvons affirmer que le REP s’inscrit parfaitement dans l’Art royal qui conduit tous les Enfants de la Veuve à la construction de l’Edifice et à celle de leur Temple intérieur.

(Feuillet déposé sur le site de la GLFREP en décembre 2013)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


9 × un =

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>